Tout sur Jean-Noël Godin

Jean-Noël Godin quitte définitivement le 15 février le poste de directeur du Groupement belge des omnipraticiens (GBO) auquel il avait été nommé le 5 août 2019. Interview-bilan.

Ce lundi, le Comité de l'assurance de l'Inami a approuvé la proposition de budget des soins de santé 2024. À l'unanimité côté organismes assureurs (20 voix "pour"), à la majorité côté dispensateurs de soins: 14 voix "pour", cinq "contre" et une abstention. Si AADM a suivi, le Cartel et l'Absym ont rejeté la proposition de budget.

Les postes de garde et le 1733 font les choux gras de la presse spécialisée, voire généraliste, depuis maintenant des mois. Il est plus que probable que, dans les prochains jours, le terrain voudra marquer son mécontentement par des actions plus concrètes car la colère des médecins généralistes est grande. D'aucuns estiment que la population est en danger, surtout dans les zones où le 1733 ne remplit plus sa mission.

Les postes de garde et le 1733 font les choux gras de la presse spécialisée, voire généraliste, depuis maintenant des mois. Il est plus que probable que, dans les prochains jours, le terrain voudra marquer son mécontentement par des actions plus concrètes car la colère des médecins généralistes est grande. D'aucuns estiment que la population est en danger, surtout dans les zones où le 1733 ne remplit plus sa mission.

Lundi soir en médico-mut, a été promise une indexation des consultations et visites de 7,11% dès le 1er janvier prochain. Idem pour les Postes médicaux de garde. Bonne nouvelle dans le premier cas, insuffisant dans le second, selon Jean-Noël Godin, directeur du GBO. Des bonnes nouvelles aussi en médecine spécialisée, selon Gilbert Bejjani, vice-président de l'Absym. "On évite la castagne et on est proche d'un accord."

Lundi soir en médico-mut, a été promise une indexation de 7,11 % dès le 1er janvier prochain. Idem pour les Postes médicaux de garde. Bonne nouvelle dans le premier cas, insuffisant dans le second, selon Jean-Noël Godin, directeur du GBO. Des bonnes nouvelles aussi en médecine spécialisée, selon Gilbert Bejjani, vice-président de l'Absym. " On évite la castagne et on est proche d'un accord. "

Le Conseil général de l'Inami a beau avoir approuvé le budget (lire jdM n°2729), les revendications syndicales perdurent. Le GBO/Cartel regrette la diminution de la norme de croissance de 2,5% à 2% en 2024, mais salue une épure globalement positive pour 2023. À deux exceptions près: le flou autour des soins appropriés et les 100 millions d'euros mis sur la table des seuls médecins conventionnés. Explications avec Jean-Noël Godin, directeur du GBO.

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a choisi de soutenir uniquement les prestataires conventionnés en débloquant 100 millions pour faire face à la hausse des coûts. Une décision qui passe mal.

GBO et Absym revendiquent la paternité d'avoir réussi à supprimer la trop modeste consultation de vaccination contre le Covid-19 de 15,5 euros pour un tarif plus conséquent relatif à la consultation (ou visite) relative aux autres vaccins. Mais le plus important est que la mesure devrait être publiée rapidement au Moniteur.

Après avoir lancé sa réforme du secteur hospitalier, le ministre de la Santé publique souhaite réorganiser la médecine générale. Il propose un New Deal dans une note de 13 pages. Certaines propositions et mesures ont déjà été concrétisées, d'autres doivent encore l'être. Son idée la plus originale est d'élaborer un modèle d'organisation et de financement nouveau et durable pour le cabinet de médecine générale d'aujourd'hui.

Après avoir lancé sa réforme du secteur hospitalier, le ministre de la Santé publique souhaite réorganiser la médecine générale. Il propose un New Deal dans une note de 13 pages. Certaines propositions et mesures ont déjà été concrétisées, d'autres doivent encore l'être. Son idée la plus originale est d'élaborer un modèle d'organisation et de financement nouveau et durable pour le cabinet de médecine générale d'aujourd'hui.

Alors que des projets pilotes ont débuté dans des pharmacies à Bruxelles et en Wallonie, l'Absym a décidé d'entamer une procédure judiciaire contre la loi qui autorise les pharmaciens à vacciner contre le Covid-19 dans leurs pharmacies, "car cette loi viole un certain nombre de droits constitutionnels".

En Région bruxelloise, un arrêté publié le 27 janvier 2022 fixe les conditions d'attribution des subventions pour soutenir les pratiques multidisciplinaires et les jeunes médecins. Ce mécanisme remplace le mécanisme Impulseo I créé en mars 2012. Pour le président de la FAMGB, ce nouveau système privilégie totalement les maisons médicales.

Le directeur du GBO, présent en séance, a appelé, lors du débat, à ce que la Commission de planification francophone soit plus "réaliste" que la Commission fédérale et travaille en bonne intelligence avec le Fédéral et la Communauté flamande.

Le Comité de l'assurance propose un objectif budgétaire de 31,7 milliards d'euros 2022. Celui-ci tient désormais compte des objectifs de santé. Cette proposition sera soumise au vote du Conseil général de l'Inami le 18 octobre.

Le GBO-Cartel s'inquiète de l'approche HAD telle qu'elle est présentée actuellement par les autorités de santé. Il demande un changement de paradigme pour mettre les première et deuxième lignes sur un pied d'égalité. "Nous ne sommes pas contre le principe, mais l'approche n'est pas la bonne", explique Jean-Noël Godin, directeur du GBO.

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la "vision des soins efficaces" présentée par le Groupement belge des spécialistes (lire ci-contre) dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Médecine

Porté par le Pr Natzi Sakalihasan, du service de chirurgie cardiaque, vasculaire et thoracique du CHU de Liège, le centre "Raymond Limet Liège Aortic Center" va proposer une structure multidisciplinaire unique en Fédération Wallonie-Bruxelles et reconnue internationalement.

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.