Tout sur Jo De Cock

Ce 1er juillet, Jo De Cock prend sa retraite. Il a été à la tête de l'Inami pendant 26 ans. Dans cette newsletter et dans la suivante, nous vous proposons une interview de fond sur son parcours. Comment l'institution a-t-elle évolué depuis le siècle dernier - et quelle est la contribution des médecins à l'assurance maladie ?

Benoît Collin devient aujourd'hui, 1er juillet, administrateur général de l'Inami. Le jeune sexagénaire (62 ans) succède à Jo De Cock, désormais retraité. Il compte relever en équipe les défis auxquels l'institut doit faire face. Une grande maison qu'il connaît très bien puisqu'il en a été l'administrateur général adjoint durant 15 ans. Première interview du nouveau patron de l'Inami.

"Jo De Cock a une grande connaissance, unique, de ses dossiers. Il tient compte des sensibilités et de la réalité sur le terrain. Et il connaît les subtilités juridiques. Tout cela permet de prendre une décision rapide. De plus, il combine toute cette expertise avec la gestion d'une très grande organisation."

Jo De Cock va être remplacé à la tête de l'Inami par Benoît Collin, son adjoint depuis 15 ans. "Une transition en douceur après le départ à la pension de Jo De Cock ce 30 juin", annonce l'Inami.

Les discussions entre les représentants des médecins spécialistes en formation et les autorités avancent favorablement. Ces derniers jours, plusieurs points ont fait l'objet d'un consensus entre les différentes parties.

Dimanche en fin d'après-midi, une visioconférence s'est tenue entre la délégation des médecins spécialistes en formation francophones, Jan Bertels, chef du cabinet du ministre Vandenbroucke, Jo De Cock, administrateur général de l'Inami, et Bernard Vanderheyden, président de la CPNMH. Objectif: entendre les critiques des Macs sur l'accord du 19 mai. Suite à cette réunion, la grève des médecins en formation francophones a été suspendue le lundi 24 mai au matin.

Dimanche en fin d'après-midi, une visioconférence s'est tenue entre la délégation des médecins spécialistes en formation francophones, Jan Bertels, chef du cabinet du ministre Vandenbroucke, Jo De Cock, administrateur général de l'Inami, et Bernard Vanderheyden, président de la CPNMH. Objectif : entendre les critiques des Macs sur l'accord du 19 mai. Suite à cette réunion, la grève des médecins en formation francophones a été suspendue le lundi 24 mai au matin.

Après d'intenses négociations, la Commission paritaire nationale médecins-hôpitaux vient de conclure un accord sur les conditions de travail et la protection sociale des médecins spécialistes en formation (MSF). Cet accord - qui doit entrer en vigueur pour la prochaine année académique - convient aux fédérations hospitalières, moins au Cimacs qui maintient son appel à la grève du 20 au 24 mai. Le ministre Vandenbroucke se réjouit de la conclusion d' un accord prévoyant "un statut social digne de ce nom".

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la "vision des soins efficaces" présentée par le Groupement belge des spécialistes (lire ci-contre) dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Le Groupement belge des spécialistes (GBS) a transmis à Jo De Cock, patron de l'Inami, une note expliquant sa vision des soins efficaces. Un document qui peut alimenter la réflexion des autorités et des groupes de travail occupés actuellement à brainstormer sur l'évolution du processus budgétaire. Jean-Luc Demeere, président du GBS, éclaire les enjeux de ce grand chantier pour le corps médical.

Le Groupement belge des spécialistes (GBS) a transmis à Jo De Cock, patron de l'Inami, une note expliquant sa vision des soins efficaces. Un document qui peut alimenter la réflexion des autorités et des groupes de travail occupés actuellement à brainstormer sur l'évolution du processus budgétaire. Jean-Luc Demeere, président du GBS, éclaire les enjeux de ce grand chantier pour le corps médical.

Le Groupement belge des omnipraticiens n'a visiblement pas apprécié la " vision des soins efficaces " présentée par le Groupement belge des spécialistes dans une note adressée à Jo De Cock, administrateur général de l'Inami.

Les autorités vont libérer chaque année 200.000 euros pour permettre à Médecins en difficulté et Doctors4Doctors de déployer un plan d'action pour soutenir le bien-être des médecins. Un instrument de mesure va être créé pour évaluer périodiquement le degré de bien-être des médecins.

"Le temps est venu de trouver des solutions structurelles et d'offrir une aide appropriée aux médecins qui rencontrent des problèmes tels que le stress, le burn-out, la dépendance", soutiennent l'Inami et le SPF Santé publique. Une convention vient d'être signée pour aider le corps médical.

Les autorités vont libérer chaque année 200.000 euros pour permettre à Médecins en difficulté et Doctors4Doctors de déployer un plan d'action pour soutenir le bien-être des médecins. Un instrument de mesure va être créé pour évaluer périodiquement le degré de bien-être du corps médical.

Grosse réunion du Comité de l'assurance des soins de santé de l'Inami lundi soir. Outre les membres habituels, près de 400 personnes ont participé à un " Kick-off Meeting "pour préparer la trajectoire pluriannuelle du budget de l'assurance soins de santé.