La plus grande étude du genre révèle que les personnes en surpoids ou obèses qui boivent de l'alcool amplifient considérablement l'effet nocif de l'alcool sur l'incidence des maladies du foie et la mortalité. Une conclusion qui incite à la frugalité et à la sobriété.

Boire du café, qu'il soit caféiné ou déca, instantané et moulu, réduirait les risques de développer une maladie chronique du foie, notamment la stéatose hépatique, ou d'en mourir. Les bénéfices seraient maximums en consommant trois à quatre tasses par jour.

Des chercheurs américains constatent que les femmes touchées par un cancer du sein ont un risque accru de mortalité toute cause et en particulier par cancer du sein si elles consomment de manière régulière des sodas sucrés.

Consommer deux portions de poisson gras deux fois par semaine diminuerait d'environ un sixième le risque de problème cardiovasculaire majeur chez les personnes à haut risque, comme celles qui ont fait une crise cardiaque ou un AVC par le passé. C'est la présence d'oméga-3 dans ces poissons qui apporterait cet effet préventif.

Selon une étude américaine, le fait d'avoir des cycles menstruels irréguliers et longs tout au long de la vie reproductive est associé à un risque plus élevé de diabète de type 2, en particulier chez les femmes en surpoids ou obèses, avec un régime alimentaire de mauvaise qualité et de faibles niveaux d'activité physique.

Selon une étude suédoise, les hommes ayant eu recours à des techniques d'assistance médicale à la reproduction ont un risque significativement plus élevé de développer un cancer de la prostate que les autres. Ce constat renforce l'hypothèse selon laquelle ces deux problèmes de santé pourraient avoir des causes communes.

Des chercheurs portugais ont constaté que la consommation de caféine est associée à une réduction du risque de décès chez les personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique.