Les Américains paient en moyenne 1.200 dollars par an (1.077 euros) pour des médicaments sur ordonnance, selon l'OCDE (l'Organisation de coopération et de développement économiques), plus que toute autre nationalité.

Le président Donald Trump s'est à plusieurs reprises insurgé contre le prix élevé des médicaments dans son pays, et soutient une proposition de loi au Sénat qui plafonnerait les coûts.

"Les Américains méritent d'être protégés contre les prix élevés des médicaments, et ils méritent un système de santé qui fournisse des soins abordables et centrés sur le patient", a dit Alex Azar, le ministre de la Santé (photo).

Le plan proposé par son ministère et par la Food and Drug Administration (FDA) prévoit deux parcours.

Le premier permettrait de proposer une règle qui autoriserait les projets pilotes développés par les Etats, les grossistes et les pharmaciens d'importer certains médicaments du Canada, même si ces derniers seraient limités à certaines catégories.

Le second prévoit que la FDA travaille avec les fabricants cherchant à importer aux Etats-Unis des versions de médicaments qu'ils vendent à l'étranger, "leur permettant potentiellement d'offrir un prix plus bas que celui requis par leurs contrats actuels de distribution".

Ces mesures pourraient inclure l'insuline nécessaire au traitement du diabète ainsi que des médicaments contre l'arthrite rhumatoïde, les maladies cardiovasculaires et le cancer, selon un communiqué.

Aucune date pour la mise en oeuvre de ce plan n'a été fournie. Le projet va certainement faire face à l'opposition de l'industrie pharmaceutique aux Etats-Unis.

Les entreprises pharmaceutiques disent que les prix élevés sont une conséquence des coûts de l'innovation, mais une étude de 2016 de la Harvard Medical School a blâmé le système américain de brevets, qui donne aux fabricants "des monopoles protégés par le gouvernement" par le biais d'une exclusivité qui dure depuis des décennies.

L'étude avait aussi noté que contrairement à presque tous les autres pays développés, le système américain permettait aux fabricants de fixer leurs propres prix plutôt que de devoir les négocier avec un système national d'assurance maladie.