Des chercheurs français ont élucidé les mécanismes impliqués dans la perte d'odorat chez les patients infectés par le SARS-CoV-2 aux différents stades de la maladie. Ils ont notamment découvert que le coronavirus infecte les neurones sensoriels, s'y réplique et provoque une inflammation persistante de l'épithélium et du système nerveux olfactif.

Selon une étude américaine, exposer le SARS-CoV-2 à une température d'environ 72°C pendant une demi-seconde permettrait de réduire de 100 000 fois la concentration de virus actif dans une solution, ce qui serait suffisant pour le neutraliser et l'empêcher d'infecter un autre hôte humain. Ce résultat offre une solution pour atténuer la propagation du coronavirus, en particulier par la transmission aérienne à longue distance.

Voilà qui s'apparente à une bonne nouvelle pour nos petites têtes blondes : une étude de cohorte écossaise suggère en effet que les adultes vivant avec des enfants ne courent pas plus de risque d'être testés positifs au coronavirus même pendant les périodes où les écoles sont ouvertes et qu'il y a une transmission active du SARS-CoV2 dans la communauté.

Selon une étude allemande, rien ne vaut des espaces naturels avec des espèces variées de plantes et d'oiseaux pour notre santé mentale. Les chercheurs ont également établi un lien indirect entre la biodiversité et la santé physique dans la mesure où le fait d'avoir des espaces plus verts à côté de chez soi encourage à faire de l'exercice.

Selon une étude observationnelle, une exposition accrue au soleil - en particulier aux UVA - serait associée à de plus faibles chances de décéder de la Covid-19. La libération d'oxyde nitrique par la peau lors d'une telle exposition pourrait être une explication.

D'après une très large étude américaine, l'inactivité physique est significativement liée à un risque accru d'hospitalisations, de transferts en soins intensifs et de décès chez les patients atteints de Covid-19. Seuls l'âge avancé et des antécédents de transplantation d'organe pèseraient davantage.

La liste des séquelles de la Covid-19 ne cesse de s'allonger. Désormais, selon une revue systématique de la littérature jusqu'en décembre 2020, il semble que l'on doive y ajouter les symptômes audio-vestibulaires. Le SARS-CoV-2 est en effet associé à certains troubles auditifs comme les acouphènes et les vertiges, mais aussi à la perte de l'audition.

Une étude américaine rapporte une prévalence mondiale élevée de dépression et d'anxiété pendant la pandémie de Covid-19, mais avec de grandes variations selon les régions du monde et les pays. Elle montre aussi comment la mise en oeuvre des stratégies de distanciation ont influencé de tels troubles.

Selon les résultats d'une étude préliminaire, plus des deux tiers des personnes souffrant de migraine ne font pas assez d'exercice physique. A contrario, celles qui font au moins deux heures et demie d'exercice modéré à vigoureux par semaine, ont un taux réduit de déclencheurs de migraine comme le stress, la dépression et les problèmes de sommeil.