Tout sur Jean Hermesse

Afin d'éviter la propagation du Covid-19, de plus en plus de médecins généralistes privilégient les consultations vidéo qui sont plus efficaces que les contacts téléphoniques. Mais tous ne disposant pas de la bonne technologie, une plateforme gratuite a été créée par la Mutualité chrétienne.

Maggie De Block a dû déposer ce vendredi en conseil des ministres une proposition de budget 2020 pour les soins de santé " à l'équilibre grâce notamment à des économies dans le secteur pharmaceutique ". " Les prestataires de soins recevront l'indexation à laquelle ils ont droit et nous ne transmettons pas de dettes au prochain gouvernement ", a précisé Maggie De Block, ministre de la Santé publique en affaires courantes. L'Absym, tout en restant prudente, accueille cette proposition positivement. Le GBO est beaucoup plus circonspect. Le 2 décembre, le Comité de l'assurance devrait se pencher sur la proposition gouvernementale.

La Mutualité chrétienne pointe de fortes différences de pratique entre les hôpitaux au niveau du placement des drains transtympaniques chez les enfants. En 2017 et 2018, plus de 16.000 jeunes membres (moins de 10 ans) de l'OA se sont fait poser des drains parce qu'ils souffraient fréquemment d'otites.

Le CA de la Mutualité chrétienne (MC) a élu Elisabeth Degryse à la vice-présidence de la MC. Elle succède à Jean Hermesse, figure emblématique de l'organisme assureur, qui partira à la retraite en juillet 2020.

L'initiative est signée par la Plateforme pour l'amélioration continue de la qualité des soins et la sécurité des patients (Paqs). L'asbl propose cinq axes prioritaires : la formation des professionnels, le développement et le renforcement de la culture de sécurité, les mesures et indicateurs, les normes de sécurité et l'implication des patients et de leur famille.

Mardi dernier, une pétition de plus de 35.000 signatures réclamant plus de droits pour les aidants proches a été remise par la Mutualité chrétienne à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block. Celle-ci a annoncé la création d'un statut officiel qui sera d'application au 1er octobre.

Ce mardi, une pétition de plus de 35.000 signatures réclamant plus de droits pour les aidants proches a été remise par la Mutualité chrétienne à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block. Celle-ci a annoncé la création d'un statut officiel qui sera d'application au 1er octobre.

Deux études, l'une du KCE, l'autre des Mutualités chrétiennes, parues ce jeudi, soulignent l'usage trop important des antibiotiques dans notre pays. Une consommation supérieure à la moyenne européenne. Le KCE formule 21 recommandations pour améliorer la situation. De leur côté, les Mutualités chrétiennes constatent que " la diminution du remboursement des antibiotiques, instaurée il y a presque deux ans, n'a pratiquement pas diminué leur consommation ". Les médecins, plus que les patients, seraient à même de modifier les comportements.

Deux tiers (67%) des femmes atteintes d'un cancer du sein, qui ont reçu des indemnités d'incapacité de la Mutualité chrétienne (MC), ont repris totalement ou partiellement le travail dans les deux ans qui ont suivi le diagnostic de cancer, ressort-il mardi d'une étude menée par la MC auprès de 7.600 femmes âgées de 20 à 64 ans.

Sans nul doute, la campagne électorale a démarré. Elio Di Rupo, en retard pour la Saint-Nicolas 2018 ou en avance pour celle de 2019, promet des cadeaux aux uns et aux autres dans la perspective de redevenir Premier ministre d'une coalition qui, en théorie, exclurait la N-VA tant on imagine avec peine les nationalistes flamands et les socialistes wallons cohabiter (Bart De Wever a sommé les francophones de choisir entre la Belgique et le PS).

La Mutualité chrétienne et Solidaris dégainent leurs baromètres hospitaliers annuels. Objectifs de ces deux études : permettre aux patients de choisir un hôpital " bon marché " et dénoncer les tarifs jugés injustifiés.

2.334 jeunes âgés de 12 à 17 ans ont été admis aux urgences pour intoxication alcoolique en 2017, soit 45 par semaine, d'après une étude de l'Agence intermutualiste.

L'organisme assureur chrétien compte réunir ses 19 mutualités régionales en une mutualité flamande et une mutualité wallonne d'ici 2022. Objectifs : une meilleure efficacité et un renforcement de la proximité grâce à ses 40 centres de mutualité santé.

" Le nombre d'utilisateurs d'opioïdes a augmenté de 32 % en 7 ans. Ces médicaments s'avèrent particulièrement efficaces pour traiter la douleur chez les patients cancéreux. Mais ils sont également de plus en plus souvent utilisés pour le traitement de douleurs chroniques d'origine non cancéreuse, comme les douleurs articulaires, les névralgies ou les maux de dos ", s'inquiètent les Mutualités chrétiennes.

Les traitements pour les maladies rares ne sont pas remboursables par les mutualités. Mais pour ces cas exceptionnels, le Fonds Spécial de Solidarité existe au sein de l'INAMI. La Mutualité Chrétienne et l'INAMI font le point sur ces situations.

Le patron des Mutualités chrétiennes recommandait lundi dans Le Soir de limiter les revenus annuels des médecins spécialistes à un revenu normatif - par exemple 250.000 euros pour un travail égal. Et de se référer aux Pays-Bas où une loi fixe que celui qui est payé avec des moyens publics ne peut pas gagner plus qu'un ministre. Les médecins étant financés par l'État, les spécialistes devraient ne pas dépasser un certain plafond. Jean Hermesse estime qu'il est temps de briser ce tabou.

Un nouveau concept de santé, dénommé " santé positive ", souffle sur la Belgique. Issu des Pays-Bas, où il rencontre un énorme succès, le concept se base sur une vision plus large de la santé, axée sur six dimensions de la vie. Entre concept sociétal et outil, la santé positive peut aider le médecin généraliste dans le suivi des patients chroniques notamment.

La Mutualité chrétienne s'est inquiétée jeudi de la direction que semble prendre le gouvernement Michel dans la gestion de la problématique des malades de longue durée. Revenant sur ce que le cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block avait qualifié d'accord de principe sur la réintégration de ces personnes sur leur lieu de travail, la MC y voit essentiellement une "pénalisation financière" principalement concentrée sur le patient, de manière "disproportionnée".