Tout sur Flandre

L'Absym et Le Cartel/ASGB demandent au gouvernement et aux ministres compétents en la matière d'accélérer la vaccination du personnel soignant de la catégorie 1a (en contact direct avec les patients). Les syndicats médicaux pointent d'importantes différences au niveau des taux de vaccination entre les hôpitaux.

L'Absym et Le Cartel/ASGB demandent au gouvernement et aux ministres compétents en la matière d'accélérer la vaccination du personnel soignant de la catégorie 1a (en contact direct avec les patients). Les syndicats médicaux pointent d'importantes différences au niveau des taux de vaccination entre les hôpitaux.

Avec le développement de vaccins contre le Covid prometteurs, une lueur se profile peu à peu au bout du tunnel... et la population belge se montre ouverte à l'immunisation, en particulier en Flandre. Le Sud du pays reste par contre un peu plus frileux, révèle une enquête réalisée début décembre et complétée par près de 3.000 répondants.

La task force vaccination annonce que jusque fin mars 54.300 doses du vaccin de Pfizer seront en moyenne administrées par semaine pour les premières vaccinations. À celles-ci s'ajoutent les vaccinations par la seconde dose qui doivent encore être administrés aux patients déjà bénéficiaires d'une première dose. L'objectif est de garantir la seconde vaccination. La semaine du 8 février, près de 180.000 doses devraient être administrées.

Invités à la Commission spéciale Covid-19 de la Chambre, les médecins ont busé nos dirigeants. Du haut de leur légitimité scientifique, Absym, GBO et SSMG ont mis le doigt sur tous les dysfonctionnements de notre système politique et notre absence de chaîne de commandement claire. Le système fédéral belge ressemble à un Rubik's Cube dépareillé: impéritie, retards à l'allumage, lenteur de réaction, absence de communication aux populations et aux médecins. Et, malgré certaines améliorations, cela continue en 2021.

La task force vaccination annonce que jusque fin mars 54.300 doses du vaccin de Pfizer seront en moyenne administrées par semaine pour les premières vaccinations. A celles-ci s'ajoutent les vaccinations par la seconde dose qui doivent encore être administrés aux patients déjà bénéficiaires d'une première dose. L'objectif est de garantir la seconde vaccination. La semaine du 8 février, près de 180.000 doses devraient être administrées.

La deuxième étape de vaccination a débuté ce lundi en s'étendant au personnel de soin des hôpitaux. Elle priorise les travailleurs des unités Covid, des soins intensifs et des urgences, plus exposés au virus. C'est aussi à partir de ce lundi que le vaccin Pfizer/BioNtech est plus largement inoculé au personnel des maisons de repos à Bruxelles et que les premières doses Moderna sont administrées dans différents hôpitaux du pays.

Le marché immobilier n'a pas échappé aux conséquences de la crise du coronavirus. Selon le baromètre immobilier des notaires réalisé par la Fédération du notariat (Fednot), le nombre de transactions immobilières a diminué de 2,7% l'année dernière, par rapport à 2019. En baisse en Flandre et Bruxelles, l'activité a par contre légèrement augmenté en Wallonie.

On imagine mal que l'année qui vient de commencer ne soit pas bien meilleure que la précédente. Mais encore? Quel tableau les économistes nous brossent-ils et que doit en retenir l'investisseur?

Fallait-il rouvrir les écoles entre le congé de Toussaint et les vacances de Noël? Les avis sont partagés. Lors de la première vague et le premier confinement, la peur pour la santé de nos petits et aussi l'influence de la France nous avaient poussés à interrompre longuement les cours en présentiel, au grand dam de la Flandre, plus à l'écoute des Pays-Bas généralement.

Super-DMG, élargissement de la téléconsultation, revalorisation de la garde MG et des visites en MRS, revalorisation des jeunes MG en attente d'agrément: telles sont les doléances du GBO en vue de la signature d'un accord médico-mut.

Cela fait longtemps que les perturbateurs endocriniens sont connus, et pourtant: un Belge sur deux n'a jamais entendu parler de ces substances potentiellement nocives pour la santé. Des résultats inquiétants, selon une enquête menée par les Mutualités libres auprès de 1.000 personnes et présentée lors du symposium en ligne "Quel impact des perturbateurs endocriniens sur notre santé? ".

A côté de leur évaluation de l'impact de la pandémie sur les finances hospitalières, les auteurs de l'étude Maha ont également présenté, comme d'habitude, les chiffres-clés de l'année passée.

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.