Tout sur AstraZeneca

Si Moderna et Pfizer répondent aux attentes de la Task force Vaccination, on ne peut pas en dire autant de leurs concurrents. Le vaccin de Janssen (J&J) est depuis la semaine dernière limité aux personnes de plus de 40 ans. Si la vaccination continue à domicile et pour les publics vulnérables, son approvisionnement fait défaut. L'objectif de vacciner 70% de la population sera donc retardé de deux à cinq semaines. Le vaccin AstraZeneca (AZ) n'a quant à lui plus la cote puisque les entités fédérées ont décidé de s'en passer d'ici la fin de l'été.

Si Moderna et Pfizer répondent aux attentes de la Task force Vaccination, on ne peut pas en dire autant de leurs concurrents. Le vaccin de Janssen (J&J) est depuis la semaine dernière limité aux personnes de plus de 40 ans. Si la vaccination continue à domicile et pour les publics vulnérables, son approvisionnement fait défaut. L'objectif de vacciner 70% de la population sera donc retardé de deux à cinq semaines. Le vaccin AstraZeneca (AZ) n'a quant à lui plus la cote puisque les entités fédérées ont décidé de s'en passer d'ici la fin de l'été.

Alors que les autorités belges viennent de décider de réduire l'intervalle entre les deux doses du vaccin AstraZeneca, une étude livre de nouvelles indications qu'un délai plus long permet justement d'obtenir de meilleurs résultats. Elle s'est intéressée au vaccin Pfizer, dont les deux doses sont en principe administrées à 21 jours d'intervalle.

Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), s'est fait administrer mardi sa première dose de vaccin contre le coronavirus. Il s'agissait du vaccin d'AstraZeneca, a-t-il annoncé via Instagram.

Qui l'aurait cru? Après une période de méfiance absolue envers les vaccins anti-Covid à propos desquels on a à peu près tout entendu (en plus d'une puce traçant nos plus étroits faits et gestes, leur ARN messager nous transformerait bientôt en mouton à cinq pattes), l'engouement de la population ne se dément pas.

Le vaccin d'AstraZeneca devait apporter une accélération majeure de la campagne de vaccination. Un véritable tournant. Cela s'est avéré quelque peu différent. D'abord non-recommandé aux personnes âgées, il est aujourd'hui non-recommandé... pour les plus jeunes. Les épisodes de la saga AstraZeneca sont presque innombrables. L'accumulation d'incidents et la mauvaise communication à leur sujet ont complètement sapé la confiance dans le vaccin. Il est important d'être honnête au sujet d'un effet indésirable, de dire que la probabilité qu'il se produise est extrêmement faible et que la probabilité de contracter le Covid-19 et de souffrir de complications graves est beaucoup plus grande.

En se basant sur les avis scientifiques récents, les ministres belges de la Santé ont décidé de remplacer l'AstraZeneca par d'autres vaccins pour les personnes âgées de 18 à 55 ans ; pour les personnes de 56 ans et plus, tous les vaccins continueront d'être administrés. La campagne de vaccination va être adaptée. Les personnes concernées ne doivent rien faire.

En se basant sur les avis scientifiques récents, les ministres belges de la Santé ont décidé de remplacer l'AstraZeneca par d'autres vaccins pour les personnes âgées de 18 à 55 ans ; pour les personnes de 56 ans et plus, tous les vaccins continueront à être administrés. La campagne vaccinale va être adaptée. Les personnes concernées ne doivent rien faire.

Après l'annonce de l'Autriche et du Danemark de ne plus recourir au vaccin AstraZeneca, l'Islande et la Norvège ont emboîté le pas. Ont rapidement suivi l'Italie, puis l'Allemagne, les Pays-Bas, la France, l'Espagne... Bref, toute l'Europe occidentale. En Angleterre, par contre - ce n'est guère politiquement surprenant - le gouvernement juge le vaccin "sûr et efficace ". Un jugement que partage la Belgique, ce qui place le pays en porte-à-faux par rapport à ses partenaires européens.

Astracadabrantesque, AstrazeneChaos... Faites vos jeux! Le vaccin AstraZeneca n'en finit pas de faire parler de lui. Après des retards de livraisons conséquents la semaine dernière, ce sont les phénomènes thrombo-emboliques qui effrayent les gouvernements. Tous les pays voisins ont décidé de ne plus recourir au vaccin de la firme suédo-britannique, au moins jusqu'à un positionnement ferme de l'Agence européenne des médicaments (EMA) sur le sujet, attendu pour aujourd'hui. La Belgique, elle, fait cavalier seul. Un pari indispensable pour ne pas entraver la campagne de vaccination?

L'Allemagne va à son tour autoriser l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 pour les personnes âgées de plus de 65 ans, suite à de récentes études médicales encourageantes, a annoncé mercredi soir Angela Merkel. La Belgique aussi annoncé quelques heures auparavant que le vaccin d'AstraZeneca pourrait être administré aux personnes de plus de 18 ans sans limite d'âge supérieure.

Ce n'est un secret pour personne : la Belgique et une bonne partie des pays de l'Union européenne traînent les pieds : le calendrier de vaccinations covid-19 est trop lent. En tout, au 28/02, 1,231 millions de doses de trois vaccins ont été délivrées aux entités fédérées. Au 2/03, seulement 495.090 personnes ont reçu une première injection de vaccin, ce qui équivaut à 5,4% de la population totale. C'est pourquoi Frank Vandenbroucke a posé trois questions au Conseil supérieur de la Santé pour accélérer le processus. Réponse : oui, l'Astra Zeneca peut être inoculé aux 55+. Non, une seule dose de Pfizer ou de Moderna ne semble pas vraiment recommandée et non : administrer la 2ème dose du vaccin Pfizer/Biontech après 42 jours au lieu de 21 n'est pas vraiment recommandé non plus. L'espoir réside dans le vaccin d'Astra Zeneca et de J&J dès avril.

Les retards de livraison de vaccins et la diminution des quantités de doses de vaccin livrées obligent la Cocom à réduire le rythme de la vaccination dans les hôpitaux bruxellois. "Tous les projets d'approvisionnement en vaccins des hôpitaux et l'ouverture progressive des centres de vaccination bruxellois sont en cours de révision pour coller au mieux à cette réalité de terrain."

Les retards de livraison de vaccins et la diminution des quantités de doses de vaccin livrées obligent la Cocom à réduire la vaccination dans les hôpitaux bruxellois. "Tous les projets d'approvisionnement en vaccins des hôpitaux et l'ouverture progressive des centres de vaccination bruxellois sont en cours de révision pour coller au mieux à cette réalité de terrain."

Les syndicats des enseignants sont mécontents. Le front commun syndical de l'enseignement déplore "amèrement" les décisions prises en matière de priorisation à la vaccination. Il dénonce aussi "les faux espoirs" nés des déclarations des gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne et marque sa colère face "au manque de considération à l'encontre des professionnels de l'enseignement alors que ces derniers ont continué à encadrer les élèves et les étudiants malgré des conditions sanitaires souvent précaires et aléatoires". Et de réclamer au monde politique "une reconnaissance des risques pris au quotidien par les personnels de l'enseignement".

Les 443.000 doses du vaccin d'AstraZeneca vont être réservés aux adultes âgés jusqu'à 55 ans, dont, entre autres, les professionnels de santé, les patients à risques et les forces de police active sur le terrain.

Sur base des contrats d'achat anticipés conclus par la Commission européenne, la Belgique a passé commande pour cinq vaccins: Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Janssen (Johnson & Johnson) et CureVac. Le Pr Jean-Michel Dogné de la Task force stratégie de vaccination en détaille les principales caractéristiques.