Tout sur SSMG

"Un nouveau jour vient d'éclore, pouvoir encore s'en émerveiller" (Florent Pagny). Une nouvelle année vient de naitre, avec son lot d'espoir et de déception, de travail et de partage, de discussion et de silence, de joie et de tristesse.

Mes vaccins sont-ils à jour ? Peu de gens peuvent répondre rapidement à cette question. Certains se tournent vers leur médecin traitant, d'autres se lancent dans des fouilles archéologiques pour déterrer leur carnet de vaccination. Pour contrer cette perte d'informations, la SSMG plaide pour un encodage systématique et centralisé des données vaccinales.

Aux portes de l'hiver, la SSMG propose une check-list reprenant les infos-clés en matière d'infections des voies respiratoires inférieures chez l'adulte. Vaccination, antibiothérapie, hospitalisation... Un outil pratique à glisser dans son ordonnancier.

Le syndicat AADM (Alliance des médecins, MG flamand) souhaite fusionner avec le GBO. Le ministre Vandenbroucke soutient leur demande car l'AADM est un fidèle serviteur de son projet politique. La fusion avec le GBO est le seul espoir pour AADM de remplir les conditions légales pour se présenter aux élections en 2023 car sans cela il ne les réunira pas. Le GBO va-t-il venir en aide au syndicat maison du ministre qui rêve de nous imposer une médecine générale à l'anglaise ?

Vendredi, la Commission de planification de la Fédération Wallonie-Bruxelles se réunit. Que va-t-elle décider comme clé de répartition? Le GBO recommande d'emblée une clé de 50% en faveur de la spécialisation en médecine générale, soit environ 371 futurs MG.

La Société scientifique de médecine générale (SSMG) s'inquiète des propositions actuelles de la Commission de planification de la Fédération Wallonie-Bruxelles, défavorables à une augmentation des quotas de médecins généralistes. Le GBO et le Collège de médecine générale réclament qu'au moins 50% des futurs médecins soient des généralistes. Verdict le vendredi 21 octobre.

À Bruxelles et en Wallonie, médecins généralistes, gynécologues, pédiatres et autres professionnels de la santé sont invités à répondre à un questionnaire pour savoir s'ils intègrent les facteurs environnementaux dans leur pratique médicale et comment ils le font.

La journée "jeunes généralistes" de la SSM-J sera consacrée ce 10 septembre à l'esprit critique en médecine générale. Le Prix du Généraliste, co-organisé avec le jdM, sera remis lors de cet après-midi. Il est encore temps de vous y inscrire.

Un groupe de travail a approuvé les principes d'un projet de convention qui définit ce qu'est un patient souffrant d'un Covid de longue durée et reconnaît la complexité et la diversité des problèmes de ces patients. 13.000 Belges sont concernés par ce trajet de soins qui devrait être prêt en été.

Le livre du Dr Thomas Orban et de Vincent Liévin, "Alcool, ce qu'on ne vous a jamais dit", invite à prendre conscience de sa consommation et à mieux connaître ce produit et ses conséquences sur la santé et la société. Il propose aussi des pistes pour améliorer le soin et l'accompagnement des personnes confrontées à des problèmes d'alcool.

L'Inami a récemment publié une note concernant le projet de révision de l'accréditation des médecins. Chaque médecin devrait établir un plan de formation personnel, et les sociétés scientifiques se verraient conforter dans leur rôle formateur. Une note qui réjouit la SSMG, qui s'inquiète toutefois des mécanismes d'implémentation d'un tel mode d'accréditation, notamment au niveau informatique.

Depuis deux ans, j'ai rejoint la cellule Recherche de la SSMG, comme assistante à raison d'un tiers de mon travail hebdomadaire et ceci dans le cadre de ma formation de 3 ans en médecine générale...

Le ministre de la Santé publique compte proposer aux médecins généralistes des formations pour la détection et la prise en charge plus précoces de l'alcoolisme chez leurs patients. Il souhaite aussi sensibiliser le milieu hospitalier. Des projets pilotes sont en cours.

Le ministre de la Santé publique compte proposer aux médecins généralistes des formations pour la détection et la prise en charge plus précoces de l'alcoolisme chez leurs patients. Il souhaite aussi sensibiliser le milieu hospitalier. Des projets pilotes sont en cours.

A tant médire de la visite à domicile, on en oublierait que s'y cachent de merveilleux petits moments de bonheur.

Thomas Orban, généraliste-alcoologue et ancien président de la SSMG, commente la consommation d'alcool de ses confrères, évaluée par notre enquête.