Tout sur Willy Demeyer

Après la proposition de motion adoptée quasi à l'unanimité, le 23 mai dernier, par le Parlement wallon et visant à la mise en place d'expériences-pilotes de dispositifs intégrés en réduction des risques liés aux assuétudes et à la toxicomanie dans les grandes villes wallonnes, le conseil communal de Liège a désigné à l'unanimité, lundi soir, la fondation privée Tadam en tant qu'opérateur de la mise en oeuvre, de la gestion et de l'animation d'une salle de consommation dite à moindre risque.

Après avoir rencontré les autorités judiciaires liégeoises auxquelles il a présenté le projet de "salle de consommation de drogue à moindre risque", le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, rencontrera le 30 mars prochain la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, a-t-il indiqué lundi soir en début de séance du conseil communal de Liège.

Environ 700 personnes se sont rassemblées, jeudi à 08h30, dans le hall et à l'extérieur de l'hôpital de la Citadelle de Liège, où le personnel a décidé de cesser le travail, en front commun CSC-CGSP. Le cortège démarrera vers 10h00 pour rejoindre la place du Marché, dans le centre-ville, où les représentants syndicaux rencontreront le bourgmestre Willy Demeyer, a précisé jeudi matin Lina Cloostermans, secrétaire permanente CSC Services Publics.

Etant donné une liste d'attente encore importante pour recevoir un don d'organe (1.300 patients en attente, 100 décès par an faute de dons), le PS a déposé une proposition de loi permettant aux citoyens qui le souhaitent de se déclarer comme donneurs d'organes via Internet.

La commission de la Santé publique de la Chambre a reçu 17 avis positifs d'experts sur 19 quant aux propositions de loi du député-bourgmestre de Liège Willy Demeyer (PS) visant à permettre la prescription de l'héroïne médicale et la mise en place de salles de consommation de drogues encadrée. La loi ne sera cependant pas adaptée à court terme car la majorité fédérale prône une politique de tolérance zéro en matière de drogues. Dans l'opposition non plus, il n'y a pas unanimité.