Tout sur Maggie De Block

Administrateur-général adjoint de l'Inami depuis le 11 avril, l'ancien Commissaire corona et chef de cabinet "soins de santé" de Maggie De Block, Pedro Facon, lève un coin du voile sur ce que seront ses lourdes missions dans un avenir proche et moins proche.

"Dans le secteur des soins de santé, il faut laisser de la place à l'imprévu. Comment organisez-vous l'accueil des victimes d'un accident ferroviaire ou d'un incendie d'une usine? Une analyse Swot préalable est nécessaire. Si un problème survient, la solution doit déjà être en place."

Plus de la moitié des personnes qui tombent en arrêt maladie de longue durée estiment que leur travail proprement dit en est responsable. La Mutualité chrétienne a enquêté sur de nombreux cas, notamment de 55 à 65 ans pour tenter de percer le phénomène. Devant le relatif échec des trajets de réinsertion au travail, la conclusion est qu'il vaut mieux prévenir la maladie que tenter une réinsertion, bien plus aléatoire. Rien de nouveau sous le soleil.

L'an dernier, près de la moitié (48,15%) des trajets de réintégration au travail après une incapacité de travail ont débouché sur une déclaration d'incapacité médicale de la part du travailleur, selon les statistiques de Mensura. Ensemble avec l'agence d'intérim ITZU, Mensura estime que la raison est à chercher derrière une législation... pas suffisamment contraignante. Les deux agences demandent dès lors que l'évaluation de la réintégration soit davantage axée sur les "capacités restantes" et que l'offre de reclassement soit plus dynamique.

Le 11 avril, Pedro Facon quitte sa fonction de commissaire corona pour devenir, après une procédure de sélection qu'on dit particulièrement rigoureuse, administrateur général adjoint de l'Inami. Ancien chef de cabinet "soins de santé" de Maggie De Block, il a déjà travaillé par le passé huit ans à l'Inami. Il ne devrait donc pas être dépaysé.

Depuis sept ans, les parturientes passent une demi journée en moins en maternité. Cette mesure prise par Maggie De Block, ministre de la Santé à l'époque, a fait couler beaucoup d'encre décriant les risques encourus tant pour les mamans que pour les nouveaux-nés. Une étude menée sur 430.000 mamans et leurs bébés, par la Mutualité Chrétienne, a mesuré l'évolution de leurs réadmissions entre 2010 et 2019, dans les 30 jours maximum après la sortie de maternité.

Le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique a présenté ce vendredi 28 janvier à 17h sa réforme du financement et de l'organisation des hôpitaux aux fédérations hospitalières, aux syndicats médicaux, aux mutuelles... Le jdM a pu prendre connaissance des grandes lignes de cette réforme tant attendue.

La loi qualité, également appelée mini AR78, constitue l'un des chantiers de l'ancienne ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD). En raison de la crise sanitaire, plusieurs dispositions prévues initialement pour juillet 2022 entreront déjà en vigueur en janvier.

Sur proposition du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, le Conseil des ministres a approuvé le 10 novembre un projet d'arrêté royal relatif à l'entrée en vigueur anticipée de certaines dispositions de la loi relative à la qualité de la pratique des soins de santé.

Sur proposition du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, le Conseil des ministres a approuvé le 10 novembre un projet d'arrêté royal relatif à l'entrée en vigueur anticipée de certaines dispositions de la loi relative à la qualité de la pratique des soins de santé.

Face au "Pacte d'avenir des mutuelles", véritable cadeau de Maggie De Block aux organismes assureurs sous prétexte de les "encadrer" (approche top-down), Jean Creplet propose, dans sa série "philosophie et médecine" un Pacte d'avenir des médecins avec les malades (approche bottom-up).

Homme de l'ombre, le Dr Luc Herry succède au scintillant Dr Philippe Devos à la tête de l'Absym dont il termine le mandat jusqu'en mai prochain. Une présidence de transition qui pourrait toutefois être chaude. A la clé: le budget (voté ce lundi, lire page 2), l'amélioration du fonctionnement interne du syndicat médical, le refinancement des syndicats et le rattrapage de la baisse des dépenses et des honoraires des médecins due à la pandémie et comment sortir de celle-ci et, enfin, des élections médicales plus équitables pour l'Absym et le Cartel vs AADM.

Meurtri par des décennies d'économies aveugles, le corps médical et soignant sort grandi de la pandémie: le système de soins, contrairement au système politique, a démontré une énorme efficacité. Le nouveau président de l'Absym, Luc Herry, estime que les médecins doivent en profiter pour avancer leurs pions.

"Au début de la pandémie, les sociétés occidentales éprouvaient un sentiment d'invulnérabilité face aux crises sanitaires. Convaincues que nos soins de santé de qualité et nos hôpitaux très développés nous permettraient de faire face à une pandémie, nos sociétés ont peut-être développé un excès de confiance en soi." Le constat du rapport final de la Commission parlementaire spéciale Covid-19 est sans appel.

Le Dr Caroline Depuydt, chef de service au centre psychiatrique Epsylon (Bruxelles) et qui représente l'Absym à la Conférence transversale psychologue/psychiatre, se réjouit des 150 millions débloqués par le gouvernement pour la 1ère Ligne de soins psychiques. Mais elle rappelle que la consultation en psychiatrie est désormais moins bien remboursée que celle des psychologues. Le risque existe d'exclure de facto les psychiatres du circuit de soins psychiques, dit-elle à l'adresse de Frank Vandenbroucke qu'elle espère rencontrer bientôt.

La manière dont les réseaux hospitaliers seront mis en oeuvre dans la pratique est encore une source d'incertitude. Il en résulte une certaine méfiance entre les hôpitaux et entre les hôpitaux et la Première ligne, sur la nature des collaborations qui pourront se nouer et sur le financement futur.