Cette étude de phase III, multicentrique (123 centres dans 16 pays), en double aveugle, randomisée et contrôlée contre placebo a évalué l'utilité de l'administration prolongée d'olaparib (300 mg, à raison de deux comprimés de 150 mg deux fois par jour) chez des patientes en récidive (après au moins deux traitements à base de platine) d'une tumeur ovarienne de haut grade.

Dans cette étude de phase III, multicentrique et randomisée, 231 patients ont reçu un traitement préopératoire par une chimiothérapie néoadjuvante supplémentaire à base de FOLFIRINOX avant de débuter le traitement de référence (chimioradiothérapie [50 Gy pendant cinq semaines et 800 mg/m2 de capécitabine per os deux fois par jour pendant cinq jours par semaine], exérèse totale du mésorectum et chimiothérapie adjuvante). Un groupe témoin, composé de 230 patients, n'a reçu que le traitement de référence.

XOSPATA™ (gilteritinib) de Astellas Pharma est maintentant disponible pour les patients adultes présentant une Leucémie Aiguë Myéloïde (LAM) en rechute ou réfractaire, porteurs d'une mutation du gène FLT3 (LAM R/R FLT3-mut+) (1).

Après un suivi long de plus de 10 ans, une importante étude de cohorte canadienne constate que les personnes co-infectées par le virus de l'hépatite B (VHB), celui de l'hépatite C (VHC) et/ou le VIH présentent un risque accru de cancer hépatique, colorectal et du pancréas. Ces résultats soulignent l'importance d'un dépistage régulier, tant biologique que par imagerie médicale, pour tout patient porteur du virus de l'hépatite B ou C associé au VIH.

Une étude, menée à Washington DC et publiée dans la revue JAMA Dermatology, souligne l'importance du suivi régulier et sur le long terme des personnes vivant avec le VIH ayant présenté des verrues anales surtout si elles ont présentés un taux de CD4 le plus bas enregistré de 200 cellules ou moins. En effet, les résultats de cette étude montrent une multiplication par 13 du risque de cancer anal en cas d'antécédents de verrues anales ou génitales.

Article du magazine

Cette année, le radiothérapeute-oncologue Pr Philip Poortmans (GZA/UA/Iridium Netwerk) s'est vu remettre le prix St. Gallen International Breast Cancer Award 2021 pour sa contribution exceptionnelle à l'optimisation des traitements destinés aux patientes présentant un cancer du sein au stade précoce. Un événement qui justifie que l'on se penche sur son discours à cette occasion. Il aborde les progrès réalisés en radiothérapie (RT) et son rôle actuel dans la prise en charge personnalisée dans le cancer du sein au stade précoce.

Newsletter

Abonnez-vous à nos newsletters

Temps forts de l'ASCO-GI & ENETS 2021 - 30 ans de progrès dans le traitement du cancer du poumon - Compte-rendu de l'ImmunoScience Academy Meeting