Tout sur Paul De Munck

Le pharmacien serait en conflit d'intérêt s'il obtenait de délivrer davantage de médicaments sans ordonnance ou s'il pouvait en renouveler la prescription sans égard à leur coût, dénonce l'Absym. Le GBO et l'APB demandent que les relations pharmaciens-médecins généralistes se fassent dans le cadre de concertation existant. L'APB parle même "d'oukazes pré-électoraux".

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la "vision des soins efficaces" présentée par le Groupement belge des spécialistes (lire ci-contre) dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la " vision des soins efficaces " présentée par le Groupement belge des spécialistes dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Les participants aux Assises de l'e-santé, organisée ce mardi 2 octobre, par LuxHealth et Vivalia, ont eu l'occasion de rendre compte des avancées technologiques dans le secteur de la santé : télé-consultation, chirurgie assistée par hologramme, lunettes connectées, tri des patients aux urgences via une application spécifique, télé expertise stroke... Des projets novateurs portés par des prestataires de soins et des entreprises enthousiastes qui pointent l'apport fondamental de ces techniques pour les patients.

La procédure de vote électronique a été suspendue suite à de nombreuses plaintes de médecins qui n'arrivaient pas à s'enregistrer. C'est ce qu'on a appris du sommet de l'inami.

Les élections médicales ou syndicales approchent à grand pas. Les premières du genre, en 1998, eurent un franc succès avec plus de 70% de participation. Les toutes dernières hélas, n'ont convaincu d'aller voter qu'un tiers des médecins et moins de 50 % des thérapeutes réellement actifs.

L'ensemble des médecins généralistes du pays auront la possibilité, à partir du 6 février 2018, d'opter pour le service eAttest, soit l'envoi de manière électronique des attestations de soins donnés. Implémentée progressivement et sans obligation, cette procédure s'inscrit dans la modernisation de l'assurance soins de santé voulue par la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block.

Le GBO est satisfait d'avoir signé un accord pour deux ans. Mais reste cette éternelle épée de Damoclès sous la forme d'économies qui grèvent toute nouvelle initiative. Paul De Munck se plaint aussi du timing. Son syndicat veut bien réformer mais qu'on laisse du temps au temps...

Le jdM (n°2515 - 27/10/2017) a consacré un plein dossier aux augmentations de prix de Corilus, fournisseur de DMI, et à son hégémonie perçue par certains MG de base. C'est aujourd'hui au GBO de s'offusquer. Le syndicat de MG estime que la libre concurrence est tronquée.

Après l'Absym, c'est au tour du GBO (Cartel) de dire à l'Ordre des médecins de se mêler de ses affaires. Celui-ci propose en effet une obligation de DMG pour tous les patients. Même Maggie De Block ne va pas jusque-là. Le GBO , favorable au DMG depuis toujours, préfère encourager la pratique qu'obliger. C'est l'unique manière de préserver la relation de confiance médecins-patients.

Le GBO ne pourra pas se rallier à une démarche politique qui entérine une rupture du secret professionnel en échange d'une promesse de protection de la sécurité des médecins, indique-t-il ce jeudi tout en se félicitant des mesures prises par les ministres Geens, De Block et Jambon pour protéger les médecins. Le syndicat de MG francophones regrette en passant avoir été quelque peu écarté des discussions sur le plan d'action proprement dit.

Une (longue) réunion a eu lieu en fin de matinée entre d'une part l'Absym, AADM et le Cartel et, d'autre part, la ministre de la Santé publique Maggie De Block. La ministre avait convié également Jo De Cock, patron de l'Inami et président de la médico-mut. Ils ont tenté de restaurer la confiance.

Tandis que l'Absym menaçait dimanche d'actionner la sonnette d'alarme (la dénonciation de l'accord médico-mut de plein droit lorsque des mesures d'économies sont infondées juridiquement), le GBO (Cartel), qui a voté contre le budget au comité de l'assurance, attend le résultat des discussions et du vote de ce lundi au Conseil Général avant de se prononcer sur une dénonciation. Rappelons que le banc médical ne jouit pas du droit de vote au conseil général.

Het Nieuwsblad annonçait hier lundi un projet de screening psychologique systématique et annuel des médecins, à l'initiative de l'association Domus Medica et de Maggie De Block. "Il ne s'agit là que de l'une des 20 recommandations faites par Domus Medica pour favoriser le bien-être des médecins", a promptement réagi l'association.