Tout sur Santé

Le gouvernement wallon a inscrit la réorganisation de la première ligne dans sa Déclaration de politique régionale (DPR). La tenue des assises de la première ligne devait permettre d'alimenter la discussion, mais la pandémie a retardé les échéances. La concertation avec les parties prenantes de ces assises aura lieu "d'ici le mois de juin", espère Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé. Les premières analyses sont attendues pour la fin de l'année, et les assises, pour l'an prochain, au plus tôt.

Le gouvernement wallon a inscrit la réorganisation de la première ligne dans sa Déclaration de politique régionale (DPR). La tenue des assises de la première ligne devait permettre d'alimenter la discussion, mais la pandémie a retardé les échéances. La concertation avec les parties prenantes de ces assises aura lieu " d'ici le mois de juin ", espère Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé. Les premières analyses sont attendues pour la fin de l'année, et les assises, pour l'an prochain, au plus tôt.

Depuis le début de la pandémie - il y a un an! - les autorités et de nombreux prestataires ont le nez dans le guidon, obligés d'avancer pour se battre contre le coronavirus en prenant des bonnes et des mauvaises décisions. Heureusement, il est encore possible de trouver un peu de temps pour réfléchir à l'avenir de notre système des soins de santé, hors Covid. C'est ce que l'Inami a proposé lundi soir. Un défi ambitieux: octroyer, dans le cadre du budget, des moyens aux objectifs de soins de santé.

La vaccination contre le Covid-19 prend des allures de fiasco en raison des retards accumulés et d'une approche erratique. Les médecins (et les patients) sont au bord de la crise de nerf. Il est temps de se reprendre. Le mois de mars sera déterminant.

La vaccination, malgré une programmation remplie d'incertitudes, bat son plein. Les maisons de repos seront bientôt "globalement protégées". C'est désormais le tour du personnel exposé des institutions de soins de recevoir le vaccin, avant la première ligne. Côté wallon, 77% du personnel exposé des hôpitaux a déjà reçu une première dose, si l'on en croit Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé.

La vaccination, malgré une programmation remplie d'incertitudes, bat son plein. Les maisons de repos seront bientôt " globalement protégées ". C'est désormais le tour du personnel exposé des institutions de soins de recevoir le vaccin, avant la première ligne. Côté wallon, 77% du personnel exposé des hôpitaux a déjà reçu une première dose de vaccin, si l'on en croit Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé.

Les syndicats des enseignants sont mécontents. Le front commun syndical de l'enseignement déplore "amèrement" les décisions prises en matière de priorisation à la vaccination. Il dénonce aussi "les faux espoirs" nés des déclarations des gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne et marque sa colère face "au manque de considération à l'encontre des professionnels de l'enseignement alors que ces derniers ont continué à encadrer les élèves et les étudiants malgré des conditions sanitaires souvent précaires et aléatoires". Et de réclamer au monde politique "une reconnaissance des risques pris au quotidien par les personnels de l'enseignement".

En dépit des critiques dont elle fait l'objet au sujet de la gestion de la crise sanitaire du coronavirus, la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD), indique ne pas avoir eu l'intention de démissionner. "Non, j'ai toujours pris mes responsabilités et je suis médecin : quand le patient va mal, ce n'est pas le moment de fuir", indique-t-elle dans un entretien accordé lundi aux titres Sudpresse.

L'exportation des médecins cubains, réputés qualifiés, dans le reste de l'Amérique latine, n'est pas un phénomène nouveau. Le Vénézuela constitue leur destination pour 30.000 d'entre eux (lire page 6) et le Brésil pour 6.000 à 20.000 selon les chiffres contradictoires qui circulent. Devant les attaques du nouveau président du Brésil, Jair Bolsonaro, Cuba a décidé de rompre le programme " Mais Medicos " (plus de médecins) et de les rapatrier. Des millions de patients brésiliens devront se débrouiller sans, notamment dans les zones reculées. Les populations indiennes sont particulièrement touchées.

Le Gouvernement wallon a validé ce 16 novembre l'inscription dans le premier plan de construction hospitalier régional du projet de construction du Grand hôpital de Charleroi (GHdC). Le gros oeuvre du bâtiment pourra commencer début 2019.

Notre quotidien réserve parfois de bonne surprise. Après avoir traversé fort péniblement Bruxelles pour se rendre à une conférence de presse, cela fait plaisir de voir quatre ministres, de trois couleurs politiques différentes (Défi, Open VLD et CD&V), se féliciter sincèrement d'être arrivés à mettre sur pied un projet commun qui devrait permettre aux Bruxellois, francophones et néerlandophones, de profiter d'un meilleur dispositif de dépistage du cancer colorectal.

Les entités fédérées se sont mises d'accord pour lancer un projet-pilote permettant aux pharmaciens de la Région bruxelloise de délivrer gratuitement aux patients les kits de dépistage pour le cancer colorectal et des conseils. Le généraliste reste évidemment la personne de contact pour le suivi du test. 500.000 euros ont été débloqués pour financer ce nouveau dispositif.

"Nous dégageons 1 million pour faire évoluer la politique de vaccination, passer au vaccin Gardasil® et 400.000 pour la promotion santé pour atteindre de meilleurs taux de vaccination chez les filles comme les garçons ", a déclaré hier la ministre wallonne de la Santé, Alda Gréoli, sur son compte twitter @aldagreoli.