Selon une étude américaine, les enfants atteints par une infection des voies respiratoires inférieures ont un risque accru de développer une apnée obstructive du sommeil. Ceux qui ont des antécédents de bronchiolite sévère pendant la petite enfance ont un risque doublé de connaître un tel syndrome au cours des cinq premières années de la vie.

Un régime alimentaire caractérisé par des aliments sains à base de plantes est associé à un risque plus faible de contracter le Covid-19, et, pour les personnes infectées par le SARS-CoV-2, de développer une forme sévère. Un constat particulièrement pertinent dans des zones de forte privation socio-économique.

Selon une étude américaine, de nombreuses personnes continuent à souffrir de détresse psychologique, de dépression et d'anxiété plus de six mois après le début de la pandémie et celles qui avaient des problèmes de santé préexistants, tel que le cancer, voient leur santé mentale se détériorer avec le développement de symptômes dépressifs.

Une équipe composée de chercheurs des universités d'Anvers et de Hasselt, d'experts de l'ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control) et d'autres experts de pays de l'UE/EEE a publié, dans le cadre du projet ESAC (European Surveillance of Antimicrobial Consumption), la description la plus détaillée et exhaustive à ce jour de l'utilisation d'antibiotiques dans la communauté (c.-à-d. en dehors des hôpitaux).

Selon une étude britannique visant à trouver les origines évolutives des infections virales pandémiques telles que la Covid-19, l'ancêtre commun le plus récent des sarbécovirus, la famille des coronavirus à laquelle appartient les SARS-CoV, existait il y a plus de 21 000 ans. Une estimation près de 30 fois plus vieille que les précédentes.

Des chercheurs brésiliens ont découvert un composé peptidique dans le venin de la vipère jararacussu qui inhibe jusqu'à 75% la capacité du coronavirus à se reproduire dans les cellules de singe. Ils sont convaincus que leur percée pourrait entraîner le développement d'un médicament pour lutter contre le virus à l'origine de la Covid-19.

Selon une étude écossaise, par rapport aux adultes en âge de travailler, les enseignants et les membres de leur ménage ne sont pas exposés à un risque accru d'hospitalisation avec Covid-19 et ils présentent un risque plus faible de Covid-19 sévère. De quoi rassurer ceux qui souhaitent le retour à un enseignement présentiel.

Les traitements symptomatiques de la migraine ne suffisent pas toujours. Quand les patients n'y repondent pas ou face a des formes refractaires OU particulieres, la strategie therapeutique merite etre revue.