Tout sur RSW

Big data : "un cadre politique et juridique est nécessaire "

L'annonce dans les médias, le vendredi 8 octobre dernier, que des hôpitaux revendaient leurs données à une firme commerciale privée a suscité de nombreuses réactions, dont celles des patients et de leurs représentants. En Wallonie, d'aucuns sont inquiets que s'installe une perte de confiance envers le Réseau santé wallon (RSW), où plus d'un Wallon sur quatre est inscrit. Car si le RSW gère le flux et la sécurité des échanges de données patients dans le sud du pays, il ne contrôle pas ce que les hôpitaux wallons font de leurs données, dont ils sont seuls responsables.

Le RSW disponible via son smartphone

Depuis le 26 avril, le Réseau Santé Wallon (RSW) est accessible via tablettes et smartphones aux patients et professionnels de la santé. Il faudra encore quelques semaines pour que la lecture sur "mobile" soit conviviale.

Consentement pas toujours éclairé

"5.040.750 Belges ont donné leur consentement à l'échange électronique de leurs données médicales électroniques au 23 janvier 2017". Cette annonce enthousiaste faite par Thibault Duvillier (administrateur général adjoint de la Plateforme eHealth) lors du symposium du GBS consacré à l'e-santé cache une réalité plus complexe. La manière dont ce consentement éclairé est obtenu n'est pas toujours respectueuse de l'autonomie et des convictions des patients.

Apprivoiser eHealth

L'irruption d'eHealth dans la pratique médicale a provoqué davantage d'inquiétude que d'enthousiasme. Au contraire de nombreux métiers où l'ordinateur s'est imposé de longue date, les médecins ont sauvegardé jusqu'ici la possibilité de gérer leurs données, prescriptions, certificats et autres attestations de soins sur support papier s'ils le souhaitaient.