Tout sur Taïwan

" Grâce aux efforts conjoints de sa population tout entière, Taïwan a fait face à la menace posée par cette pandémie en respectant quatre principes : une action prudente, une réponse rapide, un déploiement anticipé, et enfin l'ouverture et la transparence. " "Nous demandons à l'OMS et aux différentes parties concernées de reconnaître la contribution continue de Taïwan à la santé publique mondiale, à la prévention des maladies et au droit humain à la santé, et à soutenir l'inclusion de Taïwan au système mondial de santé."

La pandémie s'étend à travers le monde. Pourtant, même si l'on assiste ces derniers jours à un regain de vigueur du coronavirus, les Tigres asiatiques (Singapour, Corée du Sud, Hong Kong et Taïwan) et le Japon ont réussi à " lisser la courbe " sans les contraintes que l'on connaît en Europe. Taïwan fait figure de meilleur élève de la classe avec seulement 306 cas et cinq décès (lundi soir) pour plus de 23 millions d'habitants.

La pandémie s'étend à travers le monde. Pourtant, même si l'on assiste ces derniers jours à un regain de vigueur du coronavirus, les Tigres asiatiques (Singapour, Corée du Sud, Hong Kong et Taïwan) et le Japon ont réussi à " lisser la courbe " sans les contraintes que l'on connaît en Europe. Taïwan fait figure de meilleur élève de la classe avec seulement 306 cas et cinq décès (lundi soir) pour plus de 23 millions d'habitants.

L'Europe croise les doigts pour que l'épidémie s'épuise avant la frontière (lire page 10, ci-contre). En attendant, le Japon et Taïwan, proches voisins de la Chine, luttent pour contenir l'expansion du virus. Et s'étonnent de voir le peu de précautions prises sur le Vieux continent.

REPORTAGE À TAÏWAN La semaine dernière, le journal du Médecin s'est penché sur les effets délétères de l'absence de Taïwan d'une instance comme l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Aujourd'hui, c'est l'occasion de se pencher sur quelques particularités du système de santé taïwanais, qu'il serait présomptueux de réduire en trois pages. Le choix s'est donc porté sur l'organisation des lignes de soins, la National Health Insurance (NHI) et sur les propos d'un médecin plutôt original...

Après avoir été approuvé par les médecins et les mutuelles mercredi dernier à l'unanimité, l'accord médico-mutualiste pour 2021 a été approuvé au Comité de l'assurance et par le Conseil général de l'Inami ce lundi. " En cette période marquée par l'incertitude, les tarifs garantis chez le médecin 2021 sont une certitude très appréciable ", réagit le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke.