FLOT4 est publiée

Les résultats de cette étude multicentrique allemande viennent d'être publiés. Une occasion de revenir sur cet essai salué comme l'avènement d'un nouveau standard de traitement pour les adénocarcinomes gastriques et gastro-oesophagiens résécables localement avancés.

OEsophagite à éosinophiles, une pathologie en expansion

Une récente revue systématique de la littérature suivie d'une méta-analyse montre que l'adoption des critères diagnostiques actuels de l'oesophagite à éosinophiles (EoE) rend caduques les estimations antérieures d'incidence et de prévalence.

Les MICI flambent chez les adolescents

Le registre français Epimad est un réseau hôpital-ville dédié aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) et alimenté en données par tous les gastro-entérologues adultes et pédiatriques de 4 départements du nord-ouest de la France, quel que soit leur mode d'exercice.

Le puzzle, un passe-temps bénéfique pour la santé cérébrale

Pour la première fois, une étude démontre scientifiquement que faire des puzzles est un passe-temps qui pourrait, à long terme, être bénéfique au cerveau. Très complet, ce jeu transgénérationnel fait appel à diverses fonctions cognitives, visuelles et spatiales.

La vidange gastrique comme élément de choix thérapeutique

Les agonistes des récepteurs du GLP-1 ralentissent la vidange gastrique, mécanisme qui contribue à leur efficacité à réduire la glycémie postprandiale chez les individus à vidange gastrique accélérée, suggérant que la vitesse de la vidange gastrique pourrait être un facteur prédictif de réponse au traitement.

Un coeur tout neuf imprimé en 3D ?

La nouvelle a été reprise dans de multiples journaux et magazines, une équipe de Tel Aviv a réussi l'impression en 3D d'un coeur fabriqué à partir de matériel biologique provenant d'un patient, ouvrant la porte à l'autogreffe cardiaque.

Anomalies cardiométaboliques et infection par le virus du SIDA

Depuis que la séropositivité n'est plus synonyme d'arrêt de mort à plus ou moins brève échéance, il est apparu que les sujets porteurs du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) présentaient divers anomalies métaboliques dont les causes et la progression restent mal cernées.