Tout sur Fédération Wallonie-Bruxelles

À la lecture des programmes politiques, l'approche des élections semble sonner la dernière heure des quotas de numéros Inami. Les professionnels de la santé ne sont pas tous en faveur de la fin du contingentement, et déplorent les annonces populistes.

S'il fallait lister les " bienfaits ", les leçons apprises de la crise sanitaire qui débutait il y a quatre ans, à quoi penseriez-vous? À la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous pourrions souligner la mise en lumière des enjeux de bien-être et de santé mentale.

En avril dernier, Frank Vandenbroucke lançait une réforme d'envergure pour remodeler les tâches du personnel infirmier. Une réforme qui poursuit un double objectif: améliorer l'attractivité de la profession d'infirmier et soutenir davantage la première ligne, et singulièrement la médecine générale. Selon l'agenda annoncé, la réforme devrait aboutir fin 2023. À un mois de l'échéance, de nombreuses questions demeurent, surtout concernant l'assistant de pratique.

Les résultats de la première édition du concours d'entrée aux études en médecine et en dentisterie en Fédération Wallonie-Bruxelles sont disponibles pour les candidats depuis samedi, annonce l'Ares, qui indique par ailleurs que le jury a statué sur un cas de fraude.

La Délégation des médecins francophones en formation (Demeff) juge constructive sa rencontre avec la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny. Les perspectives de collaboration avec sa successeure, Françoise Bertieaux, ont été évoquées.

Frank Vandenbroucke bénéficie du soutien de la majorité, malgré un questionnement bien présent sur la plus-value du projet de loi consacrant l'assistant en soins infirmiers côté francophone. L'opposition, elle, tire à boulet rouge.

Début avril, Valérie Glatigny (MR), ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en Fédération Wallonie-Bruxelles, annonçait son soutien au développement d'"alternatives" à l'expérimentation animale par les chercheurs francophones. 1,5 million d'euros sont sur la table chaque année. Une goutte d'eau pour les chercheurs qui préfèrent parler de méthodes complémentaires plutôt que d'alternatives.

Le Fédéral vient, en tout cas, d'approuver la modification législative qui permettrait aux entités fédérées de créer cette formation au niveau de l'enseignement secondaire. Un nouveau profil qui se glisserait entre celui d'aide-soignant et celui d'infirmier IRSG.

Après les menaces de Paul Magnette d'une majorité de rechange pour passer au-dessus du Mouvement réformateur, celui-ci s'est finalement rangé à l'idée d'un master supplémentaire à l'UMons et à l'UNamur. L'UMons se réjouit que la "sagesse ait prévalu". Les Engagés parlent d'un "combat de coqs" entre Bouchez et Magnette.

Après les menaces de Paul Magnette d'une majorité de rechange pour passer au-dessus du Mouvement réformateur, celui-ci s'est finalement rangé à l'idée d'un master supplémentaire à l'UMons et à l'UNamur. L'UMons se réjouit que la " sagesse ait prévalu ". Les Engagés parlent d'un " combat de coq " entre Bouchez et Magnette.

Le MR et sa ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny, sont apparus isolés mercredi lors du débat thématique sur les "habilitations" en médecine lors de la séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Tous les partis de la majorité, à l'exception donc des libéraux, ont en effet dénoncé le refus de la ministre de permettre à l'UMons et l'UNamur d'organiser un master en médecine. Les partis de l'opposition ont partagé leurs critiques.

Médecine

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.