Tout sur HR

Hémorragies chez les patients traités avec des anticoagulants et des cancers potentiels

Des saignements chez les patients traités par anticoagulants peuvent indiquer une probabilité accrue de développer un cancer. Chez les patients présentant une coronaropathie ou une maladie artérielle périphérique stable, la survenue de saignements gastro-intestinaux majeurs peut indiquer une augmentation substantielle de la survenue de cancers gastro-intestinaux, tandis que les hémorragies génito-urinaires majeures peuvent indiquer une augmentation substantielle de la survenue de cancer des voies génito-urinaires.

JAVELIN, Renal 101, l'union fait la force

JAVELIN Renal 101 est un essai multinational randomisé ouvert de phase 3 qui est le premier à évaluer l'activité anti-tumorale et la sécurité d'emploi de l'association d'un inhibiteur de points de contrôle de l'immunité et d'un inhibiteur de tyrosine-kinase par comparaison à un inhibiteur de tyrosine-kinase seul dans le traitement de première ligne de patients ayant un carcinome rénal à un stade avancé.

La survenue d'un diabète de type 2. Une manifestation précoce du cancer du pancréas ?

Une vaste étude (américaine) prospective sur la relation entre le diabète d'apparition récente et l'incidence du cancer du pancréas chez les Afro-Américains et les Latinos a montré que si le diabète était associé à un risque de cancer du pancréas plus de deux fois supérieur à la normale, le diabète d'apparition récente était associé à une augmentation 2,3 fois plus élevée du risque de cancer du pancréas dans ces populations.

Rivaroxaban vs dalteparin chez les patients atteints de thromboembolie veineuse

L'utilisation de l'inhibiteur oral du facteur Xa, le rivaroxaban, est associé à un taux plus faible de thromboembolie veineuse (TEV) récidivante mais à un taux plus élevé de saignements peu sévères mais néanmoins cliniquement significatifs comparée à celle de l'héparine de faible poids moléculaire dalteparin chez les patients cancéreux atteints de TEV.

Le fruquintinib améliore la survie après une chimio classique en cas de cancer colique métastasé

Dans cette étude randomisée (rapport 2:1), multicentrique (28 centres), en double aveugle, contrôlée par placebo, 278 patients ont été traités par fruquintinib 5 mg, tandis que 138 l'ont été par placebo (1 fois par jour pendant 21 jours, suivis de 7 jours de pause, en cycles de 28 jours). Ce traitement a été poursuivi jusqu'à la progression de l'affection ou l'apparition d'une toxicité intolérable.

Ajout du pembrolizumab à la chimiothérapie dans le NSCLC métastatique

La première analyse intermédiaire de l'essai de phase III KEYNOTE-189 a montré une amélioration significative de la survie globale et sans progression avec l'ajout de pembrolizumab à la chimiothérapie chez les patients atteints d'un NSCLC non épidermoïde. L'essai est toujours en cours.

Trifluridine/tipiracil dans les cancers gastro-intestinaux

Concernant le cancer colorectal, l'étude de phase II TASCO-1 démontre des résultats de survie sans progression encourageants chez des patients précédemment non traités. L'étude de phase IIIb PRECONNECT fournit de plus amples données d'efficacité et d'innocuité chez des patients précédemment traités. En ce qui concerne le cancer de l'estomac les résultats de l'étude pivot de phase III TAGS montrent une amélioration significative de la survie globale (SG) dans le traitement de patients atteints d'un cancer gastrique métastatique réfractaire.

Nivolumab Plus Ipilimumab vs Sunitinib dans le RCC avancé

L'essai de phase III CheckMate 214 a montré un avantage quant à la survie globale avec l'association nivolumab plus ipilimumab vs sunitinib chez les patients atteints d'un carcinome à cellules rénales avancé (RCC) non préalablement traité.

Radioembolisation vs Sorafénib dans le carcinome hépatocellulaire

Dans un essai de phase III, aucune différence quant à la survie globale n'a été notée avec l'utilisation de la radiothérapie interne sélective, ou radioembolisation, vs le sorafénib chez les patients présentant un HCC avancé non résécable localement. La radioembolisation était associée à moins d'événements indésirables sévères.

CheckMate 227, nouvelles données

L'étude randomisée de phase 3 CheckMate 227 évalue l'impact d'un traitement de première ligne par immunothérapie (nivolumab seul ou nivolumab + ipilimumab ou nivolumab + chimiothérapie) par rapport à une chimiothérapie classique par doublet à base de sels de platine chez des sujets ayant un cancer du poumon non à petites cellules à un stade avancé ou récidivant sans altération ALK ou EGFR et naïfs de traitement systémique.

Six mois de trastuzumab en adjuvant suffisent

L'étude randomisée de phase 3 PERSEPHONE, menée au Royaume-Uni montre que les résultats d'efficacité obtenus avec 6 mois de trastuzumab en adjuvant ne sont pas inférieurs à ceux documentés lorsque ce traitement est administré pendant les classiques 12 mois. Par ailleurs, le traitement le plus court s'assortit d'une toxicité cardiaque réduite de moitié.

Le cabozantinib améliore la survie dans le carcinome hépatocellulaire avancé

Les patients ayant un carcinome hépatocellulaire avancé précédemment traité ont tiré un bénéfice quant à la survie sous cabozantinib. C'est ce que montrent les résultats de l'étude de phase III CELESTIAL. Le cabozantinib a clairement démontré une amélioration de la survie en deuxième ligne et même au-delà de la deuxième ligne chez certains patients précédemment traités par le sorafenib.

ECCO 2019

The ECCO 2019 European Cancer Summit on 12-14 September 2019 in Brussels, Belgium will bring together worldwide leaders from cancer care, research, patient advocacy and public-private sectors in a unique multi-stakeholder forum. The theme of the second edition of the ECCO Summit is: "European Cancer Care: Across Borders".