Tout sur Fédération Wallonie-Bruxelles

La Belgique est passée du numerus clausus au numerus fixus. La Fédération Wallonie-Bruxelles a rejoint le train de la Flandre en imposant, en lieu et place d'un examen, un concours d'entrée. Un acte politique majeur qui a suscité de nombreuses réactions. Parmi celles-ci, l'affirmation que le numerus fixus - malgré une méthode de calcul affinée de la part de la Commission fédérale de planification - ne fera qu'aggraver la pénurie déjà prégnante, notamment au sud du pays. Au même moment, en France, où la situation est également peu enviable, le numerus apertus est entré en vigueur après 50 ans de numerus clausus. Comparaison des trois méthodes.

Le ministre flamand de la Santé Wouter Beke a confirmé mardi l'"attitude sceptique" du gouvernement flamand à l'égard de l'accord conclu vendredi dernier par le fédéral et la Fédération Wallonie-Bruxelles à propos des quotas de médecins. Selon le ministre CD&V, le fait qu'il y ait un engagement du côté francophone à travailler aussi avec un examen d'entrée et un numerus fixus est "une condition nécessaire mais pas suffisante pour arriver à une solution", a-t-il indiqué au Parlement régional. La N-VA est très sévère et les médecins flamands tout aussi sceptiques.

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a définitivement approuvé le 27 avril un projet de décret instaurant un "Conseil des hôpitaux universitaires" en FWB. Renaud Mazy, administrateur délégué des Cliniques universitaires Saint-Luc, déflore ses missions et son utilité.

"Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", aurait paraphrasé Jean Yanne. Les syndicats sont satisfaits de l'accord, tout comme, naturellement, les ministres de tutelle. Seuls les étudiants francophones pestent contre l'accord.

Un quart de siècle durant, beaucoup de ministres se sont succédé et tous ont échoué à trouver un accord pérenne sur la question des quotas Inami. Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, et Frank Vandenbroucke, ministre fédéral de la Santé, ont su trouver une formule qui satisfait toutes les parties, ou presque. Puisque la Flandre, un peu à l'instar de St-Thomas, attend encore du concret côté francophone pour acter l'accord en CIM Santé.

Un quart de siècle durant, beaucoup de ministres se sont succédé et tous ont campé sur leurs positions. Tant au niveau Fédéral que des entités fédérées. Il aura fallu attendre 25 ans pour voir un accord émerger. La Fédération Wallonie-Bruxelles transforme l'examen d'admission (numerus clausus) en un concours (numerus fixus) à partir de l'année prochaine.

La pénurie de MG qui pointe risque d'entraîner une augmentation des dépenses de santé publique par recours supplémentaires à la 2e ligne, explique Lawrence Cuvelier, vice-président du GBO. Qui craint une volonté du consortium hospitalo-universitaire de produire des assistants spécialistes taillables à merci...

Le Baillet Latour Biomedical Award, attribué pour la première fois cette année, a été remis jeudi, au palais des Académies à Bruxelles, par la ministre de la Recherche scientifique en Fédération Wallonie-Bruxelles Valérie Glatigny (MR) au Pr Thomas Marichal de l'Université de Liège pour ses recherches sur le système immunitaire pulmonaire.

Une délégation étudiante a été reçue par le chef de cabinet de Frank Vandenbroucke, Jan Bertels. Il ne s'est pas caché que le souhait du ministre, en pleine concertation avec la Communauté française (CF), est d'arriver à un concours d'entrée aux études de médecine et de dentisterie. Les étudiants craignent que la CF ne cède pour obtenir plus de numéros Inami. Explications avec Lucas van Molle, président de la FEF.

Même si, dans nos pays, on attribue communément à Mai 68 le mérite d'avoir libéré la sexualité de vieux carcans moraux, les adolescents restent confrontés à de nombreuses interrogations la concernant. Sa découverte demeure anxiogène, d'autant qu'elle s'inscrit dans le cadre plus global d'un processus développemental psycho-affectif.

Samedi dernier était inaugurée la Conseil supérieur pour l'intégrité scientifique (CSIS) en Fédération Wallonie-Bruxelles sous les auspices de l'Académie royale de médecine de Belgique, section francophone. Elle sera présidée pendant quatre ans par la Pr Danielle Balériaux, présidente honoraire de l'ARMB. Cette commission remplit un vide en Belgique francophone puisque la Flandre et tous nos voisins européens disposent d'une instance comparable. Le CSIS est un organe d'appel.

L'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB) accueillait récemment la conférence inaugurale de la Commission de planification de l'offre médicale en Fédération Wallonie-Bruxelles en présence Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur, et plusieurs acteurs de poids du secteur. Cette Commission sera opérationnelle fin 2021 pour plancher sur les sous-quotas 2022.

Elle l'avait annoncé en 2019, elle l'a fait: la ministre Valérie Glatigny (MR), en charge de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), a créé une Commission de planification francophone de l'offre médicale fin décembre. Mais si le projet de décret a été approuvé par le parlement de la FWB en juin 2021, la Commission n'est toujours pas sur pied. Une question de semaines, puisque "la réunion d'installation des membres aura lieu le 19 octobre 2021, et les travaux commenceront d'ici la fin de l'année", assure le cabinet Glatigny.

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a reçu vendredi la mission de mettre au point un système de responsabilisation des Communautés française et flamande, en concertation avec elle, afin qu'elles respectent les quotas de numéros Inami pour les médecins. Si la concertation n'aboutit pas d'ici la fin janvier 2022, les quotas seront maintenus à l'échelon fédéral et soumis aux règles fédérales, a-t-il expliqué dans un communiqué.

Le sport pour handicapés physiques ou mentaux a de très nombreux bienfaits sur la santé de ces patients, trop souvent ignorés des médecins, pointe la Ligue handisport francophone (LHF). Insérer une formation handisport dans les parcours de formation du monde médical et paramédical serait une des solutions. Comme pour les gens valides, la pratique d'un sport protège notamment contre la survenue des maladies cardiovasculaires et contre certains cancers, réduit le risque de diabète et aide à mieux équilibrer le taux de glycémie... Éclaircissements.

Après une semaine de rentrée, les équipes de promotion de santé à l'école (PSE), en collaboration avec Sciensano et l'ONE, poursuivent le relevé des cas qui leur sont signalés dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les équipes ont comptabilisés 1096 cas Covid ( élèves et personnel compris) sur une semaine.

Les syndicats des enseignants sont mécontents. Le front commun syndical de l'enseignement déplore "amèrement" les décisions prises en matière de priorisation à la vaccination. Il dénonce aussi "les faux espoirs" nés des déclarations des gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne et marque sa colère face "au manque de considération à l'encontre des professionnels de l'enseignement alors que ces derniers ont continué à encadrer les élèves et les étudiants malgré des conditions sanitaires souvent précaires et aléatoires". Et de réclamer au monde politique "une reconnaissance des risques pris au quotidien par les personnels de l'enseignement".

Durant la semaine du 19 au 25 octobre, le nombre de cas de Covid-19 dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a continué à augmenter, comme dans l'ensemble de la population.5.271 cas de Covid-19 ont été signalés aux équipes PSE (Promotion de la Santé à l'Ecole) pour 900.000 élèves en FWB, ce qui représente 0,58% des élèves.