Tout sur Cartel

Lundi soir, la convention médico-mut n'a pas été dénoncée. L'Absym se réjouit d'avoir "obtenu" du ministre Frank Vandenbroucke de consacrer l'année 2023 à rediscuter (notamment) des modalités d'interdiction des suppléments d'honoraires en ambulatoire pour les BIM.

L'Absym a obtenu du ministre Frank Vandenbroucke lundi soir de consacrer l'année 2023 à rediscuter (notamment) des modalités d'interdiction des suppléments d'honoraires en ambulatoire pour les BIM. La fin d'une escalade de mesures ex-cathedra qui, au cours de l'année 2022, avaient rendu le système de conventionnement presque sans objet et poussé l'Absym à actionner la possibilité d'une dénonciation de l'accord médico-mut 2022-2023. Celui-ci est désormais sauvé. Vandenbroucke se serait déclaré " davantage du côté des médecins que des gestionnaires d'hôpitaux ".

Les deux principaux syndicats, Absym et Cartel, pour des raisons identiques et sensiblement différentes, rejettent la loi portant des dispositions sociales de Frank Vandenbroucke qui interdit les suppléments d'honoraires pour les BIM en soins ambulatoires.

"Face à l'inflation galopante, le Cartel a obtenu de hausser l'indexation de 2%, ce qui représente 207 millions d'euros en plus", se réjouit le Dr Ahmed Goubella, trésorier du Modes (Le Monde des spécialistes) et vice-président du Cartel.

La Chambre a approuvé la semaine dernière en séance plénière, un projet de loi du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke visant à reporter d'un an les élections médicales et à les organiser désormais tous les cinq ans. Les prochaines élections médicales auront lieu en 2023. Ce qui déplaît au président du GBO.

D'aucuns se plaisent à affirmer que "le GBO se montre obsédé par ce que l'on nomme pudiquement la "multidisciplinarité"", celle-ci étant pour eux synonyme de la "marginalisation du médecin généraliste à la périphérie d'une nébuleuse de professionnels des soins de santé où les médecins généralistes perdront tout pouvoir de décision.". Non, le GBO/Cartel ne s'enferme pas dans un corporatisme dépassé.

Dans une lettre ouverte adressée le 19 janvier au ministre de la Santé, le GBO/Cartel souligne qu'un très grand nombre de médecins s'interrogent sur les codes actuels et les futures modifications qui seront apportées aux codes de téléconsultation. Le syndicat médical avance une série de propositions concrètes permettant d'utiliser au mieux les vidéo et phono-consultations et de limiter les abus constatés.

Dans une lettre ouverte adressée ce 19 janvier au ministre de la Santé, le GBO/Cartel souligne qu'un très grand nombre de médecins s'interrogent sur les codes actuels et les futures modifications qui seront apportées aux codes de téléconsultation. Le syndicat médical avance une série de propositions concrètes permettant d'utiliser au mieux les vidéo et phono-consultations et de limiter les abus constatés.

D'aucun se plaisent à affirmer que " le GBO se montre obsédé par ce que l'on nomme pudiquement la "multidisciplinarité" ", celle-ci étant pour eux synonyme de la " marginalisation du médecin généraliste à la périphérie d'une nébuleuse de professionnels des soins de santé où les médecins généralistes perdront tout pouvoir de décision. ". Non, le GBO/Cartel ne s'enferme pas dans un corporatisme dépassé.

Aussitôt au courant de l'avant-projet de loi, l'Absym a demandé au Premier et au ministre Vandenbroucke de renoncer à leur projet autorisant les pharmaciens à vacciner leurs clients contre le Covid-19. Le Cartel attendait de lire le texte tout en appelant à une collaboration entre MG et pharmaciens, ceux-ci pouvant, sous condition, administrer le vaccin.

Les discussions musclées, principalement visibles sur Twitter ce week-end, sur la vaccination contre le Covid-19 par les pharmaciens rappellent que l'Absym et le GBO défendent tous les deux une vision assez différente du rôle du médecin (lire LienVaccination Covid-19 par les pharmaciens: l'Absym pas en phase avec le Cartel/AADM/Lien).

Il a fallu tout le monde sur le pont pendant l'année et demie écoulée pour gérer la crise du Covid-19. Cela a laissé peu de temps pour les grands projets qui ont été lancés au sein de l'Inami et du SPF tels que la réforme de la nomenclature, le financement des hôpitaux et la poursuite du développement des réseaux hospitaliers.

Cartel, Absym et AADM, se plaignent dans une lettre adressée au Premier ministre, au ministre de la Santé publique et à la Secrétaire d'État au Budget, de ce que les méandres de l'administration freinent tout une série de dossiers. Les syndicats parlent de "manoeuvre dilatoire".

Quels sont les revenus "raisonnables" d'un médecin? Et combien d'argent un médecin peut-il gagner de plus qu'un de ses confrères? La Mutualité chrétienne a relancé le débat sur ces questions épineuses le 31 mai en Médicomut. Les représentants des médecins ont réagi de différentes manières.

Quels sont les revenus " raisonnables " d'un médecin? Et combien d'argent un médecin peut-il gagner de plus qu'un de ses confrères ? La Mutualité chrétienne a relancé le débat sur ces questions épineuses lundi dernier en Médicomut. Les représentants des médecins ont réagi de différentes manières.