Tout sur Académie royale de médecine de Belgique

Samedi dernier était inaugurée la Conseil supérieur pour l'intégrité scientifique (CSIS) en Fédération Wallonie-Bruxelles sous les auspices de l'Académie royale de médecine de Belgique, section francophone. Elle sera présidée pendant quatre ans par la Pr Danielle Balériaux, présidente honoraire de l'ARMB. Cette commission remplit un vide en Belgique francophone puisque la Flandre et tous nos voisins européens disposent d'une instance comparable. Le CSIS est un organe d'appel.

L'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB) accueillait récemment la conférence inaugurale de la Commission de planification de l'offre médicale en Fédération Wallonie-Bruxelles en présence Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur, et plusieurs acteurs de poids du secteur. Cette Commission sera opérationnelle fin 2021 pour plancher sur les sous-quotas 2022.

Samedi dernier, à l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), le Pr Michel Goldman est venu parler des vaccins et des anticorps thérapeutiques anti-Sars-CoV-2. La séance (virtuelle) du président Jacques Crommen était, pour la première fois, organisée en collaboration avec l'Académie française de pharmacie.

Faut-il faire un tri de patients en soins intensifs ? Si oui, comment le faire ? La question a souvent été sur le tapis depuis le début de la crise, notamment pour la gestion des cas en MR-MRS. L'Académie royale de Médecine de Belgique (ARMB) rappelle aux organisations professionnelles médicales, au Comité consultatif de bioéthique et aux directions des hôpitaux qu'elle a, dès mars 2020, émis des recommandations.

Le nouvel arrêté royal de février 2019 portant sur la formation d'orthoptiste-optométriste ne fait pas que des heureux. Les commissions paramédicales ad hoc et l'Académie royale de médecine de Belgique émettent, dans un avis récent, des réserves et des recommandations. Le titre même d'orthoptiste-optométriste pose question et la formation prévue n'embrasse pas toute la complexité des deux composantes, optométriste et orthoptiste. L'AR est sur la sellette.

Le régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal, ne peut être observé sans risque majeur que sous suivi médical et est exclu pour les enfants, selon un avis rendu il y a deux semaines par l'Académie royale de médecine de Belgique. Lundi, cette instance a à nouveau martelé ce message, qui a suscité la polémique chez certains, l'appuyant de plusieurs sources scientifiques. Sa recommandation a été émise dans le cadre de sa mission d'information, souligne l'ARMB, qui se défend de vouloir culpabiliser les parents concernés.

Le régime végan ou végétalien est de plus en plus souvent administrés aux enfants. Cependant, ce régime engendre des carences et des risques de retard de croissances qui sont irréversibles. L'Académie Royale de Médecine de Belgique ( ARMB) a été interrogée à ce sujet et a désigné une commission pour rendre un avis.

C'est la (vaste) question que s'est posée l'Académie royale de médecine de Belgique samedi dernier y consacrant une matinée entière. En matière d'intelligence artificielle (IA), il y a plus d'inconnues que de certitudes. Ce que l'on sait pour sûr, c'est que le médecin ne va pas disparaître. Son rôle et son activité vont s'en trouver chamboulés. L'IA sera un outil de connaissance hypertrophié. Au médecin la tâche de faire le tri et de l'expliquer à un patient de plus en plus connecté au Net et aux applications nombreuses, comme le stéthoscope automatique.

Le Pr Jean-Michel Foidart, expert obstétricien auprès des tribunaux réagit à notre article sur les "violences obstétricales, Accouchement : les femmes méritent mieux" (jDM n°2532 du 09 mars 2018). Egalement secrétaire de l'Académie royale de médecine de Belgique, il s'exprime ici à titre personnel.

De toutes les méthodes, le dopage génétique reste vraisemblablement la plus complexe et certainement la plus expérimentale. Aucun sportif n'a jusqu'à présent été contrôlé positif à ce dopage, ce qui ne veut pas dire qu'il n'est ou ne sera jamais utilisé.

Pour la 21e année, nous présentons les six candidats au Prix du Généraliste, co-organisé avec la SSM-J, et en collaboration avec l'UCLouvain, l'ULB et l'ULiège. Ce challenge met en compétition amicale six jeunes généralistes qui ont remis des travaux de fin d'études présentant des qualités particulièrement remarquables. Les prix des lecteurs du jdM, avec le soutien d'Amonis, et du jury de la SSM-J seront remis le 10 septembre 2022 lors d'une grande journée "jeunes médecins" organisée par la SSM-J.