Tout sur ULiège

Établir une synergie entre des études de biomécanique et des travaux en soufflerie aérodynamique, voilà le projet novateur développé à l'Université de Liège à destination des sportifs valides et handicapés. Il est l'oeuvre du Laboratoire d'analyse du mouvement humain (LAMH) et du Wind Tunnel Lab (WTL) des facultés des sciences appliquées et de médecine. Cette approche est assurément originale, ces deux types de recherche ayant été dissociés jusqu'à présent.

"Après les inondations qui ont touché la Wallonie mi-juillet, le temps est à l'entraide et au nettoyage. Maintenant que l'eau s'est retirée, les victimes et les bénévoles font face à d'autres risques: exposition aux hydrocarbures, eaux souillées, nuisibles et autres blessures", prévient le Collège de médecine générale.

Dès aujourd'hui et ce jusqu'au 31 juillet, vous pouvez voter en ligne sur www.lejournaldumedecin.com pour le travail de fin d'études qui aura le plus retenu votre attention. La remise du Prix des lecteurs et du Prix de la SSM-J aura lieu le samedi 4 septembre lors d'une grande journée réservée aux jeunes médecins généralistes (jusqu'à dix ans d'installation).

Une étude réalisée par des chercheurs liégeois et parisiens montre que les interactions coeur-cerveau, mesurées à l'aide de l'électroencéphalographie, constituent une nouvelle voie de diagnostic pour les patients présentant des troubles de la conscience après un coma.

Mon travail a pour objet d'explorer différentes facettes de l'invalidité. L'objectif est de partager un début de réflexion basée sur la question suivante: le travail dans notre société actuelle est-il en partie la cause de l'augmentation de l'invalidité? Quelle est notre place en tant que médecin généraliste dans cette problématique?

À l'heure actuelle, le suivi des enfants de 0 à 6 ans se fait au travers plusieurs intervenants. En Belgique, le libre choix du médecin prenant en charge le suivi de l'enfant est laissé aux parents. Dans ce contexte, se croisent souvent divers acteurs dont le médecin de l'ONE, le pédiatre généraliste et le médecin généraliste. L'objectif du TFE est d'explorer le rôle de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans en s'axant essentiellement sur la prévention et la promotion de la santé. Nous tenterons également d'approfondir la collaboration entre ces divers prestataires de soins.

La lecture est une opération cognitive complexe dont le bon apprentissage nécessite la capacité de convertir des graphèmes en phonèmes, mais aussi celle de retenir en mémoire, dans l'ordre requis, la séquence des phonèmes constitutifs des mots. Ces deux facultés sont déficitaires chez les dyslexiques.

Le journal du Médecin/Artsenkrant a célébré le 9 octobre ses 40 ans en excellente compagnie.Autour de l'équipe de Roularta HealthCare qui a retracé l'histoire du journal du Médecin et présenté ses nouvelles activités, la ministre de la Santé publique et des Affaires sociales, Maggie De Block ; son chef de cabinet, Bert Winnen ; le directeur général de la DG soins de Santé du SPF santé publique, Pedro Facon ; l'administrateur général de l'AFMPS, Xavier De Cuyper ; la direction de Roularta, Xavier Bouckaert et Katrien De Nolf, ainsi que les représentants des syndicats médicaux, des fédérations hospitalières, de l'industrie pharmaceutique et des entreprises des dispositifs médicaux sont venus fêter les 40 ans du journal du Médecin.Lors de la cérémonie, le Pr Philippe Coucke (ULiège), auteur du livre La médecine du futur: ces technologies qui nous sauvent déjà, a présenté brillamment les évolutions technologiques à venir dans le secteur de la santé.Dans une édition spéciale " anniversaire ", publiée le 22 novembre, nous reviendrons pour nos lecteurs sur l'histoire du jdM/AK.

L'université de Namur accueillait samedi dernier un colloque interfacultaire autour de la formation universitaire pour le médecin généraliste. Tous les acteurs majeurs - ou presque - de la médecine générale étaient présents pour discuter tantôt de l'attractivité de la profession, tantôt du contenu de la formation. Résultat : beaucoup de bonnes intentions, mais, finalement, rien de concret.

C'est le thème développé par Édouard Delruelle, professeur de philosophie politique à l'ULiège, lors du colloque du 125e anniversaire de Solidaris Liège. Les nouvelles technologies, particulièrement celles liées à l'eSanté, sont-elles sources d'inégalités ? Pour le philosophe, oui, mais il ne faut pas être technophobe pour autant. Tout est question de réappropriation démocratique.