Tout sur Sciensano

Lorsqu'ils seront disponibles, les vaccins contre le coronavirus seront administrés sur base volontaire et gratuite à la population, ont convenu les différents ministres en charge de la Santé en Belgique. L'objectif sera de vacciner au moins huit millions de Belges, selon un communiqué diffusé lundi par les autorités.

Il y a eu, entre le 29 octobre et le 4 novembre, une moyenne quotidienne de 679,9 admissions à l'hôpital, soit une hausse de 15% par rapport aux sept jours précédents, annonce Sciensano. Actuellement, 7.405 personnes étaient hospitalisées pour cause de Covid-19, soit un léger recul de 1%, dont 1.412 en soins intensifs (+42%). Le Covid-19 a causé, au cours des sept derniers jours, 147 décès en moyenne en Belgique (+107%), dont 103 à l'hôpital et 43 en maison de repos.

Cette structure, officiellement opérationnelle depuis le 1er novembre, fait partie des huit nouveaux consortiums fédéraux regroupant une université et un hôpital. Ensemble, ces binômes permettront de doubler la capacité de dépistage nationale, pour atteindre 50.000 tests quotidiens supplémentaires par jour.

Le gouvernement fédéral lance une stratégie de testing, à travers la mise en place de la plateforme fédérale de testing Covid-19 "bis". Le but: répondre aux besoins estimés par l'institut belge de santé Sciensano en termes de dépistage dans l'attente de la disponibilité d'un vaccin efficace. La plateforme permettra, dès le 1er novembre, de renforcer et d'intervenir en complément de la capacité d'analyse des laboratoires agréés de biologie clinique. Parmi les huit consortiums du pays, celui composé de l'UNamur et du CHU UCL Namur, ainsi duquel le jdM s'est rendu.

Dans son rapport CSS-9597, le Conseil supérieur de la santé recommande de donner la priorité à plusieurs groupes pour la vaccination contre le SARS-CoV-2. Les travailleurs du secteur des soins de santé sont évidemment prioritaires.

La consommation de drogue a sensiblement baissé à partir du 13 mars, même si toutes les substances sont restées disponibles sur le marché lors de la crise du coronavirus, indique l'Institut national de santé publique Sciensano jeudi, suite à une enquête en ligne réalisée par son unité des drogues illégales.

La crise sanitaire a mis en lumière le besoin de digitalisation des hôpitaux pour faciliter la communication entre les différents acteurs. Des acteurs parmi lesquels Sciensano, qui demandait un reporting quotidien du nombre d'entrées, de sorties et de décès. Une start-up louvaniste est venue assister la Clinique Saint-Luc Bouge dans cette tâche.

Les pédiatres constatent aujourd'hui des dégâts collatéraux à la crise du Covid, ce sont les enfants affectés d'autres pathologies qui sont restés sans soins pendant plusieurs semaines.

REMBOURSEMENT L'Inami rembourse désormais deux types de tests : moléculaires (PCR) et antigènes. Le remboursement des tests sérologiques (détection d'anticorps) attendra quant à lui la publication prochaine de l'arrêté royal contenant les conditions de remboursement au Moniteur belge. Les montants incluent tous les frais liés au test, et pour rappel, il n'y a aucune part à charge du patient.

Les hôpitaux accueillent actuellement 1.302 patients contaminés par le nouveau coronavirus, selon les données publiées mardi par le SPF Santé publique et Sciensano. Il s'agit d'une légère diminution, de quatre unités, par rapport à la veille. Les soins intensifs soignent eux 249 malades, soit deux patients de moins en 24 heures.

L'Inami rembourse désormais deux types de tests : moléculaires (PCR) et antigènes. Le remboursement des tests sérologiques (détection d'anticorps) attendra quant à lui la publication prochaine de l'arrêté royal contenant les conditions de remboursement au Moniteur belge. Les montants incluent tous les frais liés au test, et pour rappel, il n'y a aucune part à charge du patient.

La fédération santhea dénonce le comportement irresponsable des laboratoires commerciaux qui profitent de l'inquiétude de la population en réalisant illégalement des tests sérologiques pour faire du profit.

Les patients Covid-19 en surpoids se retrouvent plus rapidement aux soins intensifs et connaissent une évolution plus grave de la maladie, selon les observations de plusieurs hôpitaux ces dernières semaines. Les personnes en surpoids doivent se faire dépister, recommandent mardi l'association belge pour la recherche sur l'obésité Baso et le groupe PronoKal, actif dans les traitements contre l'obésité.

Ce lundi 11 mai à 20h30, le Collège de médecine générale organise une vidéo-conférence sur le testing-tracing. "Ce processus est au coeur du déconfinement. Il doit permettre de briser les chaines de contamination et de monitorer l'épidémie", communique le CMG.

SPF Santé publique, Inami, Sciensano rappellent que les directives émises dès le 14 mars 2020 en vue de l'annulation et du report de toutes les consultations, examens et interventions non essentiels dans tous les hôpitaux afin de s'assurer de pouvoir garantir les meilleurs soins possibles aux patients atteints de COVID-19 sont maintenues. Mais cela ne dispense pas les médecins de prendre en charge les patients qui nécessitent des soins. Les chimiothérapies, dialyses et vaccinations en font partie.

Les recommandations adressées aux médecins généralistes sont émises par l'institut Sciensano, qui assume les missions en matière de santé publique notamment au niveau fédéral. Leur devise ? "toute une vie en bonne santé". Mais dans Sciensano, n'entendons-nous pas le mot " science" et avec un peu d'imagination les mots "bon sens" aussi ?

Les pédiatres ont mis en place un réseau belge de Covid-19 pédiatrique composé d'universités, des différentes associations de pédiatrie et des infectiologues pédiatriques belges. Nous publions les recommandations pour les pédiatres. Elles seront régulièrement mises à jour en collaboration avec Sciensano. Et de souligner que les enfants atteints de certaines pathologies ne doivent pas se rendre dans les garderies des écoles.