Tout sur Flandre

Les employés des hôpitaux et MRS des catégories d'âge les plus jeunes (18-34 et 35-44 ans) représentent deux tiers du personnel non vacciné. Dans toutes les régions, la couverture vaccinale est plus élevée dans les hôpitaux que dans les MR/MRS. Le taux de couverture vaccinale du personnel des hôpitaux est plus élevé que celui de la population générale du même âge au niveau national, mais à égalité en Wallonie et à Bruxelles. La couverture vaccinale dans les MRS bruxelloises est proche de 70%. Très peu d'établissements francophones dépassent les 95% de couverture. La Flandre est en tête du taux de vaccination.

Le ministre Vandenbroucke estime qu'il faut réfléchir à l'utilisation du Covid Safe Ticket dans les hôpitaux et les maisons de repos en Flandre et en Wallonie. La fédération bruxelloise Gibbis, plaide pour la mise en place du Covid Safe Ticket à Bruxelles et la vaccination obligatoire du personnel des institutions de soin.

La Commission communautaire commune de Bruxelles (Cocom) a annoncé le retour d'une quarantaine obligatoire à partir de vendredi 17 septembre pour les personnes revenant d'un pays en zone rouge, qui ne présentent pas une couverture vaccinale complète ou un certificat de rétablissement du Covid-19. Le retour de vacances marque une légère augmentation de la vaccination, après deux semaines consécutives de baisse de fréquentation des centres de vaccination bruxellois.

Le ministre Vandenbroucke estime qu'il faut réfléchir à l'utilisation du Covid Safe Ticket dans les hôpitaux et les maisons de repos en Flandre et en Wallonie. La fédération bruxelloise Gibbis, plaide pour la mise en place du Covid Safe Ticket à Bruxelles et la vaccination obligatoire du personnel des institutions de soin

L'Association belge des hôpitaux a chargé Dedicated de sonder, en mai 2021, 2.000 Belges de 18 à 75 ans sur ce qu'ils pensent et attendent des hôpitaux. Ce premier "baromètre de l'image du secteur hospitalier dans la population belge", qui sera réalisé tous les deux ans, va permettre au secteur hospitalier de mieux connaître ses usagers, et, peut-être, de s'adapter à leurs véritables attentes.

L'Association belge des hôpitaux (Hospitals.be) a évalué dans une enquête réalisée auprès de 2.000 Belges l'influence de la crise sanitaire sur le secteur hospitalier. 45% des répondants ont le sentiment que depuis le début de la crise sanitaire la qualité des soins a été impactée négativement.

Les différences entre les taux de vaccination en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie sont pour le moins remarquables. Elles correspondent mutatis mutandis au pourcentage de DMG dans les trois Régions. Cela donne-t-il un nouvel élan à la discussion sur l'obligation du dossier médical global (DMG) ?

Le gouvernement flamand propose aux étudiantes et étudiants étrangers qui n'ont pas encore été vaccinés, ou du moins pas avec un sérum reconnu par l'Europe, de se faire immuniser en Belgique. "Le taux de vaccination en Flandre est légèrement inférieur dans les grandes villes. En vaccinant les étudiants étrangers dans la ville où ils suivent leurs études, nous les protégeons eux, mais aussi les autres étudiants et leur famille lorsqu'ils rentrent chez eux", s'est targué le ministre flamand de la Santé publique, Wouter Beke.

Le débat enfle ces dernières semaines. De nombreux acteurs politiques se sont positionnés. Des médecins également. Sciensano permet depuis peu, grâce à des chiffres sur la vaccination des soignants par profession, d'y voir plus clair et de comprendre les enjeux.

Cet été, nous avons été nombreux à vérifier régulièrement le changement de couleurs de la carte du monde et les règles d'application en vigueur pour les tests PCR et les passes sanitaires. Ceux qui sont partis en vacances en juin et juillet ont pu en profiter mieux que les aoûtiens soumis à des contraintes plus strictes liées à l'augmentation du nombre de cas de Covid un peu partout sur la planète.

La manière dont les réseaux hospitaliers seront mis en oeuvre dans la pratique est encore une source d'incertitude. Il en résulte une certaine méfiance entre les hôpitaux et entre les hôpitaux et la Première ligne, sur la nature des collaborations qui pourront se nouer et sur le financement futur.

Il s'agit d'une nécessité pour les fédérations du secteur (Gibbis, Santhea, Unessa et Zorgnet-Icuro). Un rapport récent de Sciensano montre que l'objectif de vaccination de 70% n'est pas partout atteint dans les différentes catégories professionnelles. Sachant que le variant delta gagne du terrain et que le nombre de contaminations est fortement en hausse, les fédérations demandent aux autorités de faire le nécessaire pour que chaque institution puisse continuer à offrir des soins en toute sécurité à leurs patients et résidents.

Une enquête en ligne de Sciensano et de la KU Leuven révèle qu'après 16 mois de crise sanitaire, les professionnels de l'aide et des soins ressentent toujours, dans une grande à très grande mesure, des symptômes de stress chronique. Ce stress persistant a un impact négatif sur leur bien-être. Au point que 22% des participants envisagent de cesser d'exercer leur métier.

Face au retard de la vaccination dans la capitale, le MR et le CD&V exhortent le gouvernement régional à prendre le problème à bras le corps. Les deux partis demandent, dans un communiqué commun, la convocation urgente d'une commission de la Santé au Parlement bruxellois afin de mener une "réflexion approfondie et rapide en la matière".

Les institutions du secteur des soins de santé n'ont pas demandé d'emblée aux soignants de se vacciner - tout en réclamant pour eux la priorité de l'accès aux différents vaccins. Mais c'est aujourd'hui chose faite: les fédérations belges du secteur des soins de santé demandent aux autorités de rendre la vaccination Covid-19 obligatoire pour le personnel des institutions de soins. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, y est également favorable.

Sept Belges adultes sur 10 sont désormais vaccinés, ce qui représente 6,5 millions de personnes dans le pays qui ont reçu les doses uniques ou doubles nécessaires à une vaccination complète, selon le rapport épidémiologique de l'Institut de santé publique Sciensano mis à jour vendredi à l'aube.

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a reçu vendredi la mission de mettre au point un système de responsabilisation des Communautés française et flamande, en concertation avec elle, afin qu'elles respectent les quotas de numéros Inami pour les médecins. Si la concertation n'aboutit pas d'ici la fin janvier 2022, les quotas seront maintenus à l'échelon fédéral et soumis aux règles fédérales, a-t-il expliqué dans un communiqué.