Tout sur Chine

Le Rapport de la Commission spéciale Covid-19 (volet médical) du Dr Leïla Belkhir met le doigt sur un ensemble de manquements et d'impréparation lors de la première vague. Et ses enseignements sont loin d'avoir été tous tirés pour affronter la 2e vague...

La Commission spéciale de la Chambre chargée d'examiner la gestion de la crise Covid-19 poursuit ses auditions. On y apprend une foule de choses mais les personnes auditionnées étant confrontées à la 2e Vague pandémique, les réponses aux questions des députés tardent. Et la Chambre ne publiera aucun compte-rendu avant le rapport final. On est loin de la France où le Parquet perquisitionne le ministre de la Santé Olivier Véran... Chez nous, le Dr Sofie Merckx (PTB) fait partie de celles et ceux qui restent un peu sur leur faim.

Une étude prouve une corrélation entre ensoleillement et baisse de l'activité du virus Sras-CoV-2. Les scientifiques, qui ont analysé les données en provenance de 128 pays et 98 États ou provinces, mettent en garde: si aucune mesure majeure pour la limiter n'est prise, le passage à l'an neuf devrait coïncider avec une forte hausse de sa circulation.

Une étude prouve une corrélation entre ensoleillement et baisse de l'activité du virus Sars-CoV-2. Les scientifiques, qui ont analysé les données en provenance de 128 pays et 98 États ou provinces, mettent en garde : si aucune mesure majeure pour la limiter n'est prise, le passage à l'an neuf devrait coïncider avec une forte hausse de sa circulation.

On le sait : de nombreux experts soupçonnent le pouvoir chinois de n'avoir pas tout dit sur l'apparition du nouveau coronavirus. Dans cette hypothèse, son apparition dans le marché Huanan de Wuhan en Chine, où des animaux exotiques étaient vendus vivants, en décembre 2019, ne serait qu'une fable inventée pour rendre cette expansion crédible.

Un bond dans les recherches internet des symptômes du Covid-19 et dans l'affluence dans les hôpitaux de la ville chinoise de Wuhan laissent penser que la maladie a pu apparaître sur place dès août 2019, selon les résultats d'une étude préliminaire américaine.

"Citez-moi un pays qui était mieux préparé." Maggie De Block (Open VLD) s'enorgueillit de gestion de la crise sanitaire dans un grand entretien au Vif/L'Express/Knack. Mais peu de gens lui en attribuent le mérite. "Prédire l'apocalypse, c'est à la portée de tout le monde", rétorque la ministre de la Santé publique.

Plusieurs cadors du secteur déclarent sur les réseaux sociaux être fort curieux de découvrir les prochains chiffres du budget de l'Inami poste par poste. Certains estiment même que le budget de 2020 pourrait être inférieur aux prévisions budgétaires en raison de la réduction des hospitalisations classiques.

AUTO Jusqu'à présent, seuls les virologues s'exprimaient dans les médias. À mesure que le coronavirus s'étend à tous les domaines de notre organisation sociale, d'autres experts prennent aujourd'hui la parole. Malheureusement, aucun ne possède le remède miracle contre ce virus. D'abord épidémie locale, la crise s'est muée en pandémie en un rien de temps, provoquant un gigantesque raz-de-marée socio-économique, qui touche également le secteur automobile.

Avant même de développer des symptômes, les patients atteints du Covid-19 peuvent malgré tout déjà contaminer les objets autour d'eux, sans même le savoir et en un temps relativement court, comme le montre une étude réalisée en Chine dans deux chambres d'un hôtel de quarantaine. Autrement dit, tout individu présymptomatique peut être un vecteur important de la pandémie.

L'infection sévère à Covid-19 se manifeste en première instance sous la forme d'une pneumonie, accompagnée ou non de complications telles qu'une détresse respiratoire menaçant le pronostic vital ou un choc cytokinique. Un nombre croissant de données évoquent toutefois aussi une atteinte d'autres organes, principalement le coeur et les vaisseaux.

eSanté Des chercheurs américains et chinois en intelligence artificielle (IA) ont mis au point un outil pour prédire quels malades sont susceptibles de développer un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Il pourrait notamment aider les médecins à définir les patients à traiter en priorité.

PLACEMENT De nombreuses entreprises et pas mal d'États, y compris la Belgique, ont profité des taux fort bas des dernières années pour emprunter à très long terme. Renouant ainsi avec une pratique courante au 19e siècle. Cas extrême : en 1883, le Toronto Grey and Bruce Railway avait lancé une obligation échéant 1.000 ans plus tard !

Plusieurs études observent chez des patients Covid-19 des atteintes neurologiques provoquées par le coronavirus. Le Sars-CoV-2 peut toucher aussi bien le système nerveux central que les nerfs périphériques.

Deux études sont actuellement en cours sous la direction de l'UZ Gent afin d'examiner si le choc cytokinique lié au Covid-19 peut être traité par voie médicamenteuse. Le Pr Bart Lambrecht, pneumologue à l'UZ Gent, directeur des recherches sur les maladies inflammatoires à l'Institut flamand de biotechnologie et directeur de ces travaux, nous explique par le menu cette matière hautement complexe.

C'est humain : à peine le plateau de l'épidémie atteint, on songe à en provoquer la fin le plus vite possible. Mais comment faire ? Très vite se croiseront en rue les personnes à activité essentielle (contaminés ou pas), les guéris non contaminants, les potentiels contaminants à ne pas contaminer, etc. Le faire sans briser des droits fondamentaux sera très difficile.

Selon une étude singapourienne publiée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les personnes infectées par le nouveau coronavirus peuvent transmettre l'infection un à trois jours avant l'apparition de leurs symptômes.