Tout sur Anvers

De plus en plus de patients sont dépendants à la cocaïne. Comment les aider sans se sentir démunis? Le Dr Felix Hever a donné des pistes lors d'un séminaire au CHU Brugmann.

Après onze années de fermeture, le musée royal des Beaux-Arts d'Anvers rouvre enfin.

Fille d'un professeur de latin-grec à l'École européenne, le Dr Sophie Sidler exerce comme pédiatre et pneumo-allergologue. Du salon où elle nous reçoit, une vue s'étend sur la campagne nivelloise. C'est au pied de ce tableau, qu'aurait pu peindre Pat Andrea, que bondissent les gazelles sur les blanches bronzées d'un piano.

Sous peu, le transport de médicaments, poches de sang, chimiothérapie, transplants et même peut-être de patients par drones sera une réalité. Le point sur le projet Safir-Med avec les Cliniques de l'Europe qui se sont lancées dans cette extraordinaire aventure avec le " drone operator " anversois Helicus.

La crise du coronavirus a été un choc sans précédent... et, si cela ne dépend que de Pierre Van Damme (Universiteit Antwerpen) et Arnaud Marchant (ULB), on ne nous y reprendra pas à deux fois. Les deux chercheurs ont fondé ensemble l'European Plotkin Institute, dont l'objectif est d'étudier l'efficacité et la sécurité des vaccins en s'appuyant sur des méthodes actuelles et sur une expertise intégrée, l'idée étant à l'avenir d'être "biopréparés".

La Mauritshuis se voit fleurie dans une exposition qui célèbre son 200e anniversaire....

Comment promouvoir les interactions positives entre espaces urbains verts et bleus et santé humaine? Le Conseil supérieur de la santé formule quelques recommandations clés et invite à sensibiliser davantage la population à cette problématique encore trop peu connue.

"La Belgique dispose-t-elle d'une réserve suffisante pour les soins non programmés? Nos institutions sont-elles prêtes sur le plan architectural? Avons-nous suffisamment d'hôpitaux avec des lits de soins intensifs? Avons-nous les compétences nécessaires? Les personnes nécessaires pour fournir des soins?"

"Dans le secteur des soins de santé, il faut laisser de la place à l'imprévu. Comment organisez-vous l'accueil des victimes d'un accident ferroviaire ou d'un incendie d'une usine? Une analyse Swot préalable est nécessaire. Si un problème survient, la solution doit déjà être en place."

Le Global Mercy, le plus grand navire-hôpital au monde qui appartient à l'organisation caritative Mercy Ships, s'apprête à quitter le port d'Anvers vendredi après-midi après y avoir été entièrement équipé au cours des six derniers mois par des bénévoles belges et étrangers, indique l'ONG dans un communiqué. Le navire se partira pour Rotterdam avant de se diriger vers l'Afrique.

Le 21 février, une partie du toit de l'hôpital ZNA Middelheim d'Anvers s'est arraché en raison des vents violents liés à la tempête Eunice. Même constat à Audenarde (Flandre orientale), où l'hôpital local a dû faire face à un arrachement partiel de toiture. Au Chwapi, une grue est tombée vendredi sur un nouveau bâtiment.

La moitié des généralistes et spécialistes de plus de 65 ans travaillent toujours. C'est ce qui ressort d'une enquête fouillée sur la planification de la fin de carrière chez les médecins. Amour du travail, insécurité quant à la continuité des soins aux patients et inquiétude financière constituent les raisons principales de leur décision de rester au poste.

Apprendre qu'une personne nourrit des sentiments sexuels envers un mineur, présente des comportements préoccupants ou a regardé des images à caractère pédophile est sans doute aussi difficile pour les généralistes, psychologues, sexologues et autres professionnels que pour le premier concerné. L'association flamande Stop it Now! a développé il y a peu un mode d'emploi pour aider les médecins de famille inquiets à ouvrir le dialogue.

Deux médecins ont conclu un accord de partenariat pour la pratique commune de soins de santé scientifiquement valables. L'un des deux s'est engagé à payer chaque mois 20% de ses honoraires à l'autre pour compenser l'utilisation de locaux, de personnel et de matériel, ce que l'on appelle une redevance d'utilisation. Après quelques années, le premier médecin a fait valoir que l'accord était nul et non avenu, car cette redevance d'utilisation constituait en fait une dichotomie ou un partage d'honoraires, ce qui est apparemment en contradiction avec le code de déontologie médicale et la loi relative à l'exercice des professions des soins de santé (Lepss). Le médecin a donc récupéré les redevances d'utilisation déjà payée.

"En l'espace d'environ un an, nous avons vu passer neuf patients victimes des effets nocifs du gaz hilarant", résume le Dr Pieternel Vanherpe du service de neurologie de l'AZ Sint Maarten à Malines. "L'usage récréatif de cette substance est réparti de façon très hétérogène sur le territoire. Il se rencontrait déjà beaucoup à Anvers et semble aujourd'hui se propager à Malines." Récemment, la spécialiste a été extrêmement intriguée par le cas de deux patients arrivés à l'hôpital avec une atteinte évoquant une exposition au gaz hilarant, alors qu'ils affirmaient ne pas en avoir utilisé.