Tout sur Belgique

Dans cette étude multicentrique, qui a également été menée en Belgique, 73 patients atteints d'un cancer épidermoïde de l'oesophage métastasé ont été traités par cisplatine (80-100 mg/m² par voie intraveineuse au Jour 1) et 5-fluorouracil (1 000 mg/m² par voie intraveineuse aux Jours 1-4). Les 73 autres patients ont reçu le même traitement par cisplatine-fluorouracil, mais en combinaison avec du panitumumab (9 mg/kg par voie intraveineuse au Jour 1 de chaque cycle de 3 semaines), jusqu'à la progression de l'affection ou l'apparition d'une toxicité inacceptable.

Le cancer connaît une incidence croissante chez les patients âgés. En Belgique, 44 % des nouveaux diagnostics de cancer concernent des patients de plus de 70 ans. Dans ce groupe de patients, les chances de survie à 5 ans atteignent 50 %, contre 65 % chez les patients plus jeunes. Ces chiffres prouvent la nécessité d'une oncogériatrie spécialisée. Le Dr Lore Decoster (UZ Brussel) a présenté un certain nombre de défis auxquels les oncologues sont confrontés lors du traitement de patients âgés.

Chaque année, un peu moins de 11.000 nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués en Belgique. Si une petite majorité subit une opération d'épargne mammaire, les autres doivent se résigner à une mastectomie. Heureusement, il existe désormais des options individualisées qui concernent la reconstruction mammaire, déclare le chirurgien plastique Steven Colpaert (AZ Monica, Anvers).

Le premier BOhN de 2020 est prêt. Un tout nouveau BOhN, avec de nombreux nouveaux collaborateurs, dans une nouvelle équipe, avec de nouvelles idées. Et beaucoup d'enthousiasme ! Un nouveau projet auquel nous croyons totalement.

Généralement, les patientes atteintes d'un cancer du sein sont couchées sur le dos lors de l'irradiation. Il semblerait pourtant que la position ventrale présente plusieurs avantages : la dose est mieux répartie et les organes à risque (coeur et poumons) sont plus épargnés. Les tables de traitement ventrales disponibles dans le commerce présentent toutefois de nombreux inconvénients et ne permettent pratiquement pas d'irradier les ganglions lymphatiques.

Début mars, nous avons appris avec tristesse le décès du Pr Aron Goldhirsch. Le Pr Goldhirsch a grandi en Israël et a étudié la médecine et l'oncologie médicale à Milan, avant de s'installer finalement en Suisse. Il était un scientifique exceptionnel et une autorité mondiale dans le domaine du cancer du sein.

Depuis le début du mois de mars, la combinaison de pembrolizumab et d'axitinib est disponible en Belgique pour le traitement du carcinome à cellules rénales métastasé. Ce traitement réduirait de près de la moitié le risque de décès. L'association d'avelumab et d'axitinib est désormais également remboursée pour le traitement du carcinome rénal avancé (stade IV) chez une personne autorisée qui n'a pas été traitée auparavant pour cette condition à ce stade.

La FDA vient de donner le feu vert pour la commercialisation de Demetra, le scanner cutané innovant de la société courtraisienne Barco, qui aide les dermatologues à détecter les tumeurs cutanées plus rapidement et plus efficacement. Après un projet pilote en Belgique et en Allemagne, l'appareil va être introduit dans plusieurs autres pays cette année, dont les États-Unis.

La Fondation contre le Cancer lance un appel à projets de recherche pour 2020. Au total, la Fondation libère 22 millions d'euros. Le budget pour les bourses a également été revu à la hausse cette année.

L'étude européenne MyPeBS (My Personal Breast Cancer Screening) a été lancée fin de l'année dernière en Belgique. Cette étude doit évaluer une nouvelle stratégie de dépistage du cancer du sein, partant du risque individuel que présente chaque femme. L'institut Jules Bordet assure la coordination des partenaires de recherche belges.

CANCER DE LA PROSTATE Nous avons rencontré le Professeur Roumeguère, chef du service d'urologie de l'hôpital Erasme (ULB) pour faire le point de la situation. Des étapes importantes ont été franchies en 2019 qui suscitent cependant de nouvelles interrogations tant sur le plan clinique qu'économique. Résumé d'un entretien passionnant.

En 2018, environ 570.000 femmes dans le monde ont développé un cancer du col de l'utérus et 311.000 femmes sont décédées des suites de la maladie. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans le Lancet et réalisée par Sciensano avec le soutien de la Fondation contre le cancer et en collaboration avec l'International Agency for Research on Cancer.

Fin de chaque année, le Belgian Oncology & hematology News fait le bilan de l'année. 2019 en oncologie se caractérise par une rafale de bonnes nouvelles dans de nombreux types de cancer. Pour pointer l'empreinte belge, nous avons demandé à une dizaine d'oncologues ce qui les a le plus marqué dans leur spécialité et surtout, quelles améliorations ou confirmations ils espèrent pour l'année à venir.

CARCINOME HÉPATOCELLULAIRE En 2019, de nouvelles étapes importantes ont été franchies dans le domaine du dépistage et du traitement du cancer primitif du foie. Nous avons demandé au Pr Hans Van Vlierberghe, chef du service Maladies gastro-intestinales et hépatiques à l'UZ Gent, de nous donner un aperçu des évolutions les plus marquantes.

CANCER DU POUMON La prise en charge du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) avancé évolue à toute vitesse, tant sur le plan de l'immunothérapie que sur celui des thérapies ciblées. Nous avons demandé au Pr Lore Decoster (chef de clinique d'Oncologie médicale à l'UZ Brussel) ce que l'année 2019 nous a apporté.

RADIOTHERAPIE Lorsque nous avons interrogé le Pr Piet Ost, chef de clinique du service de radiothérapie de l'UZ de Gand, sur les réalisations importantes en radiothérapie, il a évoqué un certain nombre de domaines où celle-ci a subi une réelle révolution ces dernières années.

CANCER DU SEIN Le Dr Philippe Aftimos est responsable médical de l'unité de recherche clinique de l'Institut Jules Bordet. Nous avons fait le point avec lui sur les nouvelles approches médicamenteuses, particulièrement dans les cancers du sein.

ONCOLOGIE MÉDICALE Le Pr Marc Peeters, chef du service d'Oncologie de l'UZ d'Anvers, évoque dans un entretien l'évolution fulgurante du paysage oncologique. Lorsque nous lui avons demandé quels ont été les progrès oncologiques les plus importants de l'année écoulée, le Pr Peeters a répondu sans hésiter : l'étape vers la centralisation, dans des centres de référence, de la chirurgie oesophagienne et pancréatique.

CANCER DU SEIN En 2019, de nouveaux progrès importants ont encore été enregistrés dans le cadre du traitement du cancer du sein. Le Pr Sevilay Altintas, oncologue à l'UZ Antwerpen et à l'AZ Monica, nous donne un aperçu des évolutions les plus marquantes.

En 2018, environ 570.000 femmes dans le monde ont développé un cancer du col de l'utérus et 311.000 femmes sont décédées des suites de la maladie. C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans le Lancet et réalisée par Sciensano avec le soutien de la Fondation contre le cancer et en collaboration avec l'International Agency for Research on Cancer. " En 2018, 640 femmes en Belgique ont appris qu'elles étaient atteintes d'un cancer du col utérin et 235 femmes sont décédées de la maladie. Cela fait du cancer du col de l'utérus le 4e cancer le plus important chez les jeunes femmes dans notre pays. " Sciensano lance un appel pour un dépistage organisé dans l'ensemble du pays.