Les ministres de la NV-A ont démissionné et laissé en cadeau plusieurs portefeuilles. Notre ministre de la Santé publique et des Affaires sociales semble avoir récupéré avec plaisir ses anciennes compétences de l'Asile et la Migration, abandonnées à contrecoeur par Theo Francken, qui doit à sa gestion musclée de ce poste sensible un regain de popularité ou d'impopularité. Maggie De Block compte remettre en état " un département en crise. " " C'est le chaos. Je ferai mon travail mais je ne peux pas tout résoudre en un claquement de doigts ", a-t-elle prévenu. Chouette ambiance entre les anciens partenaires.

Maggie De Block va devoir durant les prochains mois gérer ses nombreux chantiers en cours mais aussi reprendre ceux de Theo Francken et recréer une équipe pour la soutenir. Aura-t-elle le temps de mener à bien ses différents projets ? Nous posions déjà cette question la semaine passée. La réponse semble de moins en moins affirmative.

Du côté de l'opposition, Elio Di Rupo, président du PS, demande au premier ministre de mettre son gouvernement en affaires courantes ou d'infléchir sa politique pour éviter une " déchirure sociale ". Et l'ancien premier ministre de réclamer sur les ondes de la RTBF, entres autre, une réduction du coût des médicaments, une diminution des factures hospitalières et la gratuité pour la consultation en médecine générale. En échange, le parti socialiste serait prêt à soutenir du bout des doigts le gouvernement Michel II jusqu'aux élections du 26 mai 2019. Curieux de voir ce que donneront ces marchandages.