Tout sur Beyrouth

L'explosion dans le port de Beyrouth d'un important stock de nitrate d'ammonium a ravagé une partie de la ville. Plusieurs hôpitaux universitaires et généraux ont été partiellement démolis dont l'hôpital Saint-George, fleuron hospitalier du Levant. Conséquence : des centaines d'assistants privés de formation. Le Dr Wissam Bou Sleiman, Libanais d'origine, médecin-chef et directeur médical adjoint à Epicura, tente de trouver des solutions dans les lieux de stages belges francophones. Il évoque l'article 49ter portant sur des situations exceptionnelles humanitaires.

Le Liban est meurtri par l'explosion catastrophique qui a eu lieu dans le port de Beyrouth mardi dernier. On parle d'au moins 100 morts et 300.000 sans logis. Le Dr Alexandre Nehme, directeur médical de l'Hôpital Saint-George, situé à quelque 900 m du lieu de l'explosion à vol d'oiseau a répondu, en exclusivité, aux questions du journal du Médecin.

Au moins 814 soignants ont été tués en 6 ans en Syrie, depuis le début de la guerre en mars 2011, selon une nouvelle étude, publiée mercredi dans The Lancet. Selon la même source, les structures de soin sont devenues des cibles systématiques du gouvernement syrien et de son allié russe, avec une nette intensification des attaques en 2016. L'an dernier, 199 offensives contre des établissements sanitaires ont eu lieu, contre 91 en 2012, ce qui fait de 2016 "l'année la plus dangereuse à ce jour pour les professionnels de santé en Syrie", selon le Dr Samer Jabbour de l'Université américaine de Beyrouth, l'un des auteurs de l'étude.

Congress Report : ATS2024

Fondée en 1905 pour lutter contre la tuberculose, l'American Thoracic Society a pour ambition affichée de faire progresser la recherche et les traitements des affections pulmonaires (surtout) et cardiaques, ainsi que des troubles du sommeil. Cette année, son congrès international (ATS Conference 2024) se tenait à San Diego, du 17 au 22 mai.

Lire les articles

Médecine

Clinical Update

Article du magazine

La prévalence de l'asthme est toujours en augmentation dans notre pays, et tout particulièrement chez les enfants au nord du sillon Sambre-et-Meuse - la faute en revient sans doute à une densité de population et à un degré de pollution atmosphérique plus élevés. Dans ce contexte, plus que jamais, le choix d'un traitement adapté et la garantie d'un bon suivi sont d'une importance majeure.