Une équipe composée de chercheurs des universités d'Anvers et de Hasselt, d'experts de l'ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control) et d'autres experts de pays de l'UE/EEE a publié, dans le cadre du projet ESAC (European Surveillance of Antimicrobial Consumption), la description la plus détaillée et exhaustive à ce jour de l'utilisation d'antibiotiques dans la communauté (c.-à-d. en dehors des hôpitaux).

Selon une étude britannique visant à trouver les origines évolutives des infections virales pandémiques telles que la Covid-19, l'ancêtre commun le plus récent des sarbécovirus, la famille des coronavirus à laquelle appartient les SARS-CoV, existait il y a plus de 21 000 ans. Une estimation près de 30 fois plus vieille que les précédentes.

Selon une étude britannique, les enfants et adolescents qui vivent à proximité d' une forêt bénéficient d'un meilleur développement cognitif et ont moins de risques de développer des troubles d'ordre comportemental ou émotionnel. Ce constat pourrait avoir de l'influence sur les décisions d'aménagement du territoire dans les zones urbaines.

Boire de l'eau en quantité suffisante afin de rester bien hydraté tout au long de sa vie serait une des clés pour réduire le risque de développer une insuffisance cardiaque ainsi qu'une hypertrophie ventriculaire gauche, selon une étude présentée lors du dernier congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC 2021).

Des chercheurs brésiliens ont découvert un composé peptidique dans le venin de la vipère jararacussu qui inhibe jusqu'à 75% la capacité du coronavirus à se reproduire dans les cellules de singe. Ils sont convaincus que leur percée pourrait entraîner le développement d'un médicament pour lutter contre le virus à l'origine de la Covid-19.

Une nouvelle étude américaine révèle que le ciblage de l'interféron kappa, une protéine fabriquée par les cellules cutanées, pourrait permettre de réduire la gravité du psoriasis.Dans une étude sur la souris, ils ont constaté que le niveau de cette protéine est directement lié à l'inflammation.

Selon une étude écossaise, par rapport aux adultes en âge de travailler, les enseignants et les membres de leur ménage ne sont pas exposés à un risque accru d'hospitalisation avec Covid-19 et ils présentent un risque plus faible de Covid-19 sévère. De quoi rassurer ceux qui souhaitent le retour à un enseignement présentiel.

Une étude américaine montre que la consommation de cannabis est associée à une prévalence plus élevée d'idées, de plans et de tentatives suicidaires chez les jeunes adultes souffrant ou non de dépression, et ce même avec un usage peu fréquent.

D'après une méta-analyse, les personnes ayant un emploi stimulant mentalement auraient un risque plus faible de démence à un âge avancé. Une explication possible est que la stimulation mentale est liée à des niveaux inférieurs de certaines protéines qui peuvent empêcher les cellules cérébrales de former de nouvelles connexions.

Selon une recherche internationale, le décubitus ventral vigile des patients souffrant d'insuffisance respiratoire hypoxémique due au Covid-19 améliore l'oxygénation et réduit la nécessité d'une intubation ainsi que la mortalité. Ce résultat plaide en faveur d'un tel positionnement de routine pour les patients Covid-19 qui ont besoin d'une assistance avec des canules nasales à haut débit mais non intubés.

Des chercheurs ont découvert que la circulation de l'enzyme sPLA2-IIA, une enzyme liée aux neurotoxines trouvées dans le venin de serpent à sonnettes, serait peut-être le facteur le plus important pour prédire quels patients atteints de Covid-19 sévère finiront par succomber au virus. Cette enzyme se trouve à des niveaux élevés dans le sang des patients infectés et elle a la capacité de détruire les membranes cellulaires des organes vitaux.

Les traitements symptomatiques de la migraine ne suffisent pas toujours. Quand les patients n'y repondent pas ou face a des formes refractaires OU particulieres, la strategie therapeutique merite etre revue.