Tout sur Agence fédérale des médicaments et des produits de santé

La Taskforce Covid Therapeutics, chargé par le gouvernement fédéral de se pencher sur l'achat de traitements contre le coronavirus, recommande d'acheter 10.000 doses du médicament Paxlovid. Mais elle reste prudente en l'absence d'une autorisation officielle sur le marché européen.

Une étude conjointe Inami/SPF santé publique et AFMPS indiquent que la seule première vague du coronavirus a entraîné le report d'environ la moitié des soins essentiels. Encore aujourd'hui, les patients restent méfiants et reportent des examens essentiels à leur survie en bonne santé de peur d'attraper le virus. Par ailleurs, l'Inami constate une chute des consultations des MG de 11,6% et des visites de 12,5% entre janvier et mars 2021 par rapport à la même période en 2020.

La panne de courant qui a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi au centre de vaccination de Gand n'a finalement pas de conséquence fâcheuse pour les vaccins qui y étaient conservés. Les plus de 20.000 doses qu'on craignait devoir jeter sont encore utilisables, indiquent vendredi après-midi les autorités locales gantoises.

" Nous savons que lorsque nous changeons un système de financement, nous modifions le comportement des acteurs qui bénéficient de ce financement ", commente Mickael Daubie. Il est donc indispensable de suivre de près le nouveau système.

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a été victime d'une usurpation de son identité. L'usurpateur a tenté d'obtenir une copie de l'agrément d'une entreprise pour pouvoir faire usage de précurseurs de drogue, des matières qui peuvent être utilisées pour la production illégale de stupéfiants. "Nous avons ouvert une enquête en collaboration avec le parquet fédéral et les services de police", a indiqué mercredi un porte-parole de l'institution, Olivier Christiaens.

Le Rapport annuel 2018 de l'Agence des médicaments montre un résultat comptable en équilibre et traduit en chiffres le contexte national et international tel que la lutte contre les médicaments falsifiés et le Brexit.

Près de 500 médicaments manquent actuellement en Belgique, selon la liste en la matière de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Plusieurs médecins ont dès lors dénoncé, dans une carte blanche au Soir lundi, cette pénurie grandissante et mis en cause l'industrie pharmaceutique.

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS), le SPF Santé publique et l'Inami cohabiteront fin de l'année 2020, annoncent vendredi les trois institutions dans un communiqué commun. Le but est d'unir leurs forces, "tant au niveau immobilier qu'au niveau de leurs missions et activités".

De nos jours, tout indépendant ou profession libérale a son site web, mais quelles informations les médecins et pharmaciens peuvent-ils y mentionner. Nous avons posé la question à l'avocat Tom De Gendt.

L'utilisation de dompéridone, qui soulage les symptômes de type nausées et vomissements, n'est plus approuvée au niveau européen chez les nouveau-nés, les nourrissons, les enfants (moins de 12 ans) et les adolescents pesant moins de 35 kilos, avertit l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) sur son site. Une nouvelle étude clinique a démontré un manque d'efficacité du médicament, explique-t-elle.

La Belgique est prête pour le nouveau code qui se trouvera sur les médicaments à partir du 9 février et qui est destiné à assurer une sécurité supplémentaire pour tous les emballages de médicaments (sur ordonnance) afin de garantir leur authenticité, leur sécurité et leur qualité, indique lundi BeMVO, l'organisme créé spécialement en réponse à la "Falsified Medicines Directive", directive européenne qui prévoit ce nouveau système.

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) et l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) lancent mardi une campagne pour inciter à la prescription de médicaments biolosimilaires, annoncent les deux instances dans un communiqué. Cette campagne sera diffusée en radio, sur des affiches ou encore sur les réseaux sociaux.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block, dément que l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) garde des rapports d'incidents sur des implants "secrets". "Ils ne sont pas publiés, comme dans beaucoup d'autres pays de l'Union européenne, parce qu'ils sont très techniques", réagit-elle lundi à l'enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), pilotée en Belgique par Le Soir, Knack et De Tijd

Cette année encore, l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) s'associe à une campagne de sensibilisation, du 19 au 23 novembre, menée en Europe, Amérique du sud, Moyen-Orient et en Australie. Cette année, l'accent est mis sur l'augmentation des notifications d'effets indésirables chez les enfants, pendant la grossesse ou l'allaitement.

Pour la 21e année, nous présentons les six candidats au Prix du Généraliste, co-organisé avec la SSM-J, et en collaboration avec l'UCLouvain, l'ULB et l'ULiège. Ce challenge met en compétition amicale six jeunes généralistes qui ont remis des travaux de fin d'études présentant des qualités particulièrement remarquables. Les prix des lecteurs du jdM, avec le soutien d'Amonis, et du jury de la SSM-J seront remis le 10 septembre 2022 lors d'une grande journée "jeunes médecins" organisée par la SSM-J.