Tout sur Thomas Orban

Le Collège de médecine générale a désigné mardi son nouveau président. Christophe Barbut remplace Thomas Orban. "Cela a été une formidable aventure de mettre cela sur pied", confie le président de la SSMG, qui demande à ses confrères de soutenir le Collège en payant leurs cotisations.

Les écologistes insistent pour que les autorités fédérales prennent le temps d'écouter le ras-le-bol de tous les acteurs de la première ligne. Tant les médecins généralistes - qui alertent depuis le début de la semaine sur la saturation, entre autres, via notre journal - que les pharmaciens et les infirmiers/infirmières.

" Nous avons l'impression de nous retrouver au début du mois de mars ", interpelle Thomas Orban, président du Collège de médecine générale. " Il y a le même sentiment d'urgence avec l'impression que le monde politique et que l'administration sont encore léthargiques. Ils risquent de se réveiller encore une fois trop tard. "

"Nous avons l'impression de nous retrouver au début du mois de mars", interpelle Thomas Orban, président du Collège de médecine générale. " Il y a le même sentiment d'urgence avec l'impression que le monde politique et que l'administration sont encore léthargiques. Ils risquent de se réveiller encore une fois trop tard."

Les médecins généralistes peuvent s'enorgueillir d'avoir pris l'initiative rapidement contre la pandémie via, certes des structures existantes, mais opérationnelles. Ce sont eux qui sont à l'origine des centres de tri. Les cercles de MG ont également retrouvé leur légitimité aux yeux des autorités de santé publique. Les MG ont largement contribué à éviter des goulets d'étranglement dans les hôpitaux. Mais il manque un plan d'urgence pandémique global en Belgique inspiré de la chose militaire... Tirerons-nous les leçons de la pandémie ? Rien n'est moins sûr alors que se profile une crise économique et sociale profonde.

La conférence interministérielle Santé publique (CIM) du 4 mai s'est penchée sur les stratégies de testing (dépistage) et de tracing (suivi de contacts) qui ont débuté le même jour. Une concertation provoquée par l'ensemble des médecins généralistes du pays, jusqu'alors dans le flou sur le rôle concret qu'ils devaient jouer dans ces phases cruciales d'accompagnement du déconfinement.

Le Collège de médecine générale (CMG) estime que la situation actuelle justifie une recommandation de porter le masque "artisanal" pour tous en dehors de son domicile.

Mardi, le Collège de la médecine générale francophone de Belgique (CMG) a diffusé des consignes actualisées sur l'organisation de la médecine générale et les nouvelles mesures pour la prise en charge des patients Covid-19.

ESANTÉ Amazon lance un dispositif capable de retranscrire en texte les comptes-rendus des médecins, leurs échanges verbaux avec des patients ou encore des ordonnances. Le Dr Thomas Orban, président de la Société scientifique de médecine générale (SSMG), est favorable à une telle évolution pour autant que l'éthique et la protection des données soient préservées.

Nous annoncions dans notre dernière édition la publication du Livre blanc de la 1ère ligne. Ce document, produit par Be.hive, la chaire francophone interdisciplinaire et interuniversitaire de la première ligne, présente un état des lieux de la première ligne en Belgique francophone et propose des pistes de recherche universitaire interdisciplinaire afin d'aider les hommes politiques à se projeter, en matière de 1ère ligne, dans les dix à venir.

Synergie amenée à se multiplier à l'avenir : l'Inami, le SPF Santé publique et l'AFMPS se sont associés avec les hôpitaux pour les auditer. Les opérations bariatriques ouvrent le bal. Le rapport d'audit révèle " de nettes différences entre les établissements ". Aucune sanction n'est prévue. L'audit doit servir à améliorer les pratiques futures.

Une proposition de loi pour lutter contre la pénurie des médicaments relance le débat sur un droit de substitution systématique accordé aux pharmaciens. L'Absym s'y oppose catégoriquement. Thomas Orban, président de la SSMG, estime qu'il faut éviter le dogmatisme et appelle au pragmatisme.

Samedi dernier, la SSMG organisait un symposium sur la médecine du futur. Au départ justement très futuriste, le débat s'est ensuite recentré sur le présent et ce que la technologie a de plus concret à offrir aux médecins, pas seulement généralistes.

La "médecine du futur" est au programme d'un colloque alléchant organisé ce 18 mai par la Société scientifique de médecine générale. Pour les généralistes et les autres professionnels qui veulent évoluer avec un secteur en pleine mutuation.

En janvier 2019, 6.212 généralistes, soit la moitié des généralistes actifs, utilisait eAttest. L'application va être progressivement déployée chez d'autres prestataires de soins, en commençant par les dentistes en 2019. Mais si les patients sont ravis, ce n'est pas le cas de tous les médecins généralistes utilisateurs. Financièrement, il n'y a guère de plus-value et eFact (facturation) reste opaque au niveau des remboursements car sans références précises...

Fin juin 2018, le Conseil supérieur de la santé (CSS) fait de nouvelles recommandations afin de contrôler les risques pour la santé liés à la consommation d'alcool.

Pour pouvoir participer aux concours du JM-club et avoir une chance de remporter un des prix, il faut être membre du Club du Journal du Médecin.