Article du magazine
Dr Jean Creplet

Partout dans le monde, les fonctions généralistes ont été transformées en disciplines académiques rattachées aux sciences humaines. Elles ont ainsi débouché sur une efflorescence de diplômes et de métiers diversement accueillis. En Belgique, l'État leur a donné des rôles légalement définis au point de les rendre indispensables dans de nombreux secteurs, dont les soins de santé.

Le ministre de la santé publique, Frank Vandenbroucke (sp.a.), a prévu un budget de 162 millions d'euros pour donner de l'"oxygène" aux médecins généralistes. Plus concrètement, les médecins généralistes recevront un supplément de 20 euros pour chaque DMG qu'ils ont signé en 2019. Pour le budget de l'Inami, c'est plus facile de le verser cette année.

Un différend opposant un médecin en formation et le CHU de Liège à propos d'heures supplémentaires prestées " sous la pression " et jugées par le Tribunal " insuffisamment rémunérées " s'est conclu récemment par une condamnation de l'hôpital universitaire liégeois par le tribunal du Travail de Liège. Le Dr Sid, le médecin en formation en question, a été indemnisé à hauteur d'environ 14.000 euros.

D'après la dernière enquête annuelle de Solidaris auprès de 1.000 Belges francophones sur les reports de soins médicaux, dentaires, mentaux, etc., la situation ne s'améliore guère. " Les inégalités dans l'accès aux soins augmentent car le coût de ceux-ci est plus en plus difficile à supporter pour une proportion grandissante de la population belge francophone. "

Dr Jean Creplet

Que faut-il entendre par à l'hôpital et pourquoi parler de bâtons? Comme toute organisation, l'hôpital a besoin d'optimaliser les moyens médicaux, tirer les leçons des retours d'expériences et des résultats, garantir les supports logistiques, prévoir les fournitures et veiller à des finances saines tout en favorisant de bonnes relations humaines.

Article du magazine

Jacques de Toeuf, président honoraire de l'Absym, a bien connu Frank Vandenbroucke lorsqu'il était ministre des Affaires sociales au début de ce siècle. "C'est un homme avec qui on pouvait discuter." Il n'y a aucune raison dès lors de lui faire un procès d'intention. "Il faut regarder les bons côtés d'un homme qui va gérer la santé publique pendant les 4 ans qui restent. C'est avec les bons côtés qu'on va travailler."

Hugues Malonne, n°2 de l'Agence fédérale du médicament, en charge de l'achat de millions de tests essentiels pour la Belgique, a été mis sur le grill par les députés de la Commission santé et par la presse, soupçonné de collusion et de conflit d'intérêts. Un audit le blanchit aujourd'hui en grande partie.

Le coronavirus semble capable de perturber à peu près toutes les fonctions de notre corps, ce qui rend la lutte contre le covid-19, la maladie qu'il provoque, beaucoup plus difficile. Mais la science n'abandonne pas, même s'il devient surtout évident que laisser le virus suivre son cours n'est pas un scénario réaliste.