Tout sur Flandre

"Si nous appliquions la clé de répartition communautaire de la Cour des Comptes au quota fédéral comme le voudrait le ministre flamand de l'enseignement Ben Weyts (N-VA), la Communauté flamande "gagnerait" deux médecins... mais perdrait neuf dentistes."

Outre la téléconsultation, d'autres thématiques ont émergé du débat sur l'avenir de la médecine générale. De jeunes médecins se posent des questions sur la privatisation grandissantes des soins. D'autres songent au manque d'implication grandissant de leurs pairs dans les cénacles décisionnels. D'autres encore sont inquiets de la charge administrative qui pèse encore et toujours sur le dos des généralistes.

La Belgique est passée du numerus clausus au numerus fixus. La Fédération Wallonie-Bruxelles a rejoint le train de la Flandre en imposant, en lieu et place d'un examen, un concours d'entrée. Un acte politique majeur qui a suscité de nombreuses réactions. Parmi celles-ci, l'affirmation que le numerus fixus - malgré une méthode de calcul affinée de la part de la Commission fédérale de planification - ne fera qu'aggraver la pénurie déjà prégnante, notamment au sud du pays. Au même moment, en France, où la situation est également peu enviable, le numerus apertus est entré en vigueur après 50 ans de numerus clausus. Comparaison des trois méthodes.

Le ministre flamand de la Santé Wouter Beke a confirmé mardi l'"attitude sceptique" du gouvernement flamand à l'égard de l'accord conclu vendredi dernier par le fédéral et la Fédération Wallonie-Bruxelles à propos des quotas de médecins. Selon le ministre CD&V, le fait qu'il y ait un engagement du côté francophone à travailler aussi avec un examen d'entrée et un numerus fixus est "une condition nécessaire mais pas suffisante pour arriver à une solution", a-t-il indiqué au Parlement régional. La N-VA est très sévère et les médecins flamands tout aussi sceptiques.

Comme dans le reste de la Belgique, Bruxelles connaît une lente fonte du nombre de visites à domicile auprès des médecins généralistes. Entre 2011 et 2019, on est passé de un contact sur cinq effectué à domicile (21%) à un contact sur sept (15%). C'est le constat d'une enquête jumelée FAMGB/Bhak auprès de 389 MG bruxellois en collaboration avec l'Observatoire de la santé et du social de Bruxelles-Capitale.

Comme dans le reste de la Belgique, Bruxelles connaît une lente fonte du nombre de visites à domicile auprès des médecins généralistes. Entre 2011 et 2019, on est passé de un contact sur cinq effectué à domicile (21%) à un contact sur sept (15%). C'est le constat d'une enquête jumelée FAMGB/BHAK auprès de 389 MG bruxellois en collaboration avec l'Observatoire de la santé et du social de Bruxelles-Capitale.

L'Inami a récemment publié sur son site web les chiffres relatifs à l'adhésion à l'accord médico-mut 2022-2023. En général, le nombre de médecins qui rejettent l'accord tarifaire est en légère diminution. Cependant, il existe de grandes différences entre les spécialités et, aussi, entre les arrondissements.

Un quart de siècle durant, beaucoup de ministres se sont succédé et tous ont échoué à trouver un accord pérenne sur la question des quotas Inami. Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, et Frank Vandenbroucke, ministre fédéral de la Santé, ont su trouver une formule qui satisfait toutes les parties, ou presque. Puisque la Flandre, un peu à l'instar de St-Thomas, attend encore du concret côté francophone pour acter l'accord en CIM Santé.

La pénurie de MG qui pointe risque d'entraîner une augmentation des dépenses de santé publique par recours supplémentaires à la 2e ligne, explique Lawrence Cuvelier, vice-président du GBO. Qui craint une volonté du consortium hospitalo-universitaire de produire des assistants spécialistes taillables à merci...

La pénurie de MG qui pointe risque d'entraîner une augmentation des dépenses de santé publique par recours supplémentaires à la 2e ligne, explique Lawrence Cuvelier, vice-président du GBO. Qui craint une volonté du consortium hospitalo-universitaire de produire des assistants spécialistes taillables à merci...

Les enfants qui grandissent dans un environnement économiquement défavorisé courent un risque accru de 70% de développer des problèmes d'asthme. Une bonne collaboration entre prestataires de soins est nécessaire pour leur assurer des soins de qualité... et le pharmacien peut avoir un rôle fondamental à jouer dans cet effort conjoint.

L'indicateur portant sur le temps consacré par le médecin aux patients chroniques est positif, conclut un rapport du KCE évaluant la performance du système de santé vis-à-vis des personnes souffrant de maladies chroniques. "La continuité de l'information en médecine générale pour les patients chroniques n'est cependant pas optimale car tous ne disposent pas d'un dossier médical global." Sur dix hospitalisations de patients chroniques âgés, "plus de quatre n'ont pas été suivies d'un contact avec le MG dans la semaine suivant la sortie d'hôpital."

Le 16 mai 2002, la Chambre votait la loi autorisant sous condition l'euthanasie en Belgique. Fruit d'une longue réflexion et de larges auditions de la société civile au Sénat, la loi, promulguée le 28 mai 2002, allait être accompagnée quelques semaines plus tard de deux autres, celle sur les soins palliatifs et une troisième sur les droits du patient, toutes légalisant le choix d'organiser sa fin de vie.

Selon les autorités sanitaires, le pic de la grippe et des nouvelles admissions Covid à l'hôpital semble avoir atteint un sommet.

La Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de la loi relative à l'euthanasie (CFCEE) a communiqué les chiffres de la pratique de l'euthanasie en 2021. Ce n'est pas une obligation légale, la loi ayant prévu l'établissement d'un rapport bisannuel. La Commission prépare d'ailleurs son 10e rapport qui couvrira les années 2020-2021.

Mandaté par le SPF Santé publique, l'International Center of Reproductive Health de l'Université de Gand, dirigé par le Pr Ines Keygnaert, se lance dans une étude concernant le rôle et les besoins des médecins généralistes dans la lutte contre les violences sexuelles et intra-familiales. Le but final est d'élaborer des recommandations et des lignes directrices cliniques sur la formation, les outils à mettre en pratique et l'accompagnement dans la prise en charge des victimes de violences sexuelles et intra-familiales.

Selon les autorités sanitaires, le pic de la grippe et des nouvelles admissions Covid à l'hôpital semble avoir atteint un sommet.