Tout sur Belgique

La vaccination des personnes à risque a débuté le 6 avril 2021 en Région bruxelloise. A partir du 12 avril, les généralistes et quatre équipes mobiles pourront vacciner à domicile les personnes alitées et celles soumises à des indications médicales strictes.

En se basant sur les avis scientifiques récents, les ministres belges de la Santé ont décidé de remplacer l'AstraZeneca par d'autres vaccins pour les personnes âgées de 18 à 55 ans ; pour les personnes de 56 ans et plus, tous les vaccins continueront à être administrés. La campagne vaccinale va être adaptée. Les personnes concernées ne doivent rien faire.

865 personnes sont actuellement aux soins intensifs, selon les données publiées par Sciensano mardi matin. On constate cependant une baisse de 10% des nouveaux cas sur les sept derniers jours.

Quelque 790 patients atteints du coronavirus se trouvaient aux soins intensifs jeudi, selon les données provisoires publiées vendredi matin par l'Institut de santé publique Sciensano. Après plusieurs jours consécutifs de progression, le nombre moyen de décès quotidiens est, lui, reparti très légèrement à la baisse. Entre le 23 et le 29 mars, il y en a ainsi eu 26,7, en recul de 2,1% par rapport à la semaine précédente. Le taux de positivité progresse très légèrement, passant de 7,7 à 7,8.

Philippe Richard, maire de Saint-Cosme-en-Vairais dans la Sarthe, n'engagera plus jamais de médecins salariés dans sa commune pour pallier la pénurie de généralistes dans cette région peu peuplée.

À l'heure de tirer hier un dernier trait, et donc de prendre sa.... retraite à 70 ans révolus (ce 23 mars), Jean Plantu fait avec nous le bilan de sa carrière de dessinateur, des nombreux changements et évolutions qu'il a connus durant sa carrière de près de 40 ans comme caricaturiste au Monde (voir également en dernière page son implication auprès des soignants durant la pandémie). Le tout sur fond de 1er avril...

Même si la pandémie n'est pas terminée, nous pouvons déjà dresser un premier bilan du point de vue de l'intensiviste. Nous pouvons discuter certains éléments que nous avons appris, en tirer des leçons et envisager des ameliorations pour l'avenir. Il ne s'agit pas de se limiter à la situation belge, puisque les mêmes problèmes se sont posés partout dans le monde. Nous pouvons considérer une douzaine de points qui méritent l'attention.

"En raison de préjugés et de considérations administratives désuètes qui distinguent encore la santé physique de la santé mentale, les personnes atteintes de maladies mentales telles que la schizophrénie, les troubles psychotiques, les troubles bipolaires ou la dépression grave décèdent beaucoup plus précocement et ont un accès plus difficile aux soins de santé que la population générale", constate le KCE (Centre fédéral d'expertise) dans un récent rapport. Et de proposer dans la foulée une série de recommandations. Voici les questions fréquemment posées, sur base du rapport:

A la demande de l'Association belge des directeurs d'hôpitaux et de l'Absym, Antares Consulting a comparé les méthodes de financement hospitalier dans trois pays. Objectif de cette mission: proposer des pistes d'avenir pour réformer le système hospitalier belge.

Après avoir écrit, Dans ces moments-là(1), un livre destiné à accompagner les parents et les proches dans la perte d'un bébé, Hélène Gérin avait envie de partager son travail avec les soignants pour qu'ils puissent avoir une présence plus juste. Elle décide de proposer une formation pour le personnel de soin de santé afin de leur donner des outils.

Réel, virtuel et réalité sont les mots clés de la condition humaine. Trois petits mots et que d'ambiguïté entre eux! Le virtuel s'exprime toujours à travers du réel et ce dernier se confond souvent avec la réalité englobant le tout.

Le Dr Alain De Wever, professeur émérite à l'ULB (associé à Olivier Buchin, ingénieur commercial spécialisé en soins de santé et au Dr Jean-Louis Vanherweghem, professeur émérite à l'ULB lui-aussi), sort aux éditions Luc Pire "La Santé des Belges en 25 questions"(1). Objectif: expliquer aux profanes le fonctionnement de notre très complexe système de soins de santé un peu à la manière de la collection "Pour les Nuls". Une première en Belgique francophone et un pari réussi.

Est-ce un hasard si le mois de mars est synonyme, en Belgique, de deux terribles événements à quatre ans d'intervalle? Nous venons de célébrer une année de lutte contre le Covid-19. Nous nous remémorons aujourd'hui des attentats du 22 mars 2016, il y a cinq ans déjà.

À l'occasion de la Journée mondiale de la tuberculose, le Fares (Fonds des affections respiratoires) rappelle qu'un million d'humains en meurt encore chaque année. En Belgique, la baisse du nombre de cas, qui pourrait passer pour une bonne nouvelle, cache vraisemblablement un sous-diagnostic dû à l'attention grandissante du système de soins portée sur le Covid-19. " Il est certain que la crise sanitaire a influencé l'épidémiologie de la tuberculose en 2020, que ce soit via des diagnostics retardés ou non-réalisés. Un rebond de la tuberculose n'est pas à exclure."

Qui sont les experts qui conseillent les décideurs et sont-ils neutres ? Comment est financé un hôpital général ? Faut-il diminuer le nombre de lits dans les hôpitaux ? Quels sont nos droits, en tant que patients ? Et quels sont nos devoirs ? Les entreprises pharmaceutiques sont-elles des entreprises comme les autres ?

Fin mars, le Groupe Santé CHC ne pourra plus prendre en charge les patients atteints de la mucoviscidose qu'il traite depuis une quinzaine d'années (lire ici). Ce mercredi, devant le palais de justice de Liège, les patients et leurs familles ont de nouveau manifesté pour réclamer le maintien de leur prise en charge par l'équipe soignante de la Clinique CHC MontLégia. Le Groupe santé CHC, de son côté, a introduit une action devant le tribunal du travail, à laquelle se sont associés une soixantaine de patients et de parents, afin d'obtenir la suspension de la décision de l'Inami de concentrer l'ensemble de l'activité du centre " muco " liégeois sur le seul site du CHR de la Citadelle.

N'étant pas d'un naturel jaloux, je ne m'offusquerais pas de voir mon voisin, vacciné plus précocement que moi pour diverses raisons (âge, comorbidités, chance...), disposer d'un passeport vaccinal, sorte de sésame pandémique comparable aux coûteuses Indulgences papales qui, au Moyen-Âge, vous garantissaient le paradis.