Tout sur SOPK

Des scientifiques américains ont découvert qu'environ 50% des femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) détiennent certaines variations d'un gène lié à la production de testostérone. Une trouvaille importante pour comprendre le mécanisme en jeu et ouvrir la voie à un traitement de ce syndrome.

Des scientifiques américains ont découvert qu'environ 50% des femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) détiennent certaines variations d'un gène lié à la production de testostérone. Une trouvaille importante pour comprendre le mécanisme en jeu et ouvrir la voie à un traitement de ce syndrome.

Médecine

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.