Cinq milliards de personnes dans le monde vivent sans accès aux soins chirurgicaux, causant plus de 18 millions de décès évitables chaque année. (1) 18 millions, soit plus de cinq fois le nombre de décès dus au paludisme, au VIH/sida et à la tuberculose réunis. 30 % de la charge totale de morbidité dans le monde est due à des maladies opérables, notamment le cancer, les accidents, les maladies cardiovasculaires, les complications diabétiques, les maladies congénitales et bien d'autres.

On a tendance à dire : "mais la chirurgie est coûteuse et complexe". Or la vérité s'avère bien différente. Les soins chirurgicaux qui sauvent des vies ont un rapport coût-efficacité beaucoup plus élevé par rapport aux priorités traditionnelles en matière de soins de santé dans les pays en développement (par exemple, la thérapie de réhydratation orale pour la diarrhée et la thérapie antirétrovirale pour le VIH). Un investissement cumulé mondial de 350 milliards de dollars sur 15 ans permet d'éviter une perte de croissance économique de 12,3 trillions de dollars en 2030.

Renforcement des soins chirurgicaux

La résolution WHA68.15 de l'OMS intitulée "Renforcement des soins chirurgicaux d'urgence et essentiels et de l'anesthésie en tant que composante de la couverture médicale universelle" a été adoptée à l'unanimité par tous les États membres de l'OMS, une initiative unique. (2)

L'année d'or de la chirurgie mondiale était un fait. D'importantes mesures ont été prises depuis lors, en particulier l'élaboration de plans nationaux de chirurgie, d'obstétrique et d'anesthésie (NSOAP) en tant que plans stratégiques élaborés en collaboration avec les ministères locaux de la santé pour renforcer les systèmes chirurgicaux. De tels plans ont été élaborés jusqu'à présent en Zambie, en Tanzanie, en Éthiopie, au Sénégal, au Rwanda et à Madagascar, et seront lancés prochainement au Pakistan, au Nigeria et en Sierra Leone, ainsi que dans tous les pays d'Afrique du Sud et de l'Ouest d'ici deux ans.

VIH

Néanmoins, en 2019, nous continuerons à nous heurter au même mur : le financement et la politique. Aucun pays n'a jusqu'à présent été en mesure de financer son plan d'action national, car il n'y a pas de financement international pour la chirurgie, comme c'est le cas par exemple pour le VIH/sida. L'OMS et l'ensemble de la communauté mondiale de la santé placent de nouveaux centres d'intérêt sur la carte en tant que maladies tropicales négligées et morsures de serpents, où le concept de chirurgie - non pas maladie mais intervention horizontale - est supprimé. On est en 2019, pourquoi regarde-t-on encore ailleurs ?

1. Meara JG, Leather AJM, Hagander L, Alkire BC, Alonso N, Ameh EA, et al. Global Surgery 2030: Evidence and solutions for achieving health, welfare, and economic development. Lancet. 2015;386(9993):569-624.

2. World Health Organization. WHA68.15: Strengthening emergency and essential surgical care and anaesthesia as a component of universal health coverage. 2015; Available from: apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/wha68/a68_r15-en.pdf