Tout sur GBS

Le GBS lance une grande enquête auprès des spécialistes belges pour connaître leurs opinions et pouvoir développer des idées innovantes dans le cadre des réformes essentielles.

Le Groupement belge des spécialistes (GBS) a transmis à Jo De Cock, patron de l'Inami, une note expliquant sa vision des soins efficaces. Un document qui peut alimenter la réflexion des autorités et des groupes de travail occupés actuellement à brainstormer sur l'évolution du processus budgétaire. Jean-Luc Demeere, président du GBS, éclaire les enjeux de ce grand chantier pour le corps médical.

Après le GBO, c'est l'Absym qui se déclare choquée par la proposition du GBS de redessiner les contours des soins de première ligne. "Ouvrir et gérer un DMG est une prérogative qui doit rester strictement réservée aux médecins généralistes et ne peut se voir confier aux médecins spécialiste", souligne le syndicat médical qui "tient à se distancier de toute tentative de polarisation entre généralistes et spécialistes."

Le Groupement belge des spécialistes (GBS) a transmis à Jo De Cock, patron de l'Inami, une note expliquant sa vision des soins efficaces. Un document qui peut alimenter la réflexion des autorités et des groupes de travail occupés actuellement à brainstormer sur l'évolution du processus budgétaire. Jean-Luc Demeere, président du GBS, éclaire les enjeux de ce grand chantier pour le corps médical.

Afin de rendre hommage à leur engagement débridé dans la lutte contre le Covid-19, le journal du Médecin et le Spécialiste attribuent cette année le "prix du Spécialiste de l'année" à tous les spécialistes. La cérémonie de remise du prix, virtuelle cette année, et le symposium "distanciation" auront lieu le 21 novembre.

" Nous avons perdu une petite partie de la consommation médicale en raison du report ou de l'annulation de soins qui ont découlé de la crise du Coronavirus. Cela a relativement peu d'impact sur la santé publique et on ne sait d'ailleurs pas non plus le vérifier correctement sur le plan scientifique. "

Face à la crise sanitaire Covid, il nous a manqué un Plan d'urgence anti-pandémique global et une stratégie cohérente. Malgré plusieurs tentatives de plans de lutte éparses, notamment pendant la crise influenza en 2006, ce plan n'existe toujours pas dans notre pays. Il pourrait permettre de mettre en place en quelques jours une structure préétablie avec, à la tête de " l'armée sanitaire ", un seul porte-parole. Un chef qui parle d'une seule voix.

" Nous insistons pour rouvrir les consultations extrahospitalières et hospitalières ", souligne le Dr Jean-Luc Demeere. Le président du GBS propose six priorités à Sophie Wilmès et Maggie De Block pour réduire le risque de dégâts collatéraux causés par le manque de soins aux personnes qui en ont besoin.

À l'instar des autorités qui recommandent aux médecins de prendre en charge les patients qui nécessitent des soins, le Groupement belge des spécialistes (GBS) s'inquiète de l'état de santé de la population belge. Il livre six recommandations à la Première ministre et à la ministre de la Santé. " Il faut créer une sécurité sanitaire afin de limiter au maximum les dommages collatéraux liés directement et indirectement au Covid-19. "

Dans son dernier rapport annuel 1, baptisé " A-t-on perdu le nord ? ", le Groupement belge des spécialistes (GBS) s'inquiète de l'absence d'un gouvernement fédéral de plein exercice et des mesures prises en 2019 dans le secteur de la santé.

Le système des soins à basse variabilité (SBV) a fêté son premier anniversaire le 1er janvier 2020. Lors du symposium du GBS consacré aux " hot topics dans les soins de santé ", Mickael Daubie (Inami) a dressé un premier bilan de l'implémentation de ce nouveau mécanisme de financement et présenté les perspectives d'évolution.