Tout sur Cabinet

Dimanche en fin d'après-midi, une visioconférence s'est tenue entre la délégation des médecins spécialistes en formation francophones, Jan Bertels, chef du cabinet du ministre Vandenbroucke, Jo De Cock, administrateur général de l'Inami, et Bernard Vanderheyden, président de la CPNMH. Objectif: entendre les critiques des Macs sur l'accord du 19 mai. Suite à cette réunion, la grève des médecins en formation francophones a été suspendue le lundi 24 mai au matin.

Dimanche en fin d'après-midi, une visioconférence s'est tenue entre la délégation des médecins spécialistes en formation francophones, Jan Bertels, chef du cabinet du ministre Vandenbroucke, Jo De Cock, administrateur général de l'Inami, et Bernard Vanderheyden, président de la CPNMH. Objectif : entendre les critiques des Macs sur l'accord du 19 mai. Suite à cette réunion, la grève des médecins en formation francophones a été suspendue le lundi 24 mai au matin.

Vendredi dernier, le conseil des ministres a approuvé trois mesures qui impliquent un investissement supplémentaire dans les soins de santé mentale et le bien-être psychologique des enfants, des jeunes et des personnes âgées. Ces mesures seront mises en oeuvre dans les prochaines semaines. Un budget de 27 millions d'euros a été débloqué.

Les hôpitaux belges ont sept jours pour se préparer à la phase 2B. Dimanche, 264 lits de soins intensifs étaient encore libres dans notre pays.

Ri De Ridder, auteur de "Au chevet de nos soins de santé", propose une reconstruction du système. Va-t-il pouvoir, en tant que chef de Cabinet du ministre de la Santé publique, s'appuyer sur les propositions développées dans son ouvrage pour faire évoluer le secteur durant les prochaines années?

Afin de garantir la continuité des soins hospitaliers et d'éviter les problèmes de liquidités, deux nouvelles avances de 500 millions d'euros sont libérées par Maggie De Block, tant pour les hôpitaux généraux que les hôpitaux psychiatriques. Ce milliard s'ajoute à celui débloqué fin avril.

Le cabinet De Backer annonce que ces derniers jours, plus de 3,6 millions de masques chirurgicaux ont été commandés et pas moins de 12,3 millions de masques chirurgicaux ont été distribués aux hôpitaux et aux prestataires de soins. " A côté, 80.000 masques FFP2 et plus de 5,3 millions de paires de gants ont été distribués sur le terrain. "

PRIMES IMPULSEO Impulseo est victime de son succès. En raison de l'augmentation de la demande, boostée par le travail des structures d'appui, les budgets 2018 et 2019 se révèlent insuffisants. Le nouveau ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo) demande un budget supplémentaire à la Cocom pour répondre aux attentes des médecins.

Impulseo est victime de son succès. En raison de l'augmentation de la demande, boostée par le travail des structures d'appui, les budgets 2018 et 2019 se révèlent insuffisants. Le nouveau ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo) demande un budget supplémentaire à la Cocom pour répondre aux attentes des médecins.

En janvier 2019, 6.212 généralistes, soit la moitié des généralistes actifs, utilisait eAttest. L'application va être progressivement déployée chez d'autres prestataires de soins, en commençant par les dentistes en 2019. Mais si les patients sont ravis, ce n'est pas le cas de tous les médecins généralistes utilisateurs. Financièrement, il n'y a guère de plus-value et eFact (facturation) reste opaque au niveau des remboursements car sans références précises...

Depuis le 15 septembre 2018, les Français peuvent faire appel à la téléconsultation, et les médecins tarifer leurs services entre 23 et 70 euros. En Belgique, cela traîne. La nomenclature n'est toujours pas adaptée, bien que des discussions autour du remboursement soient en cours depuis longtemps.

"Lorsque des prestataires de soins aident leurs patients à distance - dans le cadre de la télémédecine - ils doivent respecter les mêmes exigences de qualité que lors d'un contact physique". Cette disposition est inscrite dans la future la loi qualité.

Le Conseil des ministres a approuvé ce 21 septembre un avant-projet de loi sur la qualité des soins. "Les prestataires devront dorénavant satisfaire à des critères de qualité minimale quel que soit le lieu où ils travaillent, dans un hôpital, un cabinet privé ou au domicile du patient", prévient le Cabinet De Block.

Patients/consommateurs, vieillissement, médicaments contre le cancer très onéreux, maladies graves, multipathologies... Les autorités font face à de nouvelles priorités, qui les poussent à trouver des solutions pour garder les soins de santé financièrement accessibles.