Tout sur Namur

7 réseaux hospitaliers wallons dans les starting blocks

La Wallonie pourrait compter sept réseaux hospitaliers locorégionaux au lieu de huit. C'est le constat auquel est arrivé la fédération Unessa qui a réalisé, en collaboration avec Antares Consulting, une étude prospective approfondie sur la formation des réseaux. En théorie, cinq réseaux sont " prêts ". Deux autres, liégeois, attendent que la situation se clarifie à Verviers.

Une expo de dessins satiriques

Ce samedi 12 octobre aura lieu la première expo de Miss Terhyde. Un personnage de Samuel Lemaire,Yves Dulieu et Renaud Sana qui est apparu sous sa forme actuelle il y a huit ans. L'exposition se déroulera dans une brasserie namuroise, la ville où elle tituba pour la première fois.

Sept réseaux hospitaliers wallons dans les starting blocks

La Wallonie pourrait compter sept réseaux hospitaliers locorégionaux au lieu de huit. C'est le constat auquel est arrivé la fédération Unessa qui a réalisé, en collaboration avec Antares Consulting, une étude prospective approfondie sur la formation des réseaux. En théorie, cinq réseaux sont " prêts ". Deux autres, liégeois, attendent que la situation se clarifie à Verviers.

Les patients ne sont pas tous logés à la même enseigne

La santé d'un patient dépend aussi de son environnement. Une donnée qu'a bien intégrée la maison médicale des Arsouilles à Namur, qui se penche sur la problématique du logement depuis une quinzaine d'années déjà. Un moyen parmi d'autres d'améliorer la santé et la vie de quartier.

Care-YS, futur parc économique namurois consacré à la silver-économie

E-SANTÉ Le parc d'activité économique namurois dédié à la santé va bien voir le jour. Initié en 2014, Care-YS vient d'obtenir l'accord de la Région wallonne pour sa création. Consacré à la silver-économie, le parc sera construit à Bouge, en banlieue namuroise. Il regroupera plus de trente entreprises du domaine de la santé, implantées sur une surface de 13 hectares.

Étudiants, stages et empathie : une relation compliquée

L'UNamur propose depuis la rentrée 2015 un stage aux étudiants de médecine dès la 3e bac. Hélène Givron, doctorante en psychologie au sein de l'université namuroise, propose une analyse de ce stage, à travers le prisme de son impact sur l'empathie des étudiants et des tuteurs.

Étudiants, stages et empathie : une relation compliquée

L'UNamur propose depuis la rentrée 2015 un stage aux étudiants de médecine dès la 3e bac. Hélène Giron, doctorante en psychologie au sein de l'université namuroise, propose une analyse de ce stage, à travers le prisme de son impact sur l'empathie des étudiants et des tuteurs.

La médecine générale au coeur du cursus académique

La médecine générale cherche à se faire une place au soleil dans le milieu académique, largement dominé par les autres spécialités. Une nécessité pour valoriser la profession, une des pistes souvent évoquées pour répondre à la pénurie.

Vers un réseau hospitalier d'envergure

Le CHR Sambre et Meuse, le CHU UCL Namur et la Clinique Saint-Luc Bouge ont signé un accord portant sur la création d'un réseau hospitalier locorégional. Les trois institutions estiment " travailler dans un bassin de soins commun et cohérent, qu'elles se connaissent bien, leurs valeurs et missions respectives sont compatibles et il existe entre elles de très nombreuses relations cliniques et autres interactions ". Le réseau hospitalier namurois semble donc évident et compatible avec la philosophie des autorités publiques en la matière.

Création d'un réseau hospitalier locorégional dans le Namurois

Le CHR Sambre et Meuse, le CHU UCL Namur et la Clinique Saint-Luc Bouge ont signé un accord portant sur la création d'un réseau hospitalier locorégional. Les trois institutions estiment "travailler dans un bassin de soins commun et cohérent, qu'elles se connaissent bien, leurs valeurs et missions respectives sont compatibles et il existe entre elles de très nombreuses relations cliniques et autres interactions. Le réseau hospitalier namurois semble donc évident et compatible avec la philosophie des autorités publiques en la matière.

Moins d'hôpitaux aux normes pour accueillir un patient héliporté

Les nouvelles normes de sécurité, exigées par l'Agence européenne de l'aéronautique pour les zones d'atterrissage sur les sites hospitaliers, compliquent la tâche des équipes chargées du transfert de patients par hélicoptère dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg, affirme le coordinateur de l'asbl Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne dans Le Spécialiste. Selon Olivier Pirotte, "il est indispensable que les hôpitaux puissent accueillir les patients transportés par hélicoptère en se mettant aux normes."