Les réseaux sociaux bénéficieraient à la santé mentale des adultes

Une étude remet en question la notion selon laquelle l'utilisation régulière des réseaux sociaux, des téléphones cellulaires et d'Internet contribuent à une crise de la santé mentale aux États-Unis. Au contraire, chez les adultes, cela pourrait aider à prévenir une détresse psychologique grave, telle que la dépression et l'anxiété.

Parkinson : la maladie débuterait par un déficit en sérotonine

Des chercheurs ont découvert que les tout premiers stades de la maladie de Parkinson pourraient être liés à une détérioration du système de production de la sérotonine dans le cerveau. Ce résultat pourrait contribuer à une détection précoce de la maladie, ce qui serait un atout considérable dans sa prise en charge.

En zone de conflit, le fardeau des troubles mentaux est élevé

A la lumière d'une méta-analyse de 129 études, des experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) constatent que plus d'une personne sur cinq vivant dans une zone de conflit souffre d'un trouble mental, et les femmes sont plus sensibles à la dépression.

L'insomnie chronique affecterait la mémoire déclarative

L'insomnie chronique a un impact négatif sur les fonctions cognitives des personnes de 45 ans et plus, indépendamment de l'effet des autres problèmes de santé associés à l'insomnie. Ces personnes sont plus sujettes aux troubles de la mémoire.

mGluR5, un biomarqueur qui révèle les personnes suicidaires

Des chercheurs américains ont identifié le neurotransmetteur mGluR5 comme biomarqueur biologique qui pourrait aider à diagnostiquer plus efficacement les individus souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ou d'un trouble dépressif majeur (TDM), et à gérer le risque potentiel de suicide chez ces personnes.

La solitude aggrave les troubles mentaux quel que soit l'âge

Une nouvelle étude confirme que le fait de vivre seul augmente le risque de souffrir de troubles mentaux communs, tel que la dépression et l'anxiété. Mais, et c'est un fait nouveau, elle montre aussi que le lien est avéré dans toutes les tranches d'âge.

Des souris ont retrouvé la vue grâce à une thérapie génique

Des neuroscientifiques américains travaillant sur des souris aveugles sont parvenus pour la première fois à leur faire recouvrer une vision partielle grâce à une thérapie génique innovante. L'expérience offre des perspectives de traitement intéressantes pour les maladies dégénératives rétiniennes chez l'Homme.

Mots croisés et sudoku aideraient à garder un cerveau plus alerte

Selon une recherche britannique, les personnes âgées de plus de 50 ans qui s'adonnent régulièrement aux jeux de chiffres et de lettres comme le sudoku et les mots croisés améliorent leur fonctionnement cérébral, en particulier leurs facultés d'attention, de raisonnement et de mémorisation.

Faire du sport permet d'améliorer la mémoire sémantique

Faire du sport est non seulement bon pour la santé, mais a aussi des effets positifs sur le fonctionnement de notre cerveau. Une étude montre qu'une seule séance d'exercice augmente l'activation des circuits cérébraux associés à la mémoire sémantique chez des personnes âgées.

Troubles bipolaires : de nouvelles régions du génome impliquées

Une étude à grande échelle a permis d'identifier 20 nouveaux facteurs de risque génétiques du trouble maniaco-dépressif ou trouble bipolaire. Les chercheurs ont aussi découvert que huit gènes associés au trouble bipolaire le sont aussi à la schizophrénie.

Le puzzle, un passe-temps bénéfique pour la santé cérébrale

Pour la première fois, une étude démontre scientifiquement que faire des puzzles est un passe-temps qui pourrait, à long terme, être bénéfique au cerveau. Très complet, ce jeu transgénérationnel fait appel à diverses fonctions cognitives, visuelles et spatiales.

Parkinson : un trouble du sommeil paradoxal fortement prédictif

Cette étude multicentrique confirme un risque très élevé de maladie de Parkinson chez les personnes atteintes de trouble du sommeil paradoxal et identifie plusieurs prédicteurs puissants de la progression de la maladie. De quoi permettre de mieux choisir les participants aux essais cliniques et de mettre au point des traitements plus efficaces.