Tout sur Paul De Munck

Les assises de la première ligne wallonne avancent. Le 8 juin dernier s'est tenu le premier atelier sur le maillage territorial. Les institutions parlent de franc succès, mais du côté des acteurs de terrain, le sentiment est davantage celui de la circonspection. Retour sur cet événement avec le Dr Paul De Munck, président de la Plateforme de la première ligne wallonne (PPLW).

Outre la téléconsultation, d'autres thématiques ont émergé du débat sur l'avenir de la médecine générale. De jeunes médecins se posent des questions sur la privatisation grandissantes des soins. D'autres songent au manque d'implication grandissant de leurs pairs dans les cénacles décisionnels. D'autres encore sont inquiets de la charge administrative qui pèse encore et toujours sur le dos des généralistes.

La Chambre a approuvé la semaine dernière en séance plénière, un projet de loi du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke visant à reporter d'un an les élections médicales et à les organiser désormais tous les cinq ans. Les prochaines élections médicales auront lieu en 2023. Ce qui déplaît au président du GBO.

Dans une lettre ouverte adressée le 19 janvier au ministre de la Santé, le GBO/Cartel souligne qu'un très grand nombre de médecins s'interrogent sur les codes actuels et les futures modifications qui seront apportées aux codes de téléconsultation. Le syndicat médical avance une série de propositions concrètes permettant d'utiliser au mieux les vidéo et phono-consultations et de limiter les abus constatés.

Dans une lettre ouverte adressée ce 19 janvier au ministre de la Santé, le GBO/Cartel souligne qu'un très grand nombre de médecins s'interrogent sur les codes actuels et les futures modifications qui seront apportées aux codes de téléconsultation. Le syndicat médical avance une série de propositions concrètes permettant d'utiliser au mieux les vidéo et phono-consultations et de limiter les abus constatés.

La nouvelle stratégie de dépistage pour les personnes ayant eu un contact à haut risque avec une personne contaminée fait des mécontents chez les médecins généralistes. Certains, plus particulièrement au nord du pays, ont déjà indiqué qu'ils ne suivraient pas cette nouvelle stratégie. Le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke a réagi dimanche à la télévision flamande (De Zevende Dag, Eén), défendant l'action des autorités et estimant que les médecins généralistes "ne pouvaient pas organiser juste comme ça une autre stratégie".

Domus Medica (la structure faîtière des généralistes flamands) a envoyé le 26 octobre aux autorités flamandes une lettre co-signée par une vingtaine d'organismes du secteur de la santé pour leur faire part de leur grande préoccupation face aux premiers signes annonciateurs d'une quatrième vague.

"Nous avons tenu deux ans, durant toute la pandémie, nous n'allons pas arrêter maintenant, mais de nombreux généralistes sont sous pression. Les autorités s'en rendent-elles bien compte?", interpelle Paul De Munck, président du GBO. Il revient pour le jdM sur plusieurs dossiers chauds du moment qui participent à l'épuisement des médecins de famille.

Une attention particulière doit être apportée à la première ligne, notamment les MG et les infirmières à domicile, souligne le rapport final de la Commission spéciale Covid-19. Augmenter la littératie en santé, en particulier pour les groupes vulnérables, est une des voies d'amélioration sans oublier la réorganisation des hôpitaux et une meilleure planification de l'offre médicale. Mais rien de cela ne fonctionnera sans une véritable unité de commandement au coeur d'un plan pandémie globalisé.

Le pharmacien serait en conflit d'intérêt s'il obtenait de délivrer davantage de médicaments sans ordonnance ou s'il pouvait en renouveler la prescription sans égard à leur coût, dénonce l'Absym. Le GBO et l'APB demandent que les relations pharmaciens-médecins généralistes se fassent dans le cadre de concertation existant. L'APB parle même "d'oukazes pré-électoraux".

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la "vision des soins efficaces" présentée par le Groupement belge des spécialistes (lire ci-contre) dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la " vision des soins efficaces " présentée par le Groupement belge des spécialistes dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Les participants aux Assises de l'e-santé, organisée ce mardi 2 octobre, par LuxHealth et Vivalia, ont eu l'occasion de rendre compte des avancées technologiques dans le secteur de la santé : télé-consultation, chirurgie assistée par hologramme, lunettes connectées, tri des patients aux urgences via une application spécifique, télé expertise stroke... Des projets novateurs portés par des prestataires de soins et des entreprises enthousiastes qui pointent l'apport fondamental de ces techniques pour les patients.

La procédure de vote électronique a été suspendue suite à de nombreuses plaintes de médecins qui n'arrivaient pas à s'enregistrer. C'est ce qu'on a appris du sommet de l'inami.

Les élections médicales ou syndicales approchent à grand pas. Les premières du genre, en 1998, eurent un franc succès avec plus de 70% de participation. Les toutes dernières hélas, n'ont convaincu d'aller voter qu'un tiers des médecins et moins de 50 % des thérapeutes réellement actifs.

L'ensemble des médecins généralistes du pays auront la possibilité, à partir du 6 février 2018, d'opter pour le service eAttest, soit l'envoi de manière électronique des attestations de soins donnés. Implémentée progressivement et sans obligation, cette procédure s'inscrit dans la modernisation de l'assurance soins de santé voulue par la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block.

Pour la 21e année, nous présentons les six candidats au Prix du Généraliste, co-organisé avec la SSM-J, et en collaboration avec l'UCLouvain, l'ULB et l'ULiège. Ce challenge met en compétition amicale six jeunes généralistes qui ont remis des travaux de fin d'études présentant des qualités particulièrement remarquables. Les prix des lecteurs du jdM, avec le soutien d'Amonis, et du jury de la SSM-J seront remis le 10 septembre 2022 lors d'une grande journée "jeunes médecins" organisée par la SSM-J.