Tout sur AR

" La pression constante exercée par l'ABSyM a été payante ", se réjouit son président, le Dr Herry " un arrêté royal du ministre Frank Vandenbroucke autorise les pharmaciens à fournir les vaccins Covid-19 aux médecins qui en font la demande par écrit. " Qui y voit " une victoire importante pour l'Absym. Mais la bataille n'est pas encore terminée... "

La note du ministre Frank Vandenbroucke sur la réforme de l'organisation et du financement des hôpitaux contient une phrase intrigante, négligée jusqu'à présent. À tort?

L'Inami l'annonçait récemment: la procédure de remboursement pour les quelque 232.000 patients souffrant de douleurs chroniques est fortement simplifiée. Leurs analgésiques soumis à autorisation du médecin-conseil suivront, dès le 1er janvier prochain, une seule procédure, celle du chapitre IV. Ainsi le médecin fera une seule demande de remboursement à vie. Le patient sera remboursé à 75% plutôt qu'à 20%.

La nouvelle loi sur la pandémie, récemment approuvée par le Parlement, prévoit que les experts en pandémie doivent respecter un "code d'éthique ". Le Pr Herman Nys (KU Leuven) se demande à quoi cela sert. Et si l'intention est peut-être de faire fuir les experts potentiels...

Vendredi dernier, le conseil des ministres a approuvé le projet d'AR prolongeant l'intervention financière temporaire dans les coûts des mesures de protection spécifiques et du matériel pour les dispensateurs de soins ambulatoires dans le cadre de la pandémie Covid-19 pour la période septembre-novembre 2020.

L'entrée en vigueur de la " circulaire OA n° 2018/72 du 7 mars 2018 - 3910/1650 " qui appliquait l'arrêté royal adaptant la nomenclature relative aux mammographies est ajournée.

Le ministre de l'Économie et des Consommateurs, Kris Peeters, voit son arrêté royal du 24 septembre 2017 attaqué par Febelsol, la Fédération des centres de bronzage, devant le Conseil d'Etat. Ce texte impose la consultation médicale avant de passer sous le banc solaire. Il s'agit du énième épisode de la saga qui oppose la santé publique et ce secteur.

Le Conseil d'Etat a examiné récemment deux actions intentées dans le cadre de l'arrêté-royal qui réglemente l'usage de l'homéopathie. L'une émane de médecins qui pratiquent cette médecine parallèle et l'autre provient de l'Absym. Les arguments des uns et des autres n'ont pas été considérés comme pertinents par la haute cour.

Pour la 21e année, nous présentons les six candidats au Prix du Généraliste, co-organisé avec la SSM-J, et en collaboration avec l'UCLouvain, l'ULB et l'ULiège. Ce challenge met en compétition amicale six jeunes généralistes qui ont remis des travaux de fin d'études présentant des qualités particulièrement remarquables. Les prix des lecteurs du jdM, avec le soutien d'Amonis, et du jury de la SSM-J seront remis le 10 septembre 2022 lors d'une grande journée "jeunes médecins" organisée par la SSM-J.