Article du magazine

Bien que les troubles de l'érection soient un problème courant, il existe encore beaucoup d'ignorance sur la manière de l'aborder car se contenter de prescrire une pilule, c'est faire de la mauvaise médecine, estime le Pr Koenraad Van Renterghem, urologue et expert internationalement reconnu dans ce domaine. Quels sont donc les réflexes à avoir dans la mise au point et le traitement de la dysfonction érectile? Le spécialiste fait le tour de la question.

Des biologistes ont découvert un nouveau mécanisme expliquant comment l'obésité endommage le métabolisme des muscles squelettiques. Cette maladie pourrait résulter de l'absence du gène BDNF qui empêche les mitochondries de transformer les nutriments en énergie. Une plante en Amérique du Sud pourrait en être le remède.

Selon une étude chinoise, le coucher tardif et le sommeil nocturne court sont associés à un risque accru d'obésité générale et abdominale, tandis qu'une sieste plus longue pendant la journée ne permet pas de compenser cet effet négatif de nuits trop courtes, mais augmente encore le risque d'obésité abdominale, en particulier chez les femmes.

La plus grande étude du genre révèle que les personnes en surpoids ou obèses qui boivent de l'alcool amplifient considérablement l'effet nocif de l'alcool sur l'incidence des maladies du foie et la mortalité. Une conclusion qui incite à la frugalité et à la sobriété.

Boire du café, qu'il soit caféiné ou déca, instantané et moulu, réduirait les risques de développer une maladie chronique du foie, notamment la stéatose hépatique, ou d'en mourir. Les bénéfices seraient maximums en consommant trois à quatre tasses par jour.

Des chercheurs américains constatent que les femmes touchées par un cancer du sein ont un risque accru de mortalité toute cause et en particulier par cancer du sein si elles consomment de manière régulière des sodas sucrés.

Consommer deux portions de poisson gras deux fois par semaine diminuerait d'environ un sixième le risque de problème cardiovasculaire majeur chez les personnes à haut risque, comme celles qui ont fait une crise cardiaque ou un AVC par le passé. C'est la présence d'oméga-3 dans ces poissons qui apporterait cet effet préventif.

Selon une étude américaine, le fait d'avoir des cycles menstruels irréguliers et longs tout au long de la vie reproductive est associé à un risque plus élevé de diabète de type 2, en particulier chez les femmes en surpoids ou obèses, avec un régime alimentaire de mauvaise qualité et de faibles niveaux d'activité physique.

Selon une étude suédoise, les hommes ayant eu recours à des techniques d'assistance médicale à la reproduction ont un risque significativement plus élevé de développer un cancer de la prostate que les autres. Ce constat renforce l'hypothèse selon laquelle ces deux problèmes de santé pourraient avoir des causes communes.