Cancer de la tête et du cou : le tabac rend la tumeur plus agressive

Principal facteur de risque du carcinome épidermoïde de la tête et du cou, le tabac aggrave encore la situation chez les patients diagnostiqués. En modifiant le métabolisme des cellules qui entourent les cellules cancéreuses, la fumée de cigarette accroît l'agressivité de la tumeur. A l'origine de ce mécanisme, une protéine appelée MCT4.

Résultats cliniques améliorés sous pembrolizumab en monothérapie vs chimiothérapie chez des patients avec CBNPC PD-L1-positif et métastases cérébrales stables

Christophe Vandenbussche

Chez des patients atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules exprimant le PD-L1 et ayant des métastases cérébrales stables, l'inhibiteur du checkpoint immunitaire pembrolizumab a donné des résultats cliniques améliorés par rapport à la chimiothérapie. Les réponses peuvent avoir une durabilité significative.

Deux essais révolutionnaires dans le traitement du cancer de la prostate résistant à la castration

Christophe Vandenbussche

Deux essais présentés à l'occasion du troisième Symposium présidentiel du Congrès 2019 de l'ESMO (European Society for Medical Oncology) ont été jugés révolutionnaires et susceptibles de redéfinir les pratiques dans le traitement du cancer de la prostate avancé résistant à la castration. PROfound a utilisé le dépistage des mutations BRCA dans une étude de l'inhibiteur de PARP olaparib, tandis que CARD a montré des résultats positifs en situation de troisième intention avec l'utilisation du cabazitaxel.

Le trébananib n'a pas de valeur ajoutée pour le traitement de première ligne du cancer ovarien avancé

Dans cette étude multinationale (14 pays), multicentrique (206 hôpitaux), en double aveugle, de phase III (TRINOVA-3), 1 015 patientes atteintes d'un carcinome ovarien de stade III à IV ont été randomisées (2:1) pour être traitées en première ligne par six cycles de paclitaxel (175 mg/m²) et de carboplatine toutes les 3 semaines, complétés par une administration hebdomadaire de trébananib intraveineux à la dose de 15 mg/kg (678 patientes) ou d'un placebo (337 patientes).

L'ajout d'une chimiothérapie d'induction améliore l'effet d'une chimio-radiothérapie classique en cas de carcinome nasopharyngé localement étendu

Cette étude randomisée, ouverte, de phase III, a comparé l'utilisation d'une chimiothérapie d'induction (IC) suivie d'une chimio-radiothérapie (CRT) (238 patients) par rapport à une CRT seule (238 patients) chez des patients présentant un carcinome nasopharyngé de stade III-IVB (à l'exception de T3N0-1). L'IC consistait en 2 cycles de cisplatine (80 mg/m²) et de fluorouracil (800 mg/m²) avec un intervalle de 3 semaines avant la CRT. Dans les 2 groupes, la CRT consistait en 80 mg/m² de cisplatine toutes les 3 semaines, en même temps que la radiothérapie.

MONALEESA-3 : Le ribociclib étend l'endocrinothérapie au traitement de première intention dans le cancer du sein avancé

Dan Keller

Le traitement associant le ribociclib, un inhibiteur de CDK4/6 (kinases 4 et 6 dépendantes de la cycline), et le fulvestrant a entraîné une amélioration de 28 % de la survie globale (SG) par rapport à l'association placebo + fulvestrant dans le traitement de patientes en postménopause atteintes d'un cancer du sein Her2-négatif de stade avancé, avec récepteurs hormonaux positifs (médiane de la SG non atteinte pour ribociclib+fulvestrant vs 40,0 mois pour placebo+fulvestrant ; HR=0,724 ; P<0,00455).

Mediforum :

Le traitement du mélanome a fait un grand bond en avant

Lors d'une session éducative organisée par Bristol-Myers Squibb à Louvain le 3 septembre, le Professeur Bart Neyns, responsable du département d'Oncologie médicale de l'UZ Brussel, a commenté les progrès réalisés dans le cadre du traitement du mélanome au cours des dix dernières années.

Newsletter

Abonnez-vous à nos newsletters

Belgian Oncology & Hematology News