Tout sur Gibbis

Le sujet est à la mode, " plus de moyens " est le mot qu'on entend sur toutes les lèvres. Si cela ne se justifie pas pour tous, il y a des thèmes et des domaines où les besoins sont bien réels, et cela même au-delà des besoins dans les soins ou dans la rétribution de l'activité clinique.

Le sujet est à la mode, " plus de moyens " est le mot qu'on entend sur toutes les lèvres. Si cela ne se justifie pas pour tous, il y a des thèmes et des domaines où les besoins sont bien réels, et cela même au-delà des besoins dans les soins ou dans la rétribution de l'activité clinique.

La fédération Gibbis, regroupant cinquante institutions de santé bruxelloises, a publié avant les élections du 26 mai un mémorandum adressé au monde politique. Patricia Lanssiers et Dieter Goemaere explorent pour le jdM les grands chantiers et défis du secteur hospitalier bruxellois.

Le GBO vient de désigner son directeur, Jean-Noël Godin. L'expert en soins de santé travaillera en étroite collaboration avec le Dr Paul De Munck, président du syndicat médecin, et le bureau exécutif. Cette nouvelle fonction devrait renforcer le syndicat.

Dans son mémorandum (1), la fédération Gibbis demande une simplification du cadre réglementaire. Celui-ci est actuellement décrié par les gestionnaires hospitaliers comme étant une des causes du malaise des blouses blanches.

La fédération Gibbis, regroupant cinquante institutions de santé bruxelloises, a publié avant les élections du 26 mai un mémorandum adressé au monde politique. Patricia Lanssiers et Dieter Goemaere explorent pour le jdM les grands chantiers et défis du secteur hospitalier bruxellois.

Le GBO vient de désigner son directeur, Jean-Noël Godin. L'expert en soins de santé travaillera en étroite collaboration avec le Dr Paul De Munck, président du syndicat médecin, et le bureau exécutif. Une nouvelle fonction qui devrait renforcer le syndicat médical.

La fédération Gibbis a proposé, lors d'un colloque consacré aux soins à domicile, à dix orateurs de présenter des formules innovantes d'organisation alternative des soins, alliant soins à domicile et en institution. " Ces initiatives sont toutes le fruit du travail d'entrepreneurs du secteur à profit social, qui ont mis sur pied avec succès leurs projets, souvent sans avoir bénéficié d'aides externes, organisationnelles ou financières, précise Gibbis. L'offre classique de soins ne répond pas ou de manière inadéquate aux besoins d'un grand nombre de patients, qui combinent souvent plusieurs pathologies. "

Pour la fédération Gibbis, il est temps de créer un cadre juridique et budgétaire spécifique qui facilite l'ouverture de nouveaux lieux de soins répondant à des besoins spécifiques. Cette " ligne 1.5 " doit se situer entre les 1re et 2e lignes actuelles de soins.

17.000 travailleurs du non-marchand ont manifesté mardi dans les rues de Bruxelles pour réclamer de meilleurs conditions de travail en scandant des slogans explicites : "Touche pas à mes soins", "Plus de mains pour des soins plus humains", "Maggie, on fait un 'vis ma vie' avec vos réformes" ... L'occasion pour des gestionnaires hospitaliers de tirer la sonnette d'alarme.

"Une fédération sert avant tout à fédérer, on l'oublie parfois" : commentait Dieter Goemaere lors de la présentation de Gibbis. Les promoteurs de cette fusion l'ont bien compris et appliqué. Cette nouvelle fédération regroupe désormais la CBI (Coordination Bruxelloise d'Institutions sociales et de santé) et la FHPB (Fédération des Hôpitaux Privés de Belgique).