Tout sur Suède

En Belgique, seuls 25% des enfants sont correctement transportés, c'est-à-dire à l'aide d'un dispositif de retenue adapté. C'est ce qui ressort d'une enquête de l'institut Vias sur les enfants et la sécurité routière.

L'affirmation de la Banque nationale de Belgique (BNB) a fait grand bruit voici quelques semaines. Persiste-t-elle dans cette conviction? Et qu'en pense-t-on chez ING, qui a plus d'une fois averti d'une surévaluation?

La sixième édition du "Photo Brussels Festival" au Hangar d'Ixelles, propose des portraits en pied... de l'arbre.

Dans le cadre du projet DIADeM, des chercheurs belges et français ont analysé l'impact d'un cocktail médicamenteux sur la faune de la Meuse. Ce travail qui a permis de développer une méthode pour améliorer le diagnostic de la qualité des eaux de rivières, vise aussi à conscientiser le public à cette problématique.

Dans une crise comme celle du coronavirus, mieux vaut être paré à toutes les éventualités. Les premiers mois de la campagne de vaccination ont été marqués par un certain nombre de difficultés d'approvisionnement, et les fabricants en ont tiré les leçons. Ils s'efforcent aujourd'hui de se préparer le mieux possible à passer si nécessaire à un nouveau vaccin... mais personne ne peut garantir que tout se passera sans accrocs.

La Belgique a conclu de nombreuses conventions préventives qui limitent la double imposition internationale des revenus, mais très peu qui réglementent la situation des successions transfrontalières. Les codes belges se montrent peu flexibles dans ce type de situations, d'où l'intervention récente de la Cour constitutionnelle pour permettre la déduction de certains frais successoraux payés à l'étranger. Quelques explications s'imposent.

Les soins postposés, les problèmes mentaux, les retards d'apprentissage chez les enfants... sont des préoccupations importantes. Si le monde politique décidait d'un nouveau confinement, il serait essentiel de tenir compte des dommages collatéraux, selon près de 86% des médecins généralistes et spécialistes.

Une grande étude nationale basée sur tous les patients Covid-19 en Suède conclut que le risque d'infarctus aigu du myocarde et d'accident vasculaire cérébral ischémique est multiplié par trois lors des deux premières semaines suivant le diagnostic de Covid-19.

La critique en est "bleue": tout en moquant le machisme crétin (y en a un autre? ), les Suédois des Viagra Boys ne manquent pas de "cachets" et aphrodisient un punk-rock qu'ils salissent à plaisir, le rendent bien crade, tout en variant les positions. Rocco Siffredi? Non, rock del freddo....

Malgré le manque de traitements et de stratégies préventives, les Européens et Nord-américains souffrent de moins en moins de démence. Une conclusion qui appelle d'autres études pour mieux comprendre ce phénomène.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 649.577 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 13H00. Parmi les pays les plus durement touchés dans le monde, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100.000 habitants, suivi par le Royaume-Uni (67), l'Espagne (61), l'Italie (58), et la Suède (56). Les Etats-Unis sont 9e.

Au plus profond de la crise pandémique, près de 3,5 milliards d'humains ont été confinés. Mais entre le confinement total (Chine), drastique (Italie, France), compréhensif (Belgique), " intelligent " (Pays-Bas), modéré (Suède), faible à nul (Corée du Sud, Taïwan, Suisse, Israël), plusieurs pays ont expérimenté des solutions bien distinctes. Avec des résultats bien différents également. Le confinement était-il donc la bonne solution ? La réponse à cette question conditionnera notre approche lors d'une prochaine pandémie. Tentons d'y voir clair.

Un minuscule virus, invisible à l'oeil nu, nous plonge dans la tourmente et nous fait perdre le nord. L'homme n'aime pas l'incertitude. Impossible de dire quand et comment nous allons être quittes de cette menace. Nous acceptons, parfois difficilement, les atteintes à nos libertés et ce, dans la perspective non seulement de nous protéger mais aussi de protéger les autres. Devons-nous pour autant renoncer aux droits et libertés que nous avons acquis en 2002 par l'adoption de ces trois lois fondamentales en droit médical relatives aux droits du patient, aux soins palliatifs et à l'euthanasie ? Certainement pas. Encore faut-il leur donner un sens dans cette crise.

La question peut paraître saugrenue. Pourtant, l'excrétion fécale du SARS-CoV-2 ne fait guère de doute et il a effectivement été retrouvé dans les eaux usées aux Pays-Bas. De nombreux chercheurs considèrent qu'une surveillance de ces eaux serait un bon moyen pour estimer le nombre total d'infections dans une communauté et pour détecter les signes avant-coureurs d'un éventuel retour du coronavirus après la sortie du confinement.

Pour la 21e année, nous présentons les six candidats au Prix du Généraliste, co-organisé avec la SSM-J, et en collaboration avec l'UCLouvain, l'ULB et l'ULiège. Ce challenge met en compétition amicale six jeunes généralistes qui ont remis des travaux de fin d'études présentant des qualités particulièrement remarquables. Les prix des lecteurs du jdM, avec le soutien d'Amonis, et du jury de la SSM-J seront remis le 10 septembre 2022 lors d'une grande journée "jeunes médecins" organisée par la SSM-J.