Selon une étude américaine, les bienfaits des oméga-3 contre le cancer pourraient être plus importants que ce que l'on pensait. Les chercheurs ont constaté qu'une alimentation maternelle riche en acides gras oméga-3 protège également contre le développement du cancer du sein chez la progéniture.

Octobre est le mois international de la lutte contre le cancer du sein. À cette occasion, de nombreuses organisations mènent des actions spécifiques pour sensibiliser à cette maladie.

Au cours des cinq dernières décennies, la survie à cinq ans des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints d'un cancer a considérablement augmenté. L'Europe compte actuellement environ 500.000 survivants d'un cancer infantile. Toutefois, ces survivants présentent un risque élevé de développer des effets à long terme du traitement de leur cancer, avec une morbidité et une mortalité supérieures plus tard au cours de leur vie, par rapport aux personnes du même âge.

L'entreprise française Mablink Bioscience a mis au point une nouvelle technologie innovante qui permet de développer des conjugués anticorps-médicaments (antibody-drug conjugates ou ADC) de troisième génération contenant des doses plus élevées d'agents cytotoxiques. Ceux-ci sont aussi capables de rester plus longtemps présents dans la circulation, avec à la clé une plus grande efficacité de la thérapie ciblée.

Dans cette étude de phase 3, multicentrique, randomisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo, la chimiothérapie classique (6 cycles de paclitaxel (175 mg/m2) et de cisplatine (75 mg/m2) administrés par voie intraveineuse toutes les trois semaines) a été complémentée en camrélizumab (200 mg) chez 298 patients avec carcinome épidermoïde de l'oesophage métastatique, tandis que 298 autres patients recevaient un placebo.

Newsletter

Abonnez-vous à nos newsletters

Sessions d'oncologie thoracique - Compte rendu de la réunion post-ASCO GU 2021 - Temps forts à propos des cancers urogénitaux