Tout sur Genève

La pandémie liée au coronavirus a repris un rythme plus rapide la semaine dernière dans le monde. Après deux semaines plus stables, dont une de ralentissement, le nombre de nouveaux cas a augmenté. L'Europe et le continent américain rassemblent 85% de ces infections.

Des chercheurs suisses ont découvert que les enfants trisomiques ayant réussi à naître possèdent un génome de qualité supérieure à celui d'un bébé exempt de cette anomalie génétique.

"Le risque de propagation est élevé au niveau national, modéré au niveau régional en raison des vols fréquents vers les îles voisines de l'océan Indien et faible au niveau mondial", a déclaré un porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève.

La Belgique va investir, d'ici 2025, au total 25,3 millions d'euros pour éradiquer la maladie du sommeil, et la fondation du créateur de Microsoft va doubler ce montant. "Il faut donner une pression finale pour finalement éradiquer cette maladie", selon M. De Croo. L'IMT d'Anvers est également impliqué.

Le débat sur la marchandisation des soins n'est pas un débat théorique. Faire des activités du médecin des prestations commerciales entraîne des répercussions sur les règles et les objectifs des prestataires et la protection du malade, au moment où les progrès technologiques rendent possible la marchandisation et l'utilisation du corps humain.

Cadavres dans les rues, bombardements incessants, exactions... Les derniers survivants d'Alep, deuxième ville de Syrie en proie à "un véritable enfer" et sur le point d'être reprise par le régime, doivent être évacués rapidement, a réclamé mardi l'ONG Médecins du Monde.

Les conflits chroniques qui touchent le Moyen-Orient aujourd'hui mettent les systèmes de soins de santé et les professionnels de la santé devant des défis sans précédent. L'objectif de ce manifeste consiste à mettre en avant la nécessité de mieux comprendre les différents modes de blessure et de surinfection dans l'écologie de la guerre, qui ne cesse d'évoluer. Le manifeste est co-écrit par Ghassan Abu-Sittah et Omar Dewachi (Centre médical de l'Université américaine de Beyrouth), Vinh-Kim Nguyen (Ecole de santé publique de l'Université de Montréal) et Jonathan Witthall (Médecins sans frontières).

Le journal du Médecin/Artsenkrant veulent grâce à cette enquête évaluer la consommation ou parfois l'abus de substances psychoactives par les professionnels des soins de santé. En 2021, ce thème reste malheureusement difficile à aborder, en raison de la honte et de la stigmatisation.