Tout sur GBO

La chute de la consommation de soins et son corollaire, celle des honoraires médicaux, inquiètent Marcel Bauval, qui représente le GBO en médico-mut. Pour lui, il est temps que les patients reviennent en cabinet de MG et en hôpital comme avant la pandémie pour se faire soigner ou screener même si la prudence est de mise face aux variants.

N'est-il pas grand temps de permettre aux généralistes wallons de vacciner contre le coronavirus dans leur cabinet? Leurs confrères bruxellois peuvent déjà le faire depuis début juillet.

Le pharmacien serait en conflit d'intérêt s'il obtenait de délivrer davantage de médicaments sans ordonnance ou s'il pouvait en renouveler la prescription sans égard à leur coût, dénonce l'Absym. Le GBO et l'APB demandent que les relations pharmaciens-médecins généralistes se fassent dans le cadre de concertation existant. L'APB parle même "d'oukazes pré-électoraux".

Proximus se lance dans la téléconsultation via son application Doktr. Le hic, c'est que cette dernière ne permet pour l'heure d'entrer en contact qu'avec un médecin et non son médecin. Une différence qui fait tiquer les syndicats médicaux, pourtant favorables à la téléconsultation.

Le GBO-Cartel s'inquiète de l'approche HAD telle qu'elle est présentée actuellement par les autorités de santé. Il demande un changement de paradigme pour mettre les première et deuxième lignes sur un pied d'égalité. "Nous ne sommes pas contre le principe, mais l'approche n'est pas la bonne", explique Jean-Noël Godin, directeur du GBO.

Depuis le début de la pandémie - il y a un an! - les autorités et de nombreux prestataires ont le nez dans le guidon, obligés d'avancer pour se battre contre le coronavirus en prenant des bonnes et des mauvaises décisions. Heureusement, il est encore possible de trouver un peu de temps pour réfléchir à l'avenir de notre système des soins de santé, hors Covid. C'est ce que l'Inami a proposé lundi soir. Un défi ambitieux: octroyer, dans le cadre du budget, des moyens aux objectifs de soins de santé.

L'Absym (rejointe par le GBO) a recommandé la semaine dernière de modifier le calendrier de vaccinations covid par groupe à risques pour un calendrier par groupes d'âge qui n'aurait que des avantages, selon le syndicat. Frank Vandenbroucke affirme que le choix de vacciner en priorité les personnes présentant des comorbidités entre 18 et 64 ans, après le groupe des plus de 65 ans, a été fait par la Conférence interministérielle Santé publique et que les médecins sont impliqués via la médico-mut.

Le rapport des déplacements de dépenses de l'Inami face à la pandémie Covid-19 détaille les ressources redirigées pour assurer la continuité des soins: un soutien financier de deux milliards d'euros aux hôpitaux, l'augmentation ponctuelle de 20 euros du DMG et la consultation à distance.

Super-DMG, élargissement de la téléconsultation, revalorisation de la garde MG et des visites en MRS, revalorisation des jeunes MG en attente d'agrément: telles sont les doléances du GBO en vue de la signature d'un accord médico-mut.

Le ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, a annoncé la semaine dernière des moyens supplémentaires pour les hôpitaux, les médecins généralistes et la santé mentale. Une initiative saluée par les syndicats médicaux même si toutes leurs demandes n'ont pas été accordées.