Tout sur FAGW

" Le 1733 est un outil fragile. Les autorités jouent un jeu dangereux : si elles le cassent, le 1733 ne sera pas reconstruit ", s'insurge le Dr Guy Delrée, président de la FAGW. En cause : les multiples problèmes qui grèvent la continuité du service de tri utile à la garde en médecine générale.

Lors de la médico-mut du 30 janvier, il y a eu des avancées sur le financement des postes médicaux de garde (PMG) (lire jdM n°2742). Cependant, les cercles restent inquiets quant à la mise en oeuvre de la nouvelle réglementation du 1733. La Fédération des associations de médecins généralistes de la Région wallonne (FAGW) a rédigé un courrier pour faire part de ses inquiétudes.

La garde de semaine et les coopérations fonctionnelles sont sur la table de négociation au sein de la médico-mut et du SPF Santé publique. Les textes actuellement déposés ne sont pas au goût des médecins généralistes, faute à un manque de financement, notamment. Heureusement, le terrain pourra prochainement se faire entendre.

Une cinquantaine de médecins généralistes liégeois étaient présents dans l'amphithéâtre du MontLégia samedi dernier pour une matinée de réflexion sur l'avenir des cercles. Avec les Assises de la première ligne, la ministre Christie Morreale ne cache pas sa volonté de réformer la première ligne wallonne. Au prix de la disparition des cercles? C'est en tout cas un des scénarii envisagés. Les généralistes wallons ont donc intérêt à défendre leur bien s'ils ne veulent pas le voir disparaître.

Le Dr André, médecin généraliste liégeois, raconte son vécu fait de contacts avec la Ville, la Province, le Fédéral, de réunions du FAGW, ses illusions/désillusions dans la recherche obstinée de matériel de protection qui rythment ses journées. Et son étonnement que " l'Inami et les ministres de tutelle ne soient pas à nos côtés pour travailler ensemble autrement que par des effets d'annonce ". Il pointe également le matériel manquant ou de mauvaise qualité. " Comment peut-on envoyer les soldats sans armes, avec comme seul moyen de s'en sortir (peut-être ? ), la débrouille et le sens des autres ? ", se demande-t-il.

Le Dr André, médecin généraliste liégeois, raconte son vécu fait de contacts avec la Ville, la Province, le Fédéral, de réunions du FAGW, ses illusions/désillusions dans la recherche obstinée de matériel de protection qui rythment ses journées. Et son étonnement que " l'Inami et les ministres de tutelle ne soient pas à nos côtés pour travailler ensemble autrement que par des effets d'annonce ". Il pointe également le matériel manquant ou de mauvaise qualité. "Comment peut-on envoyer les soldats sans armes, avec comme seul moyen de s'en sortir (peut-être ?), la débrouille et le sens des autres ?", se demande-t-il.

Face à l'épidémie croissante de coronavirus, les cercles de médecins généralistes belges veulent prendre leurs responsabilités. Ils proposent un plan " épidémie " et des mesures concrètes. " Les cercles de médecins généralistes de Belgique sont convaincus qu'ils peuvent jouer et joueront un rôle extrêmement important au moment où nos soins de santé en auront le plus besoin ", soutiennent la FAMGB, la FAGW, le Cartel et Domus Medica.

Face à l'épidémie croissante de coronavirus, les cercles de médecins généralistes belges veulent prendre leurs responsabilités. Ils proposent un plan " épidémie " et des mesures concrètes. "Les cercles de médecins généralistes de Belgique sont convaincus qu'ils peuvent jouer et joueront un rôle extrêmement important au moment où nos soins de santé en auront le plus besoin ", soutiennent la FAMGB, la FAGW, le Cartel et Domus Medica.

L'administration de vaccins, notamment contre la grippe, est perçue par 62% des pharmaciens comme pouvant faire partie de leurs tâches. Ils veulent également savoir pour quelle indication un médicament spécifique est prescrit par le médecin. Ils estiment également qu'ils devraient avoir un droit de regard sur les analyses de sang de leurs patients. Pour sa part, l'Absym considère que le médecin devrait pouvoir à l'avenir décider de déléguer certaines tâches à d'autres professionnels. S'ils sont sont bien formés.

L'administration de vaccins, notamment contre la grippe, est perçue par 62% des pharmaciens comme pouvant faire partie de leurs tâches. Ils veulent également savoir pour quelle indication un médicament spécifique est prescrit par le médecin. Ils estiment également qu'ils devraient avoir un droit de regard sur les analyses de sang de leurs patients. Pour sa part, l'Absym considère que le médecin devrait pouvoir à l'avenir décider de déléguer certaines tâches à d'autres professionnels. S'ils sont bien formés.

La semaine dernière, en sous-commission postes de garde de la médico-mut, le représentant de Maggie De Block a postposé un projet apparemment bien ficelé de partage de la province de Liège en deux " bassins " de population de 200.000 et 800.000 habitants. L'Absym s'étonne.

Le développement de la politique de " soins intégrés pour une meilleure santé " de Maggie De Block (www.integreo.be) pose de nombreuses questions au FAGW (Forum des associations de MG wallons). Notamment le projet namurois. Le financement est "totalement insuffisant" au regard des tâches demandées aux généralistes et aux bénévoles.

On dénonce l'hospitalocentrisme depuis près de 30 ans. En vain apparemment car le centre de gravité hospitalier n'est pas près de se déplacer.

Congress Report : ATS2024

Fondée en 1905 pour lutter contre la tuberculose, l'American Thoracic Society a pour ambition affichée de faire progresser la recherche et les traitements des affections pulmonaires (surtout) et cardiaques, ainsi que des troubles du sommeil. Cette année, son congrès international (ATS Conference 2024) se tenait à San Diego, du 17 au 22 mai.

Lire les articles

Médecine

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.