Tout sur Laurette Onkelinx

Nous ne parlerons pas ici de la grande marche pour le climat qui a rassemblé dans un bel élan citoyen ce dimanche près de 65.000 personnes dans les rues de Bruxelles mais du climat électrique au sein du gouvernement Michel.

Le 1er mai est un jour de brocantes... et de grands discours. En se baladant dans les vide-greniers le jour de la Fête du travail, on peut se livrer à une analyse sociologique sans prétention de nos contemporains en découvrant les objets mis en vente : best-seller du Régime de Montignac ; 33 tours de Nana Mouskouri et Michel Delpech, coffrets luxueux de séries télévisées éphémères qui se croyaient destinées à la postérité, matériel de sport jamais utilisé ... Bref, un mélange de vieilles gloires et d'objets inutiles.

L'Agence intermutualiste (AIM) a analysé la consommation des soins de santé par le biais de l'imagerie médicale. Via son atlas, véritable banque de données de soins de santé, l'AIM présente des chiffres relatifs à la radiologie classique (RX), au CT-scan, IRM, PET scan, échographie, etc. Résultat : plus d'un Belge sur deux se soumet chaque année à au moins un examen d'imagerie médicale. Une évolution de près de 4 % en 10 ans.

Ne plus accorder de prothèse de genou aux plus de 95 ans déments ? Cette proposition d'une nationaliste flamande a fait bondir plusieurs politiciens et de nombreux citoyens.

Le Conseil d'Etat a annulé vendredi dernier la décision de la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block de refuser l'agrément de l'Union des naturopathes de Belgique (UNB) comme organisation professionnelle de la naturopathie. L'obtention d'un tel agrément est nécessaire en vue de la reconnaissance de la discipline comme pratique non conventionnelle.

Els Cleemput, porte-parole de Maggie De Block, réagit pour le journal du Médecin aux informations de Médor sur le coût du remboursement des médicaments innovants : " Il n'y a pas vraiment d'alternative aux accords entre Etat et industrie pharmaceutique. Un médicament innovant qui coûte très cher, va-t-on dire aux patients qui en ont besoin : 'désolé, on ne rembourse pas ?' ".

"Toute la politique de santé de Maggie De Block est fondée sur la Flandre. On l'a très bien vu lors des quotas qui devaient être adoptés cette année au niveau fédéral. Elle n'a pas changé la loi, de peur d'un vrai débat sur les quotas Inami, car elle a peur de sa majorité flamande"

L'annonce du prochain départ (au plus tard en 2019) de Laurette Onkelinx (PS) - notamment ancienne ministre de la Santé publique et des Affaires sociales pendant près de 7 ans (2007-2014) -, de la politique a provoqué un vide dans le monde politique belge et bruxellois. La fin d'une ère de 30 ans dont 22 ans comme ministre qui a suscité de nombreuses réactions. Le jdM vous propose ci-dessous sa lettre de départ aux "camarades", à la fois poignante et émouvante.

Tous les mots ont un sens : "A l'horizon 2019, Laurette Onkelinx quittera la politique active", apprenait-on ce mercredi en même temps que la convocation le 22 septembre de l'ancienne ministre PS de la Santé publique et des Affaires sociales à la commission d'enquête sur le Samu social en compagnie de Charles Picqué.

Un front commun détonant composé de la Fédération des maisons médicales, la FGTB, la CNE-CSC, la FEF, Solidaris, Médecins du monde et santhea se demandaient mardi quel est encore le sens du contingentement dans le contexte actuel. Ils proposent de sortir du contingentement les spécialités médicales en pénurie, de renforcer les aides à l'installation en zone de pénurie, de fixer des sous-quotas par spécialité, de dissocier l'accès aux études et les numéros Inami et de mettre en valeur les spécialités " non-curatives ".

Le Dr Roland Lemye poursuit son voyage historique au coeur du système des accords médico-muts. Après un angle sur les dépenses, il se penche aujourd'hui sur l'éléphant de mer de la qualité, souvent prétexte à réduire la liberté thérapeutique du médecin et aussi les dépenses. Il réitère aussi sa critique du poids grandissant des mutuelles dans le système.

A la demande des partenaires sociaux, le gouvernement a approuvé ce vendredi les grandes lignes de la réforme du financement de la sécurité sociale. La dotation d'équilibre par laquelle l'Etat maintient les comptes de la Sécu à flot pour faire face aux effets conjoncturels est confirmée mais soumise à un "mécanisme de responsabilisation". Le PS estime au contraire que la réforme "asphyxie totalement la sécurité sociale et met en péril l'essence même de ce précieux mécanisme de solidarité: le financement des pensions, des soins de santé et des revenus de remplacement".

Les sans-abri ont désormais leur dispositif d'hébergement médicalisé. Inédit en Belgique, MediHalte prend en charge les personnes sans-abri malades, en attente ou en fin d'hospitalisation. Un an après son lancement, le Samusocial et les politiques qui l'ont soutenu présentent les résultats. S'il y a un mot qui ressort de leurs bouches, c'est bien " réussite ".

Les parlementaires ont débattu hier avec fougue de la Loi sur les professions de santé mentale et de ses modifications. Maggie De Block défend la sécurité du patient qu'apporte la loi tandis que le PS fustige l'abandon en rase campagne des psychothérapeutes. Le GBO propose à la ministre de... suspendre la loi.