Épidémiologie du Mycoplasma pneumoniae

Épidémiologie du Mycoplasma pneumoniae

Faut-il penser au Mycoplasma pneumoniae (Mp) lorsque des enfants en âge scolaire doivent être hospitalisés pour une pneumonie ...

Bêtabloquants et risque de BPCO

Bêtabloquants et risque de BPCO

Une vaste étude de population danoise (1995-2015) a examiné si un traitement par bêtabloquants à long terme a une influence sur ...

La TB à culture négative est sous-estimée

La TB à culture négative est sous-estimée

En l'absence de coïnfection par le VIH, la tuberculose pulmonaire (TB) à culture négative constitue probablement un stade précoce ...

Deuxième cancer après un cancer du poumon

Deuxième cancer après un cancer du poumon

Au cours des 15 dernières années, la survie à 5 ans du cancer du poumon a doublé. Les auteurs ont étudié le risque de deuxième ...

Asthme et réponse au PPV23

Asthme et réponse au PPV23

Les patients asthmatiques courent un risque accru d'infection pneumococcique grave. Cependant, on sait peu de chose au sujet de ...

L'accréditation recule

L'accréditation recule

Au 1er février 2019, 51,7% des médecins belges étaient accrédités. Le GBS révèle dans son rapport annuel une baisse de presque ...

Confirmation du lien entre opiacés et risque de pneumonie communautaire

Confirmation du lien entre opiacés et risque de pneumonie communautaire

Alors que la crise des opiacés bat son plein, une étude cas-témoins publiée en ligne sur le site de la revue JAMA vient confirmer l'hypothèse selon laquelle la prescription prolongée d'opiacés et opioïdes immunosuppresseurs (morphine, fentanyl, codéine, etc) à doses élevées augmente le risque de pneumonie communautaire et ce, tout particulièrement, chez les patients vivant avec le VIH.

Une prédisposition génétique expliquerait le risque de tuberculose

Une prédisposition génétique expliquerait le risque de tuberculose

Pour la première fois, des chercheurs viennent de mettre le doigt sur une potentielle prédisposition monogénique à la tuberculose. Certaines personnes porteuses d'une altération des deux copies du gène TYK2 serait plus vulnérables à la mycobactérie à l'origine de cette maladie.

Pneumothorax : observation ou drainage ?

Pneumothorax : observation ou drainage ?

Le diagnostic d'un pneumothorax est de plus en plus souvent posé sur un CT scan du thorax. Comme le traitement est de moins en moins invasif, les recommandations préconisent l'observation en cas de petit pneumothorax (spontané ou après un traumatisme contondant). Les auteurs ont essayé de déterminer s'il est possible de prédire l'échec de l'observation.

Comment prendre en charge l'influenza ?

Comment prendre en charge l'influenza ?

L'IDSA (Infectious Diseases Society of America) a adapté ses recommandations pour les tests diagnostiques, le traitement et la chimioprophylaxie de la saison d'influenza, qui dataient d'avant la pandémie H1N1 de 2009.

Ciprofloxacine en inhalation en cas de bronchectasies

Ciprofloxacine en inhalation en cas de bronchectasies

Chez les patients souffrant de bronchectasies (non provoquées par la mucoviscidose), une pneumonie à Pseudomonas aeruginosa est souvent associée à une exacerbation et une hospitalisation, mais aussi à une altération de la qualité de vie et une mortalité accrue. En cas d'exacerbations fréquentes, les antibiotiques en inhalation sont recommandés à long terme.

Nivolumab plus ipilimumab en cas de mésothéliome

Nivolumab plus ipilimumab en cas de mésothéliome

Une monothérapie par inhibiteurs du checkpoint s'est avérée efficace en cas de mésothéliome pleural malin récidivant. Dans l'étude INITIATE, une étude prospective de phase 2, on a évalué une combinaison de deux inhibiteurs du checkpoint, le nivolumab (un anti-PD-1) et l'ipilimumab (un inhibiteur de CTLA-4), chez des patients présentant une rechute après au moins une ligne de chimiothérapie à base de platine.

La revalidation porte ses fruits en cas de pneumopathies interstitielles

La revalidation porte ses fruits en cas de pneumopathies interstitielles

Même si la revalidation pulmonaire est fortement recommandée en cas de pneumopathies interstitielles, on compte peu d'études qui en évaluent l'impact. Des chercheurs maltais ont examiné l'effet d'un programme de revalidation de 12 semaines sur la fonction pulmonaire et la qualité de vie.