Tout sur Maggie De Block

Une enquête publiée par le jdM montre à quel point les médecins - nos lecteurs - peuvent être sévères. 16,8% ont mis un zéro pointé à la politique menée par le ministre fédéral de la Santé. A contrario, ils ne sont que cinq médecins sondés à avoir attribué la note maximale à Frank Vandenbroucke.

"Oui, j'ai agi comme un paratonnerre. C'était un jeu politique en quelque sorte. Plus dur que d'habitude. Comme si je propageais le virus moi-même. Comme si je survolais les villages la nuit pour le répandre (rires). Mais il faut donner une place à ces moments-là."

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'opinion 'une deuxième vie pour Maggie' de Monsieur Laurent Zanella (NDLR: l'éditorial du jdM n°2731). Bien que je sois contente de l'intérêt pour le thème 'One Health', un thème important qui mérite que la presse s'y attarde, je suis irritée par l'attaque sur ma personne. Vous trouverez donc ci-dessous cette réaction sous forme de droit de réponse.

Les Mutualités libres ont consacré plusieurs journées récemment, en collaboration avec l'asbl Job and Sense, à repenser la réintégration au travail après une incapacité. Maîtres-mots: prévention, simplification, coordination entre les médecins et politique publique. Explications avec Sébastien Alexandre, "expert représentation incapacité de travail".

Maggie De Block a été choisie pour présider un comité d'experts créé dans le cadre du programme One Health de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le Conseil général de l'Inami a beau avoir approuvé le budget (lire jdM n°2729), les revendications syndicales perdurent. Le GBO/Cartel regrette la diminution de la norme de croissance de 2,5% à 2% en 2024, mais salue une épure globalement positive pour 2023. À deux exceptions près: le flou autour des soins appropriés et les 100 millions d'euros mis sur la table des seuls médecins conventionnés. Explications avec Jean-Noël Godin, directeur du GBO.

Le 22 juillet, la Chambre a approuvé le Projet de loi de Frank Vandenbroucke qui modifie la loi du 22 avril 2019 relative à la qualité de la pratique des soins de santé. Les pouvoirs de la Commission de contrôle appelée à vérifier l'aptitude psychique et physique des professionnels de soins de santé y sont renforcés afin que ceux-ci puissent poursuivre sans risque l'exercice de leur profession.

Administrateur-général adjoint de l'Inami depuis le 11 avril, l'ancien Commissaire corona et chef de cabinet "soins de santé" de Maggie De Block, Pedro Facon, lève un coin du voile sur ce que seront ses lourdes missions dans un avenir proche et moins proche.

"Dans le secteur des soins de santé, il faut laisser de la place à l'imprévu. Comment organisez-vous l'accueil des victimes d'un accident ferroviaire ou d'un incendie d'une usine? Une analyse Swot préalable est nécessaire. Si un problème survient, la solution doit déjà être en place."

Plus de la moitié des personnes qui tombent en arrêt maladie de longue durée estiment que leur travail proprement dit en est responsable. La Mutualité chrétienne a enquêté sur de nombreux cas, notamment de 55 à 65 ans pour tenter de percer le phénomène. Devant le relatif échec des trajets de réinsertion au travail, la conclusion est qu'il vaut mieux prévenir la maladie que tenter une réinsertion, bien plus aléatoire. Rien de nouveau sous le soleil.

L'an dernier, près de la moitié (48,15%) des trajets de réintégration au travail après une incapacité de travail ont débouché sur une déclaration d'incapacité médicale de la part du travailleur, selon les statistiques de Mensura. Ensemble avec l'agence d'intérim ITZU, Mensura estime que la raison est à chercher derrière une législation... pas suffisamment contraignante. Les deux agences demandent dès lors que l'évaluation de la réintégration soit davantage axée sur les "capacités restantes" et que l'offre de reclassement soit plus dynamique.

Le 11 avril, Pedro Facon quitte sa fonction de commissaire corona pour devenir, après une procédure de sélection qu'on dit particulièrement rigoureuse, administrateur général adjoint de l'Inami. Ancien chef de cabinet "soins de santé" de Maggie De Block, il a déjà travaillé par le passé huit ans à l'Inami. Il ne devrait donc pas être dépaysé.

Depuis sept ans, les parturientes passent une demi journée en moins en maternité. Cette mesure prise par Maggie De Block, ministre de la Santé à l'époque, a fait couler beaucoup d'encre décriant les risques encourus tant pour les mamans que pour les nouveaux-nés. Une étude menée sur 430.000 mamans et leurs bébés, par la Mutualité Chrétienne, a mesuré l'évolution de leurs réadmissions entre 2010 et 2019, dans les 30 jours maximum après la sortie de maternité.

Le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique a présenté ce vendredi 28 janvier à 17h sa réforme du financement et de l'organisation des hôpitaux aux fédérations hospitalières, aux syndicats médicaux, aux mutuelles... Le jdM a pu prendre connaissance des grandes lignes de cette réforme tant attendue.

La loi qualité, également appelée mini AR78, constitue l'un des chantiers de l'ancienne ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD). En raison de la crise sanitaire, plusieurs dispositions prévues initialement pour juillet 2022 entreront déjà en vigueur en janvier.

Sur proposition du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, le Conseil des ministres a approuvé le 10 novembre un projet d'arrêté royal relatif à l'entrée en vigueur anticipée de certaines dispositions de la loi relative à la qualité de la pratique des soins de santé.

Sur proposition du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, le Conseil des ministres a approuvé le 10 novembre un projet d'arrêté royal relatif à l'entrée en vigueur anticipée de certaines dispositions de la loi relative à la qualité de la pratique des soins de santé.