"Les pédiatres répandent de fausses informations", estime la ministre jeudi, après le rassemblement de plus d'une centaine de pédiatres le même jour devant son cabinet pour lancer une campagne baptisée "Donnez-nous un visage". "Les bébés sont, bien sûr, reconnus en tant qu'individus", balaie-t-elle. "Les accouchements sont des prises en charge médicales courantes, et dans la plupart des cas, les soins pour la mère et l'enfant sont les mêmes".

Du côté de la ministre, on souligne que cela fait des années que pour des raisons pratiques on fait une facture unique pour les soins à la mère et au nouveau-né, sauf si ce dernier requiert des soins spécifiques supplémentaires. "L'objectif des soins à basse variabilité est d'éviter l'utilisation impropre des moyens disponibles", rappelle Maggie De Block. Elle voit surtout dans les protestations des pédiatres une volonté de se soustraire intégralement au nouveau règlement. Entre-temps, on travaille à un dédoublement intégral de la facture pour mère et enfant. "Cela deviendra systématique, mais là aussi les soins à basse variabilité seront d'application", prévient-elle.