Tout sur Belgique

La pandémie s'étend à travers le monde. Pourtant, même si l'on assiste ces derniers jours à un regain de vigueur du coronavirus, les Tigres asiatiques (Singapour, Corée du Sud, Hong Kong et Taïwan) et le Japon ont réussi à " lisser la courbe " sans les contraintes que l'on connaît en Europe. Taïwan fait figure de meilleur élève de la classe avec seulement 306 cas et cinq décès (lundi soir) pour plus de 23 millions d'habitants.

L'imprimante 3-D, qui permet de fabriquer un objet dont on entre les dimensions dans un calculateur, est plus souvent un gadget pour fanas de la miniature qu'un instrument utile, sauf dans la phase de prototypage de nouveaux objets. Mais elle se trouve souvent inapte à être rentable dans la fabrication de série, notamment à cause des restrictions liées au matériau de base que les imprimantes peuvent utiliser.

Le président honoraire de l'Absym fait le point sur la crise du coronavirus. Il souligne que le manque de masques et de réactifs a été l'épine dans le pied des médecins qui veulent pratiquer leur métier d'une manière déontologique. " On a raté toutes les étapes après la prise de conscience face à la pandémie. "

La pandémie s'étend à travers le monde. Pourtant, même si l'on assiste ces derniers jours à un regain de vigueur du coronavirus, les Tigres asiatiques (Singapour, Corée du Sud, Hong Kong et Taïwan) et le Japon ont réussi à " lisser la courbe " sans les contraintes que l'on connaît en Europe. Taïwan fait figure de meilleur élève de la classe avec seulement 306 cas et cinq décès (lundi soir) pour plus de 23 millions d'habitants.

Pour Nora Zekhnini, médecin généraliste inquiète et en colère, une seule certitude à ce jour : " toute personne qui aura pu, de près ou de loin, agir ou tenir des propos qui ont mis la vie du personnel soignant ou des citoyens en danger devra répondre de ses actes, tôt ou tard. Et ces personnes-là, malgré l'application rigoureuse des conseils d'hygiène prodigués aujourd'hui, ne pourront jamais s'en laver les mains ".

Avec 2,5 milliards d'euros de pertes par semaine dues au coronavirus (chiffres FEB), il est évident que nous ne pourrons pas restés cloîtrés indéfiniment. L'économie et donc la santé publique n'y survivraient pas. Le remède serait pire que le mal. Il va falloir innover et trouver des outils pour sortir à moyen terme du confinement. Tests à grande échelle, traitement, vaccin et masques de protection font partie de l'équation.

Le président du GBO, Paul De Munck, félicite médecins généralistes, la 1ère ligne en général et le Collège de médecine générale pour leur créativité dans cette guerre sanitaire contre le Covid19. Mais il rappelle le manque criant d'armes pour le faire, et notamment l'extravagante pénurie de masques FFP2 et/ou chirurgicaux et de tests. De ce fait, les MG et soignants restent vulnérables face à la contagion des patients asymptomatiques potentiels et dans les centres de tri. S'occuper des malades Covid19 après leur guérison ? Pas de problème mais l'idée émerge de transformer des hôtels et lieux de vacances à cet effet car les " guéris " pourraient rester contagieux plusieurs jours. " Il faut vraisemblablement une ligne "1,5" entre la 1ère Ligne et la 2e Ligne hospitalière ". Les maisons de repos et de soins sont un problème en elles-mêmes...

L'imprimante 3-D, qui permet de fabriquer en trois dimensions un objet dont on entre les dimensions dans un calculateur, est plus souvent un gadget pour fanas de la miniature qu'un instrument utile, sauf dans la phase de prototypage de nouveaux objets. Mais elle se trouve souvent inapte à être rentable dans la fabrication de série, notamment à cause des restrictions liées au matériau de base que les imprimantes peuvent utiliser.

" La crise du coronavirus va frapper durement notre communauté. Il y a la crainte d'être infecté soi-même. Ce sont des conditions de travail inhabituelles et, enfin et surtout, il y a les décisions éthiques que les prestataires de soins de santé doivent prendre au cours d'une telle épidémie. ". Ainsi s'exprime le Pr Geert Meyfroidt, président de la Société belge de médecine intensive (SIZ) et lui-même intensiviste à l'UZ Leuven. La SIZ propose un texte consultatif.

Au cours des dernières 24 heures, 1.298 nouveaux cas au Covid-19 ont été confirmés en Belgique, ce qui porte à 6.235 le nombre total de cas jusqu'à présent, ont annoncé jeudi le Centre de crise et le SPF Santé publique jeudi.

Les tests de diagnostic du Covid-19, dont le gouvernement souhaite porter le nombre de 2.000 à 10.000 par jour dans les prochains jours, seront destinés en priorité au corps médical en contact très proche avec les malades", a affirmé jeudi la ministre de la Santé publique, Maggie De Block.

Désormais porteur du Covid-19, le Dr Philippe Devos, président de l'Absym et chef du service des soins intensifs du CHC de Liège, demande une nouvelle fois de la clarté aux autorités. Ce dont médecins et soignants ont le plus besoin, c'est du matériel de protection. "Il faut qu'on nous rassure sur les solutions trouvées aux risques de pénuries de matériel de ventilation et aux risques de pénuries de médicaments. Actuellement, les réponses qu'on reçoit sont trop vagues." Il rappelle que l' hydroxychloroquine est distribuée actuellement à tous les hospitalisés qui en ont besoin.

Une équipe britannique travaille sur une application qui permettrait d'identifier les personnes infectées et de retrouver au plus vite les contacts qu'elle a pu avoir. L'app se servirait de la géolocalisation. Plusieurs pays dont la Belgique utilisent déjà les données de géolocalisation des opérateurs télécoms ou de plateformes pour combattre le coronavirus. Une surveillance qui n'est pas sans soulever des fortes inquiétudes...

eSanté Wallonie communique sur l'importance de mettre à jour les Sumehr des patients dans le cadre de l'amélioration de la continuité des soins et de la lutte contre le Covid-19. Le Réseau santé bruxellois (RSB) abandonne en ce sens.

" Monsieur Sida " dévoile un moyen actuellement négligé pour jauger le réel impact de l'épidémie dans la population. Le test sérologique d'anticorps pourrait nous aider à prendre des décisions sur la fin de confinement et la reprise des activités normales. Mais il faut le mettre en production sans tarder ...

"Le secteur non-hospitalier de la santé mentale a reçu quelques masques des Régions, ce qui leur offre un répit temporaire, mais les hôpitaux psychiatriques sont les grands oubliés ! Ni le Fédéral, ni les régions n'ont prévu de leur livrer du matériel de protection ", s'inquiète la fédération santhea. Il y 14.921 lits psychiatriques en Belgique.

Le journal du Médecin et le Pharmacien lancent auprès de leurs lecteurs respectifs une courte enquête pour savoir s'ils ont été infectés au SRAS-CoV-2 depuis le début de l'épidémie.