Tout sur Fédération Wallonie-Bruxelles

Nouvelles têtes en FWB

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les matières relatives à la santé sont confiées à Bénédicte Linard (Ecolo) et Valérie Glatigny (MR). Deux jeunes femmes politiques relativement peu connues du grand public.

L'activité physique : un médicament efficace

Déjà présent dans cinq communes en Fédération Wallonie-Bruxelles, le dispositif " Sport sur ordonnance " permet aux médecins généralistes de prescrire de l'activité physique à leurs patients atteints d'une affection de longue durée. Il tend à encourager à large échelle le développement de l'" exercise medicine " en dehors des structures hospitalières.

Tirage au sort des étudiants non-résidents

1.152 personnes non-résidentes sur 3.906 ont été tirées au sort ce 26 août pour accéder aux filières (para)médicales contingentées de l'enseignement supérieur francophone. " Les candidates et candidats avaient, selon le cursus, environ une chance sur trois ou une chance sur quatre d'être sélectionnés ", communique l'Ares.

Médecine : tirage au sort des étudiants non-résidents

1.152 personnes non-résidentes sur 3.906 ont été tirées au sort ce 26 août pour accéder aux filières (para)médicales contingentées de l'enseignement supérieur francophone. "Les candidates et candidats avaient, selon le cursus, environ une chance sur trois ou une chance sur quatre d'être sélectionnés", communique l'Ares.

De nouveaux vaccins disponibles en Fédération Wallonie-Bruxelles

L'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE) a renouvelé les marchés publics d'achat des vaccins du Programme de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces marchés entrent en application le 1er septembre 2019 pour une période de 4 ans, soit jusqu'en 2023. Ils impliquent quelques ajustements, notamment au niveau des fournisseurs (firmes pharmaceutiques), "mais la plupart des vaccins restent identiques", peut-on lire sur le site vaccination-info.be.

Catherine Fonck (cdH): "L'hôpital est un maillon majeur mais il reste un maillon"

A l'invitation du 54e Cycle de perfectionnement en sciences hospitalières de l'UCL, les partis politiques ont présenté leurs visions pour le secteur de la santé, et particulièrement pour celui des hôpitaux. Le jdM publiera dans ces prochaines éditions les priorités des différents partis pour l'après 26 mai, jour des élections régionale, fédérale et européenne. Nous commençons par le cdH, représentée par Catherine Fonck, députée fédérale et ancienne ministre de la Santé de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

À nos souhaits

Il est de coutume de dire que lorsque la France a froid, la Belgique éternue. Pourtant, alors que nos voisins du sud sont en bonne route pour se débarrasser du système de Numerus Clausus, voilà que l'épineuse problématique resurgit à nouveau sur le devant de la scène politique belge.

"2019 sera l'année des acouphènes"

Loquace sur les réseaux, le GBS l'est tout autant sur les soins à basse variabilité, la formation et la pratique médicale. Avec toujours, en fond, la crainte que les affaires courantes hypothèquent le système de santé dans les six prochains mois.

Maudits n° Inami

Enfin une bonne nouvelle sur le front de ces satanés numéros Inami ? Lundi soir, après audition du président de la Commission de planification de l'offre médicale, " les ministres ont convenu de demander au SPF Santé publique d'élaborer une nouvelle proposition de protocole de contingentement en tenant davantage compte de la réalité de terrain en Wallonie et à Bruxelles, où plusieurs communes font face à des pénuries de médecins ".

Un nouveau décret pour unifier la promotion de la santé à l'école

Un avant-projet de décret relatif à la promotion de la santé à l'école vient d'être approuvé ce mercredi par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Celui-ci va fondre en un seul texte les deux décrets relatifs à la promotion de la santé à l'école et dans l'enseignement supérieur hors universités.

Article du magazine

Médecins en formation : témoignez sur Lesendocs.be !

Un site internet, www.lesendocs.be, démarre ce vendredi pour aider les assistants en médecine générale et en médecine spécialisée à témoigner des difficultés qu'ils rencontrent lors de leur stage hospitalier ou en ambulatoire. L'anonymat leur est garanti. Le site est également ouvert aux maîtres de stage. Le GBO, qui encadre l'initiative, veut faire avancer la cause des médecins en formation en évitant tout règlement de compte. Il a donc pris toutes les précautions juridiques.