Tout sur cochrane

Les filles et jeunes femmes vaccinées contre le papillomavirus humain (HPV) avant d'être sexuellement actives ont moins de chances de développer des pré-stades (cellules anormales) pouvant évoluer vers un cancer du col de l'utérus que celles vaccinées après leurs premiers rapports sexuels, ressort-il d'une étude publiée lundi par Sciensano, ex-Institut scientifique de Santé publique. Les experts plaident à présent pour un suivi des effets de la vaccination à long terme.